Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La Civil War de A à Z
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques
Previous topic :: Next topic  
Author Message
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 08:54 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
FRANCHOT, Richard Hansen USA
Né le 2 Juin 1816 à Morris, Comté d'Otsego, au New York.
Profession d'avant-guerre : Fréquente les écoles publiques et les Académies d'Hartwick et de Cherry Valley --- étudie le génie civil à l'Institut Polytechnique Rensselaer de Troy au New York --- sert pendant quelques années comme Président de l'Albany & Susquehanna Railroad Co. ---élu député Républicain au 37ème Congrès US (4 Mars 1861 - 3 Mars 1863) --- n'est pas candidat à sa ré-élection en 1862 --- déménage à Schenectady, au New York
Service de Guerre : lève le 121ème Régiment de Volontaires du New York, dont il est nommé Colonel le 23 août 1862 --- démissionne le 25 Septembre 1862
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 mars 1865
Carrière d'après-guerre : dirigeant-associé au Central Pacific Railroad Co.
Décédé le 23 novembre 1875, à Schenectady au New York.

FRANCINE, Louis Raymond USA
Né le 26 Mars 1837, