Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La Civil War de A à Z
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques
Previous topic :: Next topic  
Author Message
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 22 Apr - 13:36 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
FLOYD, John Buchanan CSA
Né le 1 Juin 1806, à Smithfield dans le Comté de Montgomery en Virginie.
Profession d’avant-guerre : Homme de Loi --- planteur de coton --- membre de la Législature de Virginie --- Gouverneur, de Virginie (Janvier 1849-Janvier 1852 --- Ministre de la Guerre du Cabinet Buchanan (Mars 1857-Décembre 1860) --- Janvier 1861, poursuivi par le Grand Jury du District de Columbia, pour conspiration et trahison.
Service de Guerre : Major Général de l’Armée Provisoire de Virginie (Avril-Juin 1861) --- 17 Mai 1861 Major Général de la Milice de Virginie --- 21 Mai 1861, Brigadier Général CSA --- a commandé l’Armée du Kanawha --- blessé à Carnifex Ferry le 10 Septembre 1861 --- a commandé la Division Floyd/de l’Armée du Kentucky Central/du Département No.2 --- à Fort Donelson/du Département No.2 --- relevé de son commandement, le 11 Mars 1862 --- Major Général de la Milice de Virginie (Mai 1862-Août 1863).
Note : Accusé by par le Nord d’avoir transféré en cachette du matériel militaire vers les arsenaux Sudistes juste avant la guerre.
Décédé le 26 Août 1863, à Abingdon en Virginie

« Flux »
Mot d’argot désignant la « diarrhée »

« Fly By Night »
Cheval du Général James Longstreet; offert par le Général Lee.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 24 Apr - 11:48 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Flying Battery
Ce terme, bien que n'étant pas une désignation officielle, est utilisé pour décrire une Artillerie très mobile. Popularisé dans l'Armée US pendant la Guerre du Mexique, c'est un ou plusieurs canons tirés par des chevaux qui avancent rapidement, détellent, ouvrent le feu, puis re-attellent pour se déplacer ailleurs. C'est particulièrement efficace pour troubler l'équilibre de l'ennemi, car celui-ci ne peut souvent pas dire combien de pièces d'Artillerie sont utilisées.


Flying Sentinels
Avec des troupes inexpérimentées, ou quand les troupes légères de l'ennemi sont nombreuses et actives, et quand le pays est accidenté ou boisé, la nuit orageuse ou sombre, les sentinelles doivent être doublées. Dans ce cas, pendant que l'un surveille, l'autre, appelé « sentinelle volante», se déplace, examinant les chemins et les ravines.


Flying Telegraph Train
Utilisé brièvement au printemps 1862, il s'agit d'un système US de télégraphe extrêmement mobile conçu par Albert J. Myer. Chaque « train » se compose de deux chariots transportant deux télégraphes Beardsley, et suffisamment d'équipement pour installer cinq miles de ligne télégraphique. Le train se déplace avec l'Armée et fournit un service télégraphique constant entre différentes zones. Cependant, le Beardsley s'appuie sur une magnéto à manivelle, pour son énergie, et a une portée de seulement environ cinq miles. Quand il est remplacé par le télégraphe à batterie standard en 1863, le « train volant télégraphique » est obsolète puisque la portée du télégraphe standard est considérablement augmentée et peut utiliser des lignes permanentes. Le « train volant » n’est plus alors qu’un simple train télégraphique.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 24 Apr - 11:51 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FLOYD-JONES, DeLancey USA
Né le 20 Janvier 1826 à South Oyster Bay au New York.
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1846 --- Juillet 1846, Second Lieutenant breveté au 7ème d’Infanterie US --- Novembre 1846, Second Lieutenant au 4ème d’Infanterie US --- a participé à la Guerre du Mexique --- breveté Premier Lieutenant le 8 Septembre 1847 pour Molino Del Rey --- Juillet 1848, Premier Lieutenant --- Juillet 1854, Capitaine.
Service de Guerre : Mai 1861, Major au 11ème d’Infanterie US --- breveté Lieutenant-colonel USA le 4 Juillet 1862, pour la Campagne de la Péninsule --- a commandé la 2ème Brigade/de la 2ème Division/du Vème Corps/de l’Armée du Potomac --- breveté Colonel USA, le 2 Juillet 1863, pour Gettysburg --- Août 1863, Lieutenant-colonel du 19ème d’Infanterie US --- a commandé Fort Independence au Massachusetts (Septembre 1863-1864).
Brevet promotionnel de Brigadier Général USA, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Sert dans l’Armée US --- Juin 1867, Colonel du 6ème d’Infanterie US --- Mars 1869, sans affectation --- Janvier 1871, rejoint le 3ème d’Infanterie US --- départ à la retraite le 20 Mars 1879.
Décédé le 19 Janvier 1902 à New York City au New York.


FLYNN ; John Hornbuckle USA
Né le 10 Mars 1819 à Waterford en Irlande.
Profession d’avant-guerre : Émigre aux Etats-Unis en 1840 --- s’installe en Pennsylvanie --- s’engage dans l’Armée --- Août 1844, Sergent au 5ème d’Infanterie US ---- déchargé du service le 15 août 1849 --- négociant en liqueurs et spiritueux.
Service de Guerre : Juillet 1861, Premier Lieutenant au 28ème de Pennsylvanie --- Novembre 1861, Capitaine --- Décembre 1861, Lieutenant-colonel --- Juin 1864, Colonel --- a commandé la 1ère Brigade/de la 2ème Division/du XXème Corps/de l’Armée du Cumberland --- blessé à la North Edisto River, le 12 Février 1865 --- démobilisé le 6 Novembre 1865
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Surintendant du Little Rock National Cemetery (1872-1875)
Décédé le 25 Décembre 1875, à Little Rock en Arkansas.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 24 Apr - 11:58 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FOGG, George Gilman USA
Né le 26 Mai 1813 à Meredith Center, dans le Comté de Belknap, au New Hampshire.
Poursuit des études classiques et est diplômé du Dartmouth College de Hanover, au New Hampshire en 1839 ; étudie le Droit à Meredith et à la Harvard Law School ; admis au Barreau en 1842 et commence à exercer aux Gilmanton Iron Works ; déménage à Concord en 1846 ; élu à la Chambre des Députés de l'État 1846 ; Secrétaire d'État du New Hampshire 1846 ; éditeur de journaux 1847-1861 ; rapporteur à la Cour suprême de l'État 1856-1860 ; secrétaire du Comité exécutif national Républicain en 1860 ; nommé par le Président Abraham Lincoln comme ministre résidant (agent diplomatique) en Suisse (Juillet 1861-Octobre 1865) ; nommé comme Sénateur Républicain au Congrès US pour combler la vacance causée par la démission de Daniel Clark et sert du 31 Août 1866 au 3 Mars 1867 ; n'est pas candidat à l'élection au Sénat en 1866 ; rédacteur en chef du Concord Daily Monitor.
Décédé le 5 Octobre 1881 à Concord au New Hampshire.


FOGG, Isabella Morrison USA
Né en 1823 près de St Stephen au New Brunswick.
En 1861, lorsque le fils d'Isabella Morrison Fogg, Hugh, quitte Calais, dans le Maine, pour Washington comme membre du 6ème Régiment du Maine, elle décide de l'accompagner et de faire du bénévolat pour le "Maine Camp & Hospital Association". Puis, après la bataille d'Antietam, elle voyage de champ de bataille à champ de bataille, apportant aux soldats blessés des fournitures médicales indispensables. Elle est horrifiée de voir ces soldats négligés et laissés dans des granges et des hangars sur les champs de bataille alors qu'ils sont supposés avoir été emportés depuis longtemps.
Pour des raisons obscures, ses relations avec la "Camp & Hospital Association" prennent fin. Isabella continue à faire du bénévolat à la Commission Chrétienne US. En 1865, elle tombe accidentellement à travers une trappe ouverte à bord d'un navire-hôpital sur l'Ohio River, se blessant à jamais à la colonne vertébrale. Elle reçoit une pension fédérale à la suite des efforts faits, en son nom, par les officiers et les chirurgiens de l'Armée du Potomac, tels que Grant, Chamberlain et Meade.
Décédé le 23 Décembre 1873 à Washington au District de Columbia.


FONDA, John Giles USA
Né le 8 Mars 1822 dans le Comté de Montgomery au New York.
Profession d’avant-guerre : Déménage en Illinois 1835 --- Géomètre --- Ingénieur civil --- a participé à la Guerre du Mexique : Août 1847, Sergent aux Volontaires Montés d’Illinois --- Juin 1848, Second Lieutenant --- démobilisé le 26 Juillet 1848 --- Ingénieur Civil dans le Chemin de Fer.
Service de Guerre : Août 1861, Premier Lieutenant au 2ème de Cavalerie d’Illinois --- démissionne le 27 Décembre 1861 --- Mars 1862, Major au 12ème de Cavalerie d’Illinois --- démissionne le 17 Novembre 1862 --- Novembre 1862, Lieutenant-colonel du 118ème d’Infanterie d’Illinois --- Décembre 1862, Colonel --- a commandé la 1ère puis la 2ème Brigade/de la Division de Cavalerie/du Département du Golfe --- le District de Baton Rouge /du Département du Golfe --- la Brigade de Cavalerie/du District de Baton Rouge/du Département du Golfe --- démobilisé le 1 Octobre 1865.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 28 Juin 1865.
Carrière d’après-guerre : Fermier 1866 --- Commissaire du Southern Illinois Penitentiary 1877 --- Ingénieur-en-chef civil pour la construction de digues 1879.
Décédé le 10 Décembre 1910 à Los Angeles en Californie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 25 Apr - 11:18 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Food (North and South)

La nourriture dans le Nord :
La nourriture et les recettes sont influencées par les groupes ethniques, principalement les Anglais, les Irlandais et les Allemands. Le régime alimentaire et la disponibilité de la nourriture ont rarement été affectés par la guerre, sauf dans les régions soumises aux invasions et raids ennemis. Dans de telles régions, la plupart des denrées sont beaucoup plus onéreuses voire même difficiles à se procurer, si les habitants locaux font des réserves ou si les troupes ennemies se sont livrées au pillage.
Ironiquement, beaucoup dans le peuple américain, ont, de toute évidence, souffert de la faim ou de malnutrition, et leur souffrance n’a été ni intensifié ni atténué par la Guerre Civile. Parmi eux, on trouve les habitants des grands bidonvilles urbains, qui comptent pour la moitié de la population de certaines villes. Et la plupart d’entre eux vont continuer à souffrir d’un pauvre régime alimentaire, même si parmi les propriétaires d’usine, certains vont s’enrichir à partir de contrats militaires.

La nourriture dans le Sud :
Comme pour le Nord, la nourriture pour les Sudistes est basée sur les traditions culinaires de leurs prédécesseurs Anglais, Irlandais et Allemands, et elle est largement influencée par la vaste population Afro-américaine et par les récoltes que l’on trouve dans la région, comme le riz et le gombo.
En grande partie à cause du blocus par l’Union et aussi à cause des troupes US marchant à travers la Confédération et occupant certaines régions, les pénuries en denrées alimentaires ont commencé à affecter les Sudistes, tôt dans la guerre, et ont augmenté tout au long du conflit. Une capacité réduite à produire de la nourriture, car beaucoup d’hommes et d’animaux ont été envoyés aux Armées, en plus des pertes causées par les raids et les invasions, ont aggravé ces pénuries.
Les pénuries tendent à être pires dans les zones urbaines, qui ne produisent que peu de denrées alimentaires, et possèdent une population relativement large et concentrée (population qui souvent gonfle avec l’afflux de réfugiés venant de régions directement affectées par la guerre). Alors que les infrastructures confédérées se détériorent, la capacité de transporter la nourriture vers les villes s’amenuise. Dans les zones rurales, les pénuries sont également ressenties, surtout dans les régions touchées par la guerre. Cependant, les pénuries tendent à être moins dévastatrices pour les personnes accoutumées à fourrager, à chasser et à produire leur propre nourriture.
Les noirs du Sud ont un régime alimentaire traditionnel plutôt différent de celui de leurs maîtres, et sont depuis longtemps accoutumés à faire de leur mieux avec les bas morceaux de viande et des produits de qualité inférieure. Tandis que les pénuries couvrent la Confédération, le régime alimentaire des blancs glisse de plus en plus vers les plats cuisinés que les noirs mangent habituellement (comme le "Hopping John" par exemple)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 25 Apr - 11:51 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Food (Civilian diet)

Les conditions de temps de guerre amènent le manque de denrées alimentaires, à la fois dans le Nord et dans le Sud. Cependant, ces pénuries sont plus durement ressenties dans le Sud, et beaucoup plus de Sudistes souffrent de malnutrition et de privation, que leur contrepartie nordiste.
Les gens ne possèdent pas de moyen chimique ou de réfrigération pour conserver les aliments, et ceux-ci sont mangés frais ou préserver en conserve, en saumure, par fumage, par salage ou entreposer dans des endroits frais tels que caves ou celliers enterrés. L’alcool, le sel, le sucre et le vinaigre sont des éléments importants pour préserver et conserver les aliments. Certains de ceux-ci, manufacturés, sont familiers aux gens d’aujourd’hui et sont déjà mangés durant la période de la Guerre Civile, tels que le Underwood Deviled Ham (depuis 1822), Lea and Perrins Worcestershire Sauce (depuis 1835), Borden’s Condensed Milk (depuis 1856), Van Camp’s Pork and Beans (depuis 1861).
Les plats typiques de l’époque comprennent une grande variété de soupes et de ragoûts, de types de viandes et de légumes, de sortes de pains, de biscuits et de tartes aux fruits. Les gens mangent aussi plusieurs sortes de spécialités régionales, tels que les fruits de mer dans les zones côtières. Dans les spécialités Sudistes, on trouve le jambon frit avec la "red-eye gravy" (sauce rougeâtre) et biscuits, le "Hopping John", fait à partir de bacon, de pois ou d’haricots et de poivron rouge. Ce plat était le favori des esclaves avant la guerre et de presque tout le monde après.
Les boissons incluent le lait, le café et le thé chauds, le thé froid, l’eau (que les gens consomment beaucoup plus aujourd’hui) et quelques boissons douces commerciales, les plus rencontrées étant la salsepareille qui ressemble au "ginger ale" (soda au gingembre). Les gens préparent aussi une grande variété de boissons rafraîchissantes faites maison, comme la citronnade, les "shrubs" (à base de jus de fruit et de rhum ou de brandy), les "switchels" (à base de gingembre et de vinaigre de pommes à cidre) et le "capillaire".

Fruits et légumes
Beaucoup de variétés de fruits et légumes, mangés à l’époque de la Guerre Civile, se font rares aujourd’hui, ou ont complètement disparus (ou que l’on peut obtenir auprès de concessionnaires en graines de plantes patrimoniales). Cela n’est pas dû à une infériorité de tels produits ; en effet, de multiples variétés de produits anciens ont un meilleur goût ou une saveur unique, et sont mieux adaptés aux conditions locales que ceux d'aujourd’hui. Cependant, les considérations de durée de conservation et de résilience pour le transport sont plus importantes pour les gens aujourd'hui qu'au cours de la Guerre Civile, quand beaucoup de gens cultivaient fruits et légumes pour leur propre consommation et beaucoup d'autres achetaient ce dont ils avaient besoin sur les marchés locaux.
A une époque qui précède les supermarchés, beaucoup de gens ont des vergers et des potagers, et récoltent leurs propres fruits et légumes. Ce qui est encore plus fréquent à la campagne qu’à la ville, mais même la population urbaine peut s’occuper d’un petit jardin. Dans le Sud avec les pénuries, la dépendance au jardin personnel est plus vive qu’au Nord, et les femmes des deux régions peuvent augmenter le revenu familial en vendant des produits frais ou en conserve, provenant de leurs jardins.
Beaucoup des produits énumérés ci-après, étaient produits personnellement, ou achetés au marché ou chez les fermiers, pendant la Guerre Civile:
…...Les tomates sont certainement le produit le plus cultivé dans les jardins personnels, mais ne sont devenues populaires qu’à une génération avant la Guerre Civile. Les Puritains de la Nouvelle Angleterre considèrent les tomates comme aphrodisiaques et les évitent, les Français les ont introduites dans leur cuisine à New Orleans, Thomas Jefferson en a fait pousser comme plantes ornementales à sa résidence de Monticello, et beaucoup de jardiniers ont vanté ses vertus. Cependant ce n’est pas avant 1820, quand un certain Colonel Robert Johnson a mangé, en public, un plein panier de tomates, assis sur les marches du Palais de Justice de Salem au New Jersey, pour que la tomate devienne un élément de la cuisine américaine en pleine évolution (le médecin traitant de Johnson lui avait prédit une appendicite, une prophétie qui ne s’est pas réalisée). En quelques décennies, les recettes incluant des tomates sont devenues courantes.
Avant la Guerre Civile, les variétés de tomates tendent à avoir des noms génériques imagés, tels que "Large Round Red" et "Yellow Pear-Shaped". Cependant, pendant la guerre, plus d’un millier de variétés ont été introduites. Leurs noms sont plus inventifs et on trouve les "Abraham Lincoln", "Brandywine", "Mortgage Lifter", "Great White Beefsteak", "Cherokee Purple" et "Ruffled Yellow". Comme ces noms le suggèrent, une variété de couleur côtoie le rouge familier, les tomates roses, violettes, jaunes ou blanches, existent aussi. On peut encore en trouver certaines de nos jours.
La plupart des tomates de la période Guerre Civile, ne sont pas aussi lisses et rondes que les modernes. Par exemple, beaucoup sont de la variété "beefsteak", c’est-à-dire plus aplaties ; d’autres comme la "Ruffled Yellow" ont une texture plissée.
…...La laitue, de types "Head", "Leaf" ou "Romaine", est aussi un produit familier des jardins durant la guerre (mais pas en aussi grand nombre de variétés que les tomates). Le type "Leaf" comprend la "Early Curly Simpson", introduite en 1864 et la "Grandpa Admire’s" qui possède des feuilles vertes teintées de marron et sera développée ensuite par un vétéran de la guerre. Le type "Head" comprend la "Tennis Ball" ou "Boston" (avec une tête moins serrée) que Thomas Jefferson faisait pousser à Monticello ; elle a été développée au Kentucky début 1800 et elle est toujours populaire de nos jours.
…...Les haricots sont un autre produit familier des jardins et de multiples variétés poussent à travers le pays. On trouve les "Navy", "Great Northern", "Yellow Eye", "Jacob’s Cattle" et "Cranberry", tous étant utilisés pour la cuisson et la soupe.
…...Le maïs doux, mangé par les humains plutôt que fourni aux animaux, est introduit vers la fin des années 1820 mais ne devient pas populaire avant les années 1850. Les variétés disponibles pendant la guerre sont les "Black Aztec" (appelé aussi "Mexican"), "Hooker’s" et "Luther Hill". Le "Black Aztec" est inhabituel, car lors de la croissance, les grains sont blancs et lorsqu’il mûrit les grains noircissent, et ils peuvent être moulus, donnant une farine bleu-violet. Deux variétés jaunes, spécialement bien adaptées pour faire de la farine de maïs, incluent les « "Northstine Dent" et "Garland Flint", la première étant réputée pour donner la farine la plus douce.
…...Le chou, est un produit populaire, surtout pour les personnes d’origine allemande ou irlandaise. Deux variétés communes comprennent les "Early Jersey Wakefield" et "Winnigstadt", la dernière, variété allemande, a des feuilles vertes jaunâtres, et un cœur ferme.
…...Plusieurs sortes de pommes de terre poussent également dans certaines régions comme le Texas et l’Idaho, on trouve par exemple la "Early Rose" à la peau légèrement rose et à la chair blanche mais aussi les "Irish Potatoes".
…...D’autres plantes vont apparaître dans les jardins de la Guerre Civile, comprenant les concombres, les citrouilles, les melons, les betteraves.
Les plantes d’intérieur sont très populaires pendant la Guerre Civile, spécialement parmi les familles de la classe moyenne. Certaines de ces plantes peuvent fournir également des produits comestibles, grâce à la lumière du jour, un apport modéré en eau et des soirées fraîches. Les arbres portant des citrons sont parmi ces plantes, et l’un des plus populaires est le citronnier "Ponderosa". Ce robuste arbuste de 4 à 5 pieds (environ 1,50m) porte d’énormes citrons, et avec un zeste épais ce qui permet de les garder longtemps sur l’arbre, sans qu’ils se gâtent. Pour cette raison, le fruit sert aussi de décoration, mais peut être dégusté si besoin.
Les prix des produits alimentaires restent plutôt stables dans le Nord durant la guerre. Dans le Sud, comme pour les autres produits, les prix grimpent. Quelques exemples montrent que :
Les pommes séchées coûtent 4,5 cents la livre, les prunes 7 cents la livre et les noix 12 cents la livre, en 1861 ;
Le maïs 15 dollars le baril et le blé 4,50 dollars le baril en 1862 ;
Le chou 1 dollar/pièce, les oignons 3 dollars la douzaine, les patates douces de 21 à 250 dollars le boisseau (bushel=3,500kg), les pastèques 10 dollars/pièce, la farine de maïs de 16 à 300 dollars le boisseau et le blé 20 dollars le baril, en 1863 ;
Les cerises 1,50 dollar le quart (950gr), les pois 48 dollars le boisseau, la courge 50 cents/pièce, la farine de maïs 104 dollars le boisseau et les haricots verts 16 dollars le boisseau, en 1864 ;
Les haricots blancs 15 dollars le quart, les pois 80 dollars le boisseau, et la farine de maïs 400 dollars le boisseau, en 1865.

La viande
Au XIXème siècle, les gens mangent pratiquement les mêmes sortes de viandes qu’aujourd’hui, du bœuf, du veau, du porc et du bacon, du poulet, de la dinde et de l’agneau. Les Américains de l’époque de la Guerre Civile mangent aussi beaucoup plus de gibier que de nos jours, comme de la volaille moins familière tels que le pigeon et la perdrix.
Les pénuries dans le Sud rendent la viande très chère et difficile à trouver tandis que la guerre progresse. Le bœuf, par exemple, peut être acheté 12 cents la livre en 1862 ; 1 dollar ou plus en 1863 ; au moins 2 dollars en 1864 et 8 dollars la livre en 1865 si on peut en trouver. Les prix pour la volaille suivent la même courbe. En 1862, un poulet coûte 20 cents ; en 1863, une perdrix 75 cents ; en 1864, une dinde entre 50 et 100 dollars ; et en 1865, une poule coûte 50 dollars.
D’autres exemples montrent que les jambons sont vendus 350 dollars en 1864 ; que le veau coûte 6 dollars la livre en 1864 ; et que le poisson vaut 25 dollars/pièce en 1865.
Vers 1864, la population urbaine est plus touchée par la guerre (à cause des sièges par exemples) et elle est parfois obligée de manger des animaux qui étaient considérés comme un peu plus que de la vermine quelques années auparavant, on peut citer du chat, du chien, du corbeau, de la grenouille, du criquet, du rat, de l’escargot, du serpent. Dans certaines villes comme Richmond en Virginie et Vicksburg au Mississippi, du rat est vendu chez les bouchers pour 2,50 dollars/pièce, et l’on fait passer du chien pour de l’agneau. Selon Mary Elizabeth Massey, auteur de "Ersatz in the Confederacy", de telles conditions ont présagé de la défaite du Sud bien plus que les pertes sur les champs de bataille.

Les boissons
Le café est de loin la boisson chaude la plus populaire, aussi bien dans le Nord que dans le Sud. Dans le Nord, les civils ont rarement manqué de café et l’Armée US a fait de grands efforts pour que ses soldats aient toujours des grains de café. Dans le Sud, cependant, le café a presque disparu complètement très tôt dans le conflit.
Les Sudistes ont fait l’expérience de divers substituts au café, sans grande satisfaction. La chicorée, les glands, les pois, les betteraves, le son de blé, le maïs, la farine de maïs, les graines de coton, les racines de pissenlit, les graines de gombo, les cacahuètes, les graines de canne à sucre et les grains de blé ont été séchés, grillés ou rôtis, pour essayer d’en faire un ersatz de café. D’autres tentatives ont utilisé des tubercules comme les carottes ou les ignames, coupés en petits morceaux, séchés, grillés et moulus.
Le thé est une autre boisson populaire, et il est également importé. Son prix, dans le Sud, n’a cessé de grimper année après année, passant à 10 dollars la livre en 1862 jusqu’à 40 dollars la livre en 1864, s’il est disponible, et vers la fin de la guerre ce n’est souvent plus le cas. Des substituts plus décents que ceux pour le café, sont obtenus à partir d’herbes domestiques ou sauvages, mais aussi de feuilles d’arbres fruitiers qui peuvent être infusées. Les feuilles de mûre, de dictame, de houx, de myrtille et de différentes sortes de menthe peuvent être utilisées pour faire du « thé », tout comme les baies de palmier et de sumac, les racines de sassafras et les feuilles de yapon.
Par temps chaud, le cidre et la citronnade sont fortement appréciés tout comme les "shrubs" et les "switchels", boissons élaborées à partir d’eau fraîche, de jus de fruit, de vinaigre et d’un édulcorant comme le sucre en pain, le sucre en morceau ou la mélasse.
Le vin, le Champagne et les spiritueux sont généralement des articles importés et deviennent totalement indisponible dans le Sud à cause du blocus des ports par l’Union. Des boissons domestiques plus simples comme le cidre de pomme et la bière sont toujours populaires dans les classes inférieures, et à cause des pénuries, elles suffisent aussi au bonheur des classes supérieures. Cependant, lorsque ces boissons sont introuvables, des substituts sont trouvés. L’un de ceux-ci, est une boisson alcoolisée faite-maison, qui devient populaire dans le Sud, et qui est réalisé en mélangeant une part de sirop de maïs et/ou de la mélasse avec trois parts d’eau, et en laissant fermenter dans un tonneau.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 25 Apr - 13:30 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Food (Military diet)
Les soldats ne sont pas très bien nourris pendant la Guerre Civile, et la malnutrition contribue grandement à la maladie et à la mort. Les officiers mangent mieux que leurs hommes, car ils peuvent acheter de meilleures rations (selon la disponibilité) auprès des « sutlers » . Le plus heureux des soldats peut améliorer son ordinaire, avec le contenu d’un colis reçu du foyer familial, qui peut effectuer un long trajet avant de parer aux déficiences du régime militaire.
Les soldats confédérés souffrent en particulier des effets de la malnutrition et même des privations, spécialement vers la fin de la guerre, lorsque les pénuries alimentaires deviennent accrues, suite au blocus de plus en plus resserré, à la perte ou à la destruction de terres agricoles et à la coupure des lignes de chemin de fer et de ravitaillement Sudistes.
Sur le terrain, les soldats de l’Union subsistent, en grande partie grâce au « hardtack », un biscuit épais et dur, de 3,5 pouces (9cm) de côté, élaboré à partir de farine, d’eau et de sel, et qui est un aliment de base de l’Armée depuis la Guerre du Mexique (1846-1848). Ces « teeth-dullers » (niqueurs de dents en argot) sont habituellement distribués aux soldats, en paquets d’une livre.
Le hardtack a été créé pour sa durabilité plutôt que pour sa saveur. La grande teneur en sel le rend inattractif pour les souris et aux cafards, mais attire les charançons qui vivent et déposent leurs larves dans le biscuit, ce qui inspire des surnoms imagés tel que « worm castles » (châteaux pour ver), et rend ce produit encore plus désagréable aux soldats. Bien qu’il puisse être consommé sans préparation, les soldats trouvent le moyen de rendre ce triste article, un peu plus savoureux, cela inclue le trempage ou l’émiettage dans le café, ou le trempage dans de l’eau avant la cuisson dans de la graisse de porc ou de bacon. « Bully soup », « Hellfire stew », « Lobcourse » et « Skillygallee » sont les noms donnés par les soldats aux divers plats qu’ils cuisinent à base de hardtack.
Les Confédérés sont moins confrontés aux hardtacks, à moins d’en avoir saisi lors d’un raid sur les entrepôts fédéraux. Ils reçoivent plutôt une grossière farine de maïs qu’ils cuisent pour en faire un pain de maïs (qui attire la vermine aussi bien sinon plus que le hardtack US).
Les autres denrées alimentaires sont le café, le porc salé, le bacon. Les fruits, les légumes et la viande fraîche sont beaucoup plus rares.
Le café est une boisson importante pour les troupes des deux camps, et l’Armée de l’Union es très attentive à ce que ses soldats ne soient pas privés de café. Dans le Sud, le blocus rend le café perpétuellement fourni en maigre quantité, et les soldats, tout comme les civils, doivent remplacer la boisson chaude par un substitut à base de chicorée, de maïs grillé, de cacahuètes, de pois ou de seigle.
En l’absence de techniques modernes de préservation, la viande est conservée en la fumant, en la séchant ou en la salant. Cependant, malgré les meilleurs efforts, la viande devient fréquemment rance, et celle qui est fournie aux soldats est décrite comme étant « aussi noire qu’une chaussure » à l’extérieur et « jaune de putréfaction » à l’intérieur. Les soldats préfèrent la viande de porc salée ou « sowbelly » comme ils la surnomment, au bacon qui par temps chaud peut suinter, saturant leurs havresacs de graisse et pouvant ruiner les autres objets contenus dedans ou même tâcher les uniformes. Le porc est livré en petits ravitaillements, mais lorsqu’il est disponible, les soldats en ont tellement à manger en une seule fois qu’ils en sont écœurés.
Le manque de fruits et de légumes amène toutes sortes de problèmes de santé, spécialement le scorbut. Pour réduire les effets de la malnutrition, l’Armée US distribue à ses soldats ce qui est décrit comme « un mélange compressé de légumes déshydratés », une sorte de gâteau de pois, betteraves, carottes, oignons, navets et autres légumes desséchés. En référence à l’aspect et à la forme les hommes le surnomment « balle de foin ». Chez les militaires CS, certains soldats (comme « Stonewall » Jackson) sucent des citrons, un bon antidote au scorbut. Bien sûr, les citrons ne sont pas toujours disponibles, spécialement vers la fin du conflit, et les officiers de la Subsistance conseillent aux soldats de rechercher les oignons sauvages.
Lorsque les légumes frais sont fournis aux soldats, les pommes de terre et les oignons sont les plus fréquents. Les soldats US reçoivent une soupe épaisse accompagnée de tranches de pommes de terre, qui selon une fausse croyance aideraient à combattre le scorbut. Cette soupe a été décrite comme « un ruisseau sale avec des feuilles flottant autour ». Lorsqu’ils cuisinent pour eux-mêmes, les soldats préfèrent découper les pommes de terre en quartiers ou en fines rondelles, et de les frire dans de la graisse de bacon, une friandise nommée parfois « camp potatoes » (pommes de terre de camp).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 25 Apr - 15:28 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Food (Military preparation)
Les aliments frais, en particulier le bœuf ou les légumes, sont distribués moins souvent, et lorsqu’ils sont fournis, les soldats doivent les préparer eux-mêmes, du mieux possible. Ceci, plus que toute autre chose, contribue à une mauvaise alimentation, car beaucoup de soldats ne savent pas comment transformer les composants bruts en nourriture comestible.
En effet, le concept de salle de mess est inconnu, et en général les soldats cuisinent leurs propres repas sur le terrain. En camp, les Compagnies désignent des cuisiniers pour préparer les rations et souvent mettent de l’argent en commun afin d’acheter des denrées fraîches auprès des "sutlers". Le plus souvent, les cuisiniers retenus, n’ont pas forcément de talents culinaires, et sont loin d’ajouter de la qualité durant la préparation des repas, et servent souvent une nourriture largement insipide.
Les officiers, surtout les plus influents, sont parfois accompagnés de serviteurs, qui cuisinent pour eux et leur épargnent ainsi les difficultés de préparation d’un repas.
Comme ils doivent cuisiner leurs propres repas, les soldats doivent emporter quelques ustensiles. Cela comprend les couverts traditionnels comme le couteau, la fourchette (à 3 dents plutôt que 4) et la cuillère (en métal ou en bois taillé à la main). Certains officiers, et parfois même des soldats de volontaires plutôt aisés, possèdent des couverts en argent, au moins au début de la guerre.
Les ustensiles plus grands sont fabriqués en fer blanc ou en fonte et comprennent les assiettes (pouvant être converties en poêle à frire), les marmites et chaudrons de tailles variées, les poêles à frire, les cafetières et les quarts (certains avec poignée faite en fil de fer). Beaucoup d’instruments improvisés sont utilisés (par exemple la baïonnette servant de broche à viande ; ou les boites à conserve servant de quart ou de "boiler").

En plus des feux de camp, les soldats se servent de fourneaux de camp (dont différents modèles ont été patentés après le début du conflit). Certains sont très élaborés et comprennent un foyer central, un four, un gril et une plaque pour garder au chaud les cafetières, les poêles et autres pots.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 25 Apr - 19:08 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Food Riots

Bien que les lettres et les pétitions des femmes du Sud envahissent les bureaux du Président de la Confédération au début de 1863 et que des émeutes aient lieu au printemps à Atlanta, Augusta, Macon, Milledgeville et l'année suivante à Savannah, le premier soulèvement des femmes Confédérées, pour la nourriture a eu lieu à la Nouvelle-Orléans dès 1861.

Le 1 Août 1861, 300 femmes pénètrent dans le bureau du maire et dans l'hôtel de ville de "Crescent City". La plupart des femmes, dont le journal dit qu'elles utilisent un « langage injurieux » envers le maire, ont des maris ou d'autres parents masculins servant dans l'Armée confédérée. Comme la Confédération paie mal et rarement, les femmes veulent avoir l'assurance que les fonctionnaires de la ville empêcheront les pauvres de mourir de faim.
En deux semaines, les riches citoyens et le gouvernement de la ville mettent en place un marché libre qui fournit de la nourriture aux parents des soldats confédérés deux fois par semaine. Le marché libre sert 2 000 personnes dans sa première semaine, bien qu'il fournisse seulement la nourriture à ceux ayant des parents dans l'Armée. Comme l'économie de la Nouvelle-Orléans dépend de la santé de son port, qui est passé de plusieurs centaines de millions de dollars d'exportations par an à moins de 50 millions, beaucoup de pauvres ont perdu leur emploi. Et quand ils ont pu retrouver du travail, les salaires en vigueur n'ont pas pu suivre l'inflation.
Dans une tentative d'améliorer la situation de ses citoyens affamés, le gouvernement de la ville a fixé des prix maximums pour les aliments de base.

Dès 1862, un Géorgien s'est plaint au Gouverneur de la tendance des planteurs à continuer à cultiver du coton à la place de cultures vivrières, pour les familles des soldats confédérés, et que les planteurs de coton constituent « des ennemis intérieurs du pays, car ils nous balaieront avant que le royaume de Lincoln ne puisse le faire ».
Les voisins du Brigadier Général confédéré Robert Toombs, se sont plaints qu'il continue à cultiver du coton, comme beaucoup d'autres planteurs. Beaucoup de ceux-ci font sortir leur coton de la Confédération sans fournir de nourriture aux parents de soldats confédérés. D'autres planteurs qui cultivent des produits alimentaires, les vendent à des spéculateurs qui les proposent à des prix que les femmes et les enfants ne peuvent pas se permettre.

À Atlanta, le 18 Mars 1863, l'émeute pour de la nourriture est menée par une grande femme, à la tête d'un groupe de 15 à 20 femmes dans les rues du centre-ville d'Atlanta. Dans un magasin de White Hall Street, lorsque la porte-parole n'est pas satisfaite des prix élevés que le négociant demande pour du bacon, elle sort un pistolet et appelle son groupe à l'aide. Elles prennent pour plusieurs centaines de dollars de nourriture et se dispersent rapidement. Mais pas avant de faire savoir à ceux qui sont à l'extérieur qu'elles sont « les femmes et les filles de familles des soldats ». La communauté des affaires a immédiatement mis en place un fonds de secours pour les familles des soldats et le conseil municipal a mis de côté une somme plus importante pour l'aide alimentaire. Les commerçants locaux ont également contribué à la nourriture.

Le 18 Mars 1863, lors des émeutes du pain de Salisbury, en Caroline du Nord, 50 à 75 femmes descendent dans les rues armées de hachettes. Comme dans d'autres communautés, elles ciblent des magasins dont elles considèrent les propriétaires comme des spéculateurs ou, comme l'a dit un spectateur, des « extorqueurs ». Elles offrent de payer le prix établi par le Gouvernement. Au premier magasin rencontré, elles cassent la porte avec leurs hachettes et repartent après que le marchand se soit séparé de dix barils de farine gratuitement.
Une des femmes, Mary Moore, écrit une longue défense des actions des femmes en Caroline du Nord, et l'envoie au Gouverneur. Elle y déclare que « Nous, Gouverneur, sommes toutes des épouses ou des mères de soldats, nos maris et nos fils sont maintenant séparés de nous par la guerre cruelle non seulement pour défendre leurs humbles maisons, mais les maisons et les biens de l'homme riche ». Moore continue en expliquant qu'elles ont récolté 23 barils de farine, deux sacs de sel, un demi-baril de mélasse et 20 dollars en espèces.
Après qu'une partie de leurs demandes ait été acceptée de la part des « spéculateurs », les femmes vont au dépôt de chemin de fer, où elles prennent 10 barils de farine supplémentaires à un petit dépôt de l'Intendance. Les femmes pensent apparemment que la farine a été stockée là par un spéculateur.
Salisbury est une communauté agricole de petits agriculteurs dans le Comté de Rowan dans l'ouest du Piémont en Caroline du Nord. Aucune des femmes ne sera jamais arrêtée ou accusée de crime. En fait, le journal local est beaucoup plus critique envers les responsables locaux. Selon le "Carolina Watchman", les responsables locaux devraient tous « partir, rougissant de honte pour la scène qui s'est déroulée mercredi dans nos rues ».

La "Richmond Bread Riot", qui a lieu dans la capitale confédérée de Richmond, le 2 Avril 1863, est la plus importante et la plus destructrice d'une série de troubles civils dans tout le Sud au cours du troisième printemps de la Guerre Civile américaine. En 1863, l'économie confédérée montre des signes de tension sérieuse. L'adoption d'une Loi sur la Réquisition, par le Congrès, ainsi qu'une Loi fiscale jugée « confiscatoire », conduisent au stockage et à la spéculation, et l'inflation croissante fait des ravages, en particulier sur les habitants des zones urbaines de la Confédération. Quand un groupe de femmes affamées de Richmond porte plainte auprès du Gouverneur de Virginie, John L. Letcher, celui-ci refuse de les recevoir. Leur colère se transforme en une marche de rue et des attaques contre des établissements commerciaux. Ce n'est que lorsque les troupes sont déployées et que les autorités menacent de tirer sur la foule que les émeutiers se dispersent. Plus de soixante hommes et femmes sont arrêtés et jugés, tandis que la ville intensifie ses efforts pour soulager la souffrance des pauvres et des affamés.

Le 11 Avril 1863, pendant la Guerre Civile, 65 femmes de Columbus, armées de couteaux et de pistolets se rassemblent et marchent sur Broad Street pour attaquer les magasins de spéculateurs avant que la police ne puisse rétablir l'ordre. Pendant la guerre, de nombreux planteurs ignorent le plaidoyer du Gouvernement confédéré pour se tourner vers des cultures vivrières et continuent à se concentrer sur la production du coton, qui est beaucoup plus rentable mais entraîne une pénurie alimentaire qui frappe particulièrement durement les femmes urbaines du sud. La thésaurisation de la nourriture et d'autres produits par les marchands spéculateurs aggrave les problèmes. Les femmes réagissent en organisant des émeutes dans tout le Sud, y compris dans toutes les grandes villes de Géorgie.

Les femmes descendent dans les rues à Mobile en Alabama, le 4 septembre 1863, après que Mobile ait connu le blocus de l'Union, qui a coupé toutes les importations pendant plusieurs années. Mobile est forcé de compter sur le Mississippi et l'Alabama pour la nourriture et d'autres biens. Peu à peu, des articles comme le porc et le whisky deviennent trop chers pour la moyenne des citoyens de Mobile. Au début de 1862, la ville adopte une Loi pour réduire les profits des entreprises ou des particuliers, ainsi que le stockage de certaines marchandises.
En raison de la réticence des autorités confédérées à contrôler la fluctuation du prix des denrées alimentaires, certains fonctionnaires de Mobile ont prédit le genre de violence qui éclate le 4 septembre. Mobile essaie d'atténuer les effets de la hausse des coûts et des pénuries alimentaires ... les riches contribuent à des fonds pour contrôler les coûts, mais c'est un échec. En 1863, le coût d'un baril de farine est passé de 44 dollars d'avant-guerre à 400 dollars.
Toujours en 1863, le Colonel John Pemberton interdit le transport du maïs du Mississippi, vers l'extérieur de l'État. Le maire de Mobile et le Gouverneur d'Alabama tentent en vain d'obtenir que Pemberton annule son ordre. Les journaux de Mobile écrivent des éditoriaux sévères. Les citoyens peignent des pancartes et les installent en ville. En réponse, la Confédération ouvre un nouveau Commissariat à la Subsistance dans l'Etat. Les commandants militaires assouplissent les règles pour permettre aux pêcheurs une plus grande marge de manœuvre pour fournir des prises à la population locale.
En septembre, une foule de plusieurs dizaines de personnes se mobilise juste à l'extérieur de Mobile et marche vers Dauphin Street au centre-ville. Les femmes sont armées de balais, de haches, de briques et de marteaux et portent des banderoles portant la mention « du pain ou du sang » et « du pain pour la paix ». Elles brisent des vitrines et emportent de la nourriture et des articles ménagers. Le Gouverneur envoie l'Armée pour stopper l'émeute, mais les soldats refusent d'intervenir. Une Compagnie militaire locale ne réussit pas à arrêter les émeutiers et finalement le maire parlemente avec les émeutiers et offre de les rencontrer et d'entendre leurs requêtes.
Le maire Slough écrit également une lettre aux citoyens riches de Mobile demandant des fonds pour mettre en place un comité de secours pour aider les nécessiteux, demande qui est publiée immédiatement dans les journaux. Il met en place le Comité de secours qui travaille pour fournir de la nourriture et des vêtements aux nécessiteux de Mobile. Bien que les pénuries alimentaires se poursuivent à Mobile jusqu'à la fin de la guerre, il n'y aura plus d'émeutes.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 26 Apr - 17:53 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Foot Artillery Sword
Aussi appelé épée courte, basée sur le modèle de l'épée portée par les anciens soldats romains, cette arme avait une lame droite à deux tranchants. La garde d'une seule pièce est en laiton et sans corbeille de garde. Plusieurs modèles de pommeau ont été fabriqués allant du bouton simple jusqu'à la tête d'aigle. Le fourreau est en cuir noir avec des garnitures en laiton. Cette épée est plus ornementale que défensive.


Modèle US fabriqué par Ames de Cabotville au Massachusetts


Modèle CS par Boyle, Gamble & MacFee de Richmond en Virginie.


« Foot Cavalry »
(Cavalerie à pied) Surnom donné à l’Infanterie confédérée de Thomas "Stonewall" Jackson. Durant sa célèbre Campagne de la Vallée du Shenandoah, de 1862, les hommes de Jackson parcourent parfois 30 miles par jour, à cause du principe horaire de 50mn de marche puis 10mn de repos. Vers la mi-1862, les soldats du IIème Corps (Jackson) de l’Armée de Nord Virginie, sont reconnus comme les plus rapides des troupes de la Confédération.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 26 Apr - 18:58 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FOOTE, Andrew Hull USA
Né le 12 Septembre 1806 à New Haven au Connecticut.
Profession d’avant-guerre : Étudie à West Point en 1822, mais démissionne la même année --- Décembre 1822, Aspirant de marine --- Mai 1828, Aspirant certifié USN --- Mai 1830, Lieutenant USN --- Décembre 1852, Commander USN.
Service de Guerre : a commandé le New York Navy Yard (février-Juin 1861) --- Juin 1861, Capitaine USN --- a commandé le Mississippi River Squadron (Août 1861-Mai 1862) --- Novembre 18661, USS Lexington --- Février 1862, USS Cincinnati puis USS St Louis --- blessé à Fort Donelson le 14 Février 1862 --- Février 1862, USS Conestoga --- Mars 1862, USS Benton --- il reçoit les Remerciements du Congrès le 19 Mars 1862 (pour la bravoure démontrée par lui-même, ses officiers et ses hommes lors de l’attaque des Forts Henry et Donelson) puis de nouveau le 16 Juillet 1862 à titre personnel (pour sa bravoure et ses services méritoires lors des opérations contre les Forts Henry et Donelson et Island No. 10) --- Juillet 1862, Vice-amiral (Rear Admiral) --- Chef du Bureau d’Equipement et de Recrutement de l’US Navy (Juillet 1862-Juin 1863) --- atteint de la maladie de Bright.
Décédé le 26 Juin 1863 à New York City au New York.


FOOTE, Henry Stuart CSA
Né le 20 septembre 1800 dans le Comté de Fauquier, en Virginie.
Il fait son éducation à l'Université Washington & Lee, où il obtient son diplôme en 1819. Il étudie le droit et il est admis au Barreau en 1823. Il établit d'abord sa carrière juridique à Tuscumbia, en Alabama, puis déménage à Vicksburg, au Mississippi, où il pratique le Droit et édite un hebdomadaire. Foote entre en politique en tant que membre de la Chambre des Députés du Mississippi, poste où il est élu en 1839. Il sert également comme membre du Sénat US de 1847 à 1852. Foote obtient ensuite la nomination à la course au gouvernorat pour le Parti Union-Démocrate, et est élu Gouverneur par un vote populaire le 3 Novembre 1851. Au cours de son mandat, une Compagnie de Chemin de Fer reliant Memphis à Grenada, reçoit une Charte. En outre, des tensions politiques s'élèvent au sujet de la sécession, qui entraînent la démission du Gouverneur Foote cinq jours avant l'expiration de son mandat, le 10 Janvier 1854. Il déménage temporairement en Californie et s'établit finalement à Nashville, au Tennessee. Il siège comme Député au Congrès Confédéré. Il est également Surintendant de la Monnaie US à la Nouvelle-Orléans, poste qu'il occupe de 1878 à 1880.
Décédé le 19 Mai 1880, à Nashville au Tennessee.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 09:54 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Forage
C'est le foin, le maïs, le fourrage et l'avoine nécessaires à la subsistance des chevaux d'une armée.
Les Généraux, les officiers de cavalerie et les officiers d'état-major général et régimentaire reçoivent une commutation tenant lieu de fourrage pour chaque cheval autorisé par la loi, détenu et maintenu en service.
En temps de guerre, le nombre maximal de chevaux autorisés est pour : un Major Général … 7 ; un Brigadier Général … 5 ; un Colonel … 5 (dans la Cavalerie) ou 4 ; un Lieutenant-colonel et un Major … 4 (dans la Cavalerie) ou 3 ; un Capitaine … 3 (dans la Cavalerie) … pour tous les autres officiers autorisés à monter … 2 ; un Aumônier … 1.
La ration maximale de fourrage est de 14 livres de foin ou de fourrage et de 12 livres d'avoine, de maïs ou d'orge, pour les chevaux, et 14 livres de foin et 9 livres d’avoine, de maïs ou d’orge, pour les mules. La ration fourragère établie est fournie par le Département de l'Intendance.


Forage Cap
D’après les Règlements pour l’Armée
___Pour les corvées, des "forage caps", du modèle déposé au Bureau de l’Intendant Général, seront portés : de tissu bleu foncé, avec une bande de la même couleur que la couronne, et lettre de métal jaune pour indiquer la Compagnie.

A droite "forage cap" Modèle 1858, basé sur le Shako de 1851

___Les officiers commissionnés porteront des "forage caps" du même modèle, avec l’insigne distinctif de l’Arme (Infanterie, artillerie, etc) et le chiffre du Régiment.


Par la suite, différents modèles plus souples verront le jour ... "McDowell", "Cadet", "Bummer".

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln


Last edited by daddutt roger on Sun 6 May - 09:28 (2018); edited 1 time in total
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 10:07 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

« Foraging »
Un terme utilisé pour signifier « vivre sur le pays », ou pour désigner le pillage commis par des soldats. Au fur et à mesure que la guerre progresse, il devient de plus en plus difficile d'obtenir du ravitaillement et de le distribuer aux Armées du Nord et du Sud, et les soldats se voient obligés de fourrager ou de vivre de la terre. La plupart des combats ont eu lieu dans les États du Sud, et les soldats ont demandé de la nourriture aux fermiers locaux et à d'autres, mais ils ont parfois été obligés de se servir eux-mêmes et de s'en emparer par la force.



Foraging Party
Le "foraging party" consiste à ramasser systématiquement du fourrage ou d'autres approvisionnements dans les villes ou les villages, ou à accompagner une escorte pour couper la nourriture des chevaux sur le terrain. De telles opérations conduisent fréquemment à des engagements avec l'ennemi.
Les groupes de "fourrageurs" sont munis de faux et de cordes. Les hommes descendent de cheval promptement, font des paquets avec lesquels ils chargent leurs chevaux, et se préparent à tout ce qui pourrait survenir. Le mot "foraging" est parfois utilisé de façon inexacte pour désigner la "maraude". Quand le "foraging party" exerce dans les villages, il est préférable de ne pas emmener le groupe dans le village, mais d'envoyer chercher les chefs et de leur stipuler que les habitants devront apporter le fourrage et les autres provisions nécessaires aux troupes. Si les habitants ne respectent pas rapidement ce commandement modéré, il est nécessaire d'envoyer les troupes dans le village. Dans ce cas, tous les moyens possibles doivent être pris pour éviter le désordre, par exemple :
1) Un certain nombre de maisons sont assignées à chaque Compagnie, de sorte que le commandant du détachement peut tenir chaque Compagnie pour responsable des désordres commis dans leurs limites respectives.
2) Des gardes sont postés et des patrouilles sont envoyées, pour arrêter tout "fourrageur" coupable de désordre.
3) Si la forme du village le permet, une partie du détachement reste au centre pour charger les chevaux et les chariots aussi vite que les autres hommes apportent le fourrage des maisons. Cent douze livres peuvent être emballées sur un cheval, en deux bottes de cinquante-six livres chacune.
Dans les endroits où l'on peut s'attendre à une attaque, le ravitaillement se fait de la manière suivante : soit on envoie des groupes de corvée avec des chariots, soit des groupes de cavaliers avec leurs propres chevaux ; dans les deux cas, une escorte spéciale est ajoutée pour la protection des fourrageurs. Dans tous les cas, la force de l'escorte dépend du degré de danger, de l'espace sur lequel le "foraging" doit s'étendre et de la distance par rapport à l'ennemi.


Retour d'un "foraging party" près de Columbus au Kentucky, en 1864.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 10:24 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Foreign Envoys and Minister
"Minister" (Ambassadeur) est le titre le plus élevé du Corps Diplomatique. Durant les jours qui suivent immédiatement l’établissement de la République Américaine, les agents qui sont envoyés en Europe pour des missions diplomatiques sont officiellement dénommés "Commissioners" (Envoyés). Le 1 Juin 1785, lorsque le Marquis de Carmarthen introduit John Adams auprès du Roi de Grande Bretagne, il désigne le représentant de l’Amérique comme « Ambassadeur Extraordinaire des États-Unis d’Amérique à la Cour de Londres ». Lorsque les services diplomatiques Américains sont organisés de façon permanente, le titre le plus élevé est « Envoyé Extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire », les fonctionnaires subalternes ont le titre de « Ministres » ou « Ministres Résidents » En 1893, le Congrès passe un Décret stipulant que lorsqu’un Gouvernement étranger élève son représentant à Washington au rang d’Ambassadeur, le Gouvernement des États-Unis élèvera son représentant auprès de cette nation étrangère, au même rang. Sous cette Loi, les représentants Américains en France, en Grande Bretagne, en Italie, au Mexique et en Russie ont été élevés au rang le plus haut, et sont connus officiellement comme « Ambassadeurs Extraordinaires et Plénipotentiaires ». Les Ambassadeurs, en plus des privilèges habituels accordés aux représentants des Gouvernements étrangers, ont celui spécial d’audience personnelle avec le chef d’État auprès duquel ils sont accrédités.
Sur la liste suivante, on trouvera les noms des Ambassadeurs et Consuls, nommés par l’Administration Lincoln, début 1861.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 11:00 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FORBES, Edwin USA
Né en 1839 à New York City au New York.
Il commence à étudier l'art en 1857 avec Arthur Tait qui s'est spécialisé dans la peinture de scènes d'action d'éclaireurs et d'Indiens sur les plaines de l'Ouest. Plus tard dans sa carrière, Forbes retourne à la peinture et se concentre sur la représentation des paysages et des animaux. Sa carrière d'illustrateur débute en 1861 lorsqu'il devient artiste au Illustrated Newspaper de Frank Leslie et qu'il est envoyé pour couvrir les Campagnes de l'Armée du Potomac. Il suit l'Armée de l'Union depuis Cross Keys dans la Vallée du Shenandoah jusqu'à la Bataille de Manassas en 1862 et au siège de Petersburg en 1864. Il fait des croquis rapides sur les champs de bataille puis les affine plus tard. Il est à un point de vue stratégique pour observer la charge de Pickett à Gettysburg, et il est le premier des « artistes spéciaux » à produire des dessins de la bataille, envoyés à Leslie à New York. Il est surtout intéressé par la capture de scènes de la vie de camp. Leslie publie 178 de ses dessins de guerre. En 1864, Forbes démissionne de son poste chez Leslie, mais continue à produire des images de la guerre. Beaucoup de ces dessins sont gravés sur plaque de cuivre et publiés comme dans "Life Studies of the Great Army" (1876) pour lequel il a reçu une médaille au Philadelphia Centennial en 1876. Le Général William T. Sherman achète la première épreuve et l'offre au Gouvernement des États-Unis. Les illustrations de Forbes apparaissent également dans "Beyond the Mississippi" (Hartford, 1869), qui contient des dessins de photographies et des copies publiées plus tôt de scènes du Mississippi à la côte Pacifique par de nombreux artistes de la guerre civile tels que Joseph Becker, Alfred Waud et William Waud, Frank Schell et Thomas Nast. Forbes fait également des illustrations pour de nombreuses publications dont "Pebbles et Pearls for Young Folks" (Hartford, 1868), "Specimen Pages and Illustrations from Appleton's Journal" (New York, 1870), "The Atlantic Almanac" (1871) et "School Days at Mount Pleasant" de Ralph Morley. (New York, 1872). En 1878, il ouvre un studio à Brooklyn et, en 1890, il publie un résumé de son travail dans "Thirty Years After : An Artist's Story of the Great War". La collection Becker contient des dessins réalisés par Forbes en Virginie entre 1862 et 1863.
Décédé le 6 Mars 1895, à Brooklyn au New York.

Little Round Top

Newspapers in camp


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 11:34 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FORCE, Manning Ferguson USA
Né le 17 Décembre 1824, à Washington au District de Columbia.
Profession d’avant-guerre : Étudie à la Harvard University 1845 --- puis à la Harvard Law School 1848 --- Homme de Loi --- déménage en Ohio 1849.
Service de Guerre : Août 1861, Major au 20ème d’Ohio --- Septembre 1861, Lieutenant-colonel --- Mai 1862, Colonel --- a commandé la 2ème Brigade.de la 3ème Division/du XVIIème Corps/de l’Armée du Tennessee --- Août 1863, nommé Brigadier Général de Volontaires --- a commandé la 1ère Brigade/de la 3ème Division/du XVIIème Corps/de l’Armée du Tennessee --- blessé à Atlanta le 22 Juillet 1864 --- a commandé la 3ème puis la 1ère Division/du XVIIème Corps/de l’Armée du Tennessee --- démobilisé le 15 Janvier 1866.
Brevet promotionnel de Major Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Juge --- surintendant de la "Ohio Soldiers' and Sailors' Home" à Sandusky (1887-1899) --- écrivain « From Fort Henry to Corinth » (1881 ; « Sherman » (1899) --- historien --- archéologue.
Notes : Beau-frère de John Pope --- reçoit la Médaille d’Honneur, le 31 Mars 1892 « pour avoir chargé les positions défensives de l’ennemi, et après leur capture, les avoir défendues jusqu’à ce qu’il soit grièvement blessé » à Atlanta le 22 Juillet 1864.
Décédé le 8 Mai 1899, à Sandusky en Oio.


Forced march
(marche forcée) Une longue marche à un rythme rapide, rendue nécessaire par une bataille imminente ou une autre urgence ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 12:23 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FORD, Antonia CSA
Née le 23 Juillet 1838, à Fairfax Court House, en Virginie.
Largement signalée comme une espionne confédérée, Antonia Ford est la fille d'un éminent marchand de Fairfax en Virginia et fervent sécessionniste, Edward R. Ford. Ford, ardente sécessionniste elle-même, Antonia recueille des informations sur la force et les mouvements des troupes de la part d'officiers de l'Union cantonnés autour de la région de Fairfax au milieu de 1861, qu'elle transmet ensuite au chef de son frère, le Brigadier Général J.E.B. Stuart. Elle a également espionné pour le Colonel John S. Mosby, chef d'une bande de Rangers confédérés dans le nord de la Virginie.
Après avoir été dénoncée aux autorités par un espion de l'Union, Antonia est arrêtée par le Prévôt de l'Union à Fairfax, le Major Joseph Willard, et emprisonnée à Washington, au District de Columbia, à la prison Old Capitol au début de 1863. Elle est accusée d'avoir aidé à la capture du Général de l'Union Edwin H. Stoughton, par Mosby, mais aucune preuve ne peut être trouvée pour étayer les affirmations de ses accusateurs. Pendant son emprisonnement, l'officier qui l’a arrêtée, le Major Willard, a travaillé à sa libération. Antonia a finalement prêté le serment d'allégeance, a été libérée de prison, et s'est mariée plus tard avec le Major Willard, le 10 mars 1864. Après avoir eu trois enfants, Antonia Ford Willard est morte des complications provoquées par son emprisonnement.
Décédée le 14 Février 1871, à Washington au District de Columbia.


FORD, James Hobart USA
Né le 22 Mai 1829, à Painesville en Ohio.
Profession d’avant-guerre : les premières années de sa vie ne sont pas documentées --- on sait juste qu’il est le neveu de David Tod, qui a été Ambassadeur au Brésil et Gouverneur d’Ohio pendant la Guerre Civile --- déménage au Colorado avant 1861.
Service de Guerre : Décembre 1861, Capitaine dans l’Infanterie du Colorado --- Novembre 1862, Major au 2ème du Colorado --- Novembre 1863, Colonel du 2ème de Cavalerie du Colorado --- a commandé la 4ème Brigade/de l’Armée de la Frontière (Army of the Border) --- le District d’Arkansas Supérieur/du Département du Missouri --- déchargé du service le 19 Juillet 1865.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 10 Décembre 1864.
Carrière d’après-guerre : retourne en Ohio.
Décédé le 12 Janvier 1867, à Akron en Ohio.


Ford’s Theater
Le Théâtre à Washington, où le Président Abraham Lincoln a été abattu le 14 Avril 1865, a été acheté par John Thomas Ford en 1861. L’immeuble situé sur la 10ème Rue, a été construit en 1833-1834 et utilisé comme église jusqu’en 1855. Ford y ouvre un théâtre, qu’il baptise Ford’s Antheneum, mais il est incendié en 1862. Le nouveau Ford’s Theater est bâti en 1863 et peut contenir près de 1 700 personnes. Il devient l’un des théâtres les plus en vue de Washington, et Lincoln y a assisté à plusieurs pièces. La nuit où il est abattu, la pièce qui se joue à guichets fermés, est "Our American Cousin". Les autorités fédérales fermeront le théâtre après l’assassinat de Lincoln.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 12:58 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Foreign governments and the United States
Depuis le moment où l’Ordonnance de Sécession de la Sud Caroline a été passé, il est observé dans la plupart des Cours Européennes un sentiment inamical envers le Gouvernement national et une volonté de donner à ses ennemis des encouragements pour leurs mesures révolutionnaires. Les journaux publics sont également inamicaux dans leurs commentaires. Lorsque début Février, le Gouvernement des États Confédérés a été organisé, l’Europe semble préparée à accepter le démembrement ultime de la République comme un fait accompli. Cette conviction est renforcée par les dépêches des ambassadeurs étrangers à Washington, envoyées à leurs gouvernements respectifs, qui annoncent début Février, la dissolution effective de l’Union ; et certains semblent étonnés de la folie du Congrès qui continue à légiférer sur les tarifs douaniers ou autres mesures nationales tandis que la nation expire désespérément. La Reine d’Angleterre, dans son discours de la Couronne, exprime « le profond espoir » que les différends qui troublent notre pays [les Etats-Unis] « puissent conduire à un ajustement satisfaisant ». Elle a été désapprouvée pour l’humanité de ses propos ; et finalement, cédant aux objections de ses ministres, dont certains désirent véritablement la chute de la République Américaine, elle émet une proclamation de neutralité, le 13 Mai 1861, par laquelle un Gouvernement Confédéré, tel qu’il existe, est reconnu, et que le droit de belligérance lui est accordé.

Il existe déjà un accord entre les gouvernements Anglais et Français, pour agir ensemble en ce qui concerne les affaires Américaines. Ils sont si avancés dans leurs négociations qu’ils en informent les autres gouvernements Européens, en espérant qu’ils seront d’accord avec eux et qu’ils suivront leur exemple, quelque qu’il soit. Ainsi, au tout début de la Guerre Civile, ces deux gouvernements puissants sont entrés dans une combine pour entraîner l’Europe du côté des Confédérés, en leur offrant une aide morale, même si elle n’est pas matérielle, dans leurs efforts pour détruire la République. La proclamation de la Reine Victoria, qui a été faite dans une hâte inappropriée, avant que l’ambassadeur du nouveau Gouvernement Américain, Charles F. Adams, n’ait atteint l’Angleterre, a été suivie d’une action concordante inamicale de la part du Parlement Britannique. Et en plus, pour montrer de l’indifférence envers le destin de la nation Américaine, les législateurs, les orateurs, les publicistes et les journalistes sont prodigues d’insultes sans raison, pas seulement contre le Gouvernement mais aussi contre la population des États libres restée loyale. Ces insultes sont si souvent proférées en mots indignes et peu généreux, et même parfois grossiers et vulgaires, que les Anglais aux sentiments nobles en rougissent de honte.

L’Empereur des Français est plus prudent et plus malin ; mais il suit apparemment la Reine Victoria en accordant le droit de belligérance aux Confédérés, par le Décret du 11 Juin 1861, et au même moment, met en place des combines politiques pour favoriser la propagation de l’impérialisme en Amérique du Nord, pensant que les jours de la grande République sont comptés et que son pouvoir pour renforcer la Doctrine de Monroe s’est dissipé. La Reine d’Espagne se hâte aussi de proclamer la neutralité de son pays, et s’associe avec la France pour replanter les graines d’institutions monarchiques dans l’hémisphère occidental, maintenant que la République semble expirer. Le Roi du Portugal reconnaît aussi les Confédérés comme belligérants.

Mais le monarque de Russie, plus éclairé et plus sage, qui est sur le point de briser les fers d’environ 40 millions d’esclaves dans son propre royaume, donne des instructions à son ministre, le 29 Juillet 1861, pour faire dire à ses représentants à Washington : « Dans ces événements, la nation Américaine peut compter sur la plus cordiale sympathie de la part de leur auguste Majesté, durant l’importante crise qui se déroule actuellement ». L’Empereur de Russie a tenu sa parole ; et les puissances d’Europe occidentale l’ont considéré comme un allié déclaré de la République Américaine, et ont agi avec plus de prudence. L’attitude des Gouvernements étrangers a encouragé les Confédérés à penser qu’ils obtiendraient sûrement la reconnaissance de leur nation et de l’aide ; et le Gouvernement Anglais, par une politique négative, leur a fourni prudemment toute l’aide et les encouragements qu’il a pu accorder, jusqu’à ce qu’il fût évident que la cause Sudiste était sans espoir, quand Lord John Russell s’est adressé aux autorités de la Confédération d’une manière insultante. Le rusé expert en Droit International, le Comte Gasparin de France, en 1862, alors qu’il considère le manque de réflexion sans précédent qui a conduit les principales puissances Européennes à reconnaître les Confédérés comme belligérants, a écrit : « Au lieu de se demander de quel côté se trouvaient la justice et la liberté, nous nous sommes demandés de quel côté penchaient nos intérêts ; et aussi de quel côté se situaient les meilleures chances de victoire ». Il a ajouté que l’Angleterre avait un droit légal de rester neutre, mais n’avait aucun droit moral de refuser d’accorder ses sympathies à une nation « luttant pour son existence et pour une justice universelle contre des rebelles tentant de commettre un crime contre l’humanité ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 13:42 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Foreign-born Soldiers
Il est estimé que plus de 500 000 hommes, nés à l’étranger, ont servi durant la Guerre Civile, avec un nombre plus important dans les Armées de l’Union, car le Nord possède plus de grandes villes qui attirent les immigrants. Des centaines de milliers d’Irlandais et d’Allemands sont arrivés aux Etats-Unis dans les années 1840, à cause des révolutions en Europe et de la famine « des pommes de terre » en Irlande. Ils se sont établis en grand nombre à New York City au New York ; à Philadelphie en Pennsylvanie ; à Chicago en Illinois ; et à New Orleans en Louisiane. Lorsque la guerre survient, ces immigrants s’engagent pour diverses raisons. Beaucoup se portent volontaires par patriotisme pour leur nouvelle patrie et pour démontrer publiquement leur loyauté. D’autres le font pour des raisons économiques, s’assurant ainsi la nourriture, l’habillement et un abri. D’autres encore pour empocher la prime à l’engagement, tandis que beaucoup d’autres seront sujet à la conscription.
De nombreux Régiments vont être formés presque entièrement de natifs de l’étranger, et la barrière de la langue rend difficile de les assimiler dans l’Armée. Par exemple dans l’Armée Confédérée, certaines unités de New Orleans sont entrainées entièrement en Français. Des unités telles que la Brigade Irlandaise (Irish Brigade) de l’Union et les Louisiana Tigers (Tigres de Louisiane) de la Confédération sont devenues réputées pour leurs origines étrangères mais aussi pour leurs aptitudes au combat. On trouve également une Légion Polonaise (Polish Legion), le 79ème du New York ( descendants des Highlanders écossais), des Mexicains, des Français, des Hongrois, des Canadiens, des Scandinaves, etc…
Les plus notables des officiers nés à l’étranger sont Thomas F. Meagher ; Franz Sigel ; Carl Schurz du côté US et Patrick Cleburne et Camille Armand Jules Marie Prince de Polignac du côté CS.


Forest Rose USS
USS Forest Rose, une canonnière fluviale de type "Tinclad" (cuirassé de plaques de métal) de 260 tonneaux, construite en 1862, à Freedom en Pennsylvanie. Achetée par la marine en Novembre 1862, elle est commissionnée début Décembre et affectée à l'Escadre du Mississippi. En Janvier 1863, le Forest Rose est impliqué dans la capture de Fort Hindman en Arkansas. Il est actif sur la Yazoo River et sur le Mississippi en amont de Vicksburg jusqu'à ce que cette ville tombe en Juillet 1863. En Mai 1864, le Forest Rose participe à l'expédition de la Red River. Il est désarmé et vendu en Août 1865. Rebaptisé Anna White en tant que navire à vapeur civil, il est détruit par la glace à St Louis au Missouri, en Février 1868.



Forges
C’est un chariot à deux roues qui transporte une forge, des outils, 300 livres de fers à cheval, de la quincaillerie, des clous, de le ferraille et d'autres articles. Il est lié à un avant-train (limber) pour former un attelage à quatre roues. Une forge itinérante (travelling forge) et un chariot de batterie accompagnent chaque batterie d’artillerie de campagne.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Fri 27 Apr - 18:02 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FORNEY, John Horace CSA
Né le 12 Août 1829, à Lincolnton en Nord Caroline.
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1852 --- Juillet 1852, Second Lieutenant breveté au 7ème d’Infanterie US --- Octobre 1853, Second Lieutenant --- Mars 1855, transféré au 10ème d’Infanterie US --- Août 1855, Premier Lieutenant --- démissionne le 23 Janvier 1861.
Service de Guerre : 1861 Colonel d’Artillerie dans la Milice d’Alabama et aide-de-camp du Gouverneur Moore --- Mars 1861, Capitaine d’Artillerie CSA --- Colonel CSA-Assistant Inspecteur Général des Forces à Pensacola (Mars-Juin 1861) --- Juin 1861, Colonel du 10ème d’Infanterie d’Alabama --- a commandé la 5ème Brigade/de l’Armée du Shenandoah --- blessé à Dranesville le 20 Décembre 1861 --- Mars 1862, Brigadier Général CSA --- a commandé le Département d’Alabama & Ouest Floride --- le District du Golfe/du Département No.2 --- Octobre 1862, Major Général CSA --- a commandé la Division Forney/du Département du Mississippi & Est Louisiane puis de l’Armée du Mississippi --- capturé à Vicksburg le 4 Juillet 1863 --- échangé le 13 Octobre 1863 --- a commandé la Division Forney/du Département du Mississippi & Est Louisiane puis du Département d’Alabama, Mississippi & Est Louisiane --- la 1ère Division/du District du Texas, New Mexico & Arizona/du Département du Trans-Mississippi --- libéré sur parole à Galveston au Texas, le 20 Juin 1865.
Carrière d’après-guerre : Planteur --- Ingénieur civil --- enseignant.
Note : Frère de William Henry Forney.
Décédé le 13 Septembre 1902, à Jacksonville en Alabama.


FORNEY, William Henry CSA
Né le 9 Novembre 1823, à Lincolnton en Nord Caroline.
Profession d’avant-guerre : Étudie à l’Université d’Alabama 1844 --- Homme de Loi --- a participé à la Guerre du Mexique comme Premier Lieutenant des Volontaires d’Alabama 1847-1848 --- membre de la Législature d’Alabama.
Service de Guerre : Juin 1861, Capitaine au 10ème d’Alabama --- blessé à Dranesville le 20 Décembre 1861 --- Décembre 1861, Major CSA --- Mars 1862, Lieutenant-colonel CSA --- blessé et capturé à Williamsburg en Virginie --- échangé le 31 Août 1862 --- Juin 1862, Colonel CSA --- blessé à Salem Church en Virginie, le 3 Mai 1863 --- blessé et capturé à Gettysburg en Pennsylvanie, le 2 Juillet 1863 --- échangé le 3 Août 1864 --- a commandé la Brigade Sanders puis la Brigade Forney/de la Division Mahone/du IIIème Corps/de l’Armée de Nord Virginie --- Février 1865, Brigadier Général CSA --- libéré sur parole à Appomattox en Virginie, le 9 Avril 1865 --- reçoit le pardon présidentiel le 11 Juillet 1866.
Carrière d’après-guerre : Homme de Loi --- membre de la Législature d’Alabama --- député US (Mars 1875-Mars 1893).
Décédé le 16 Janvier 1894, à Jacksonville en Alabama.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 4 of 9

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group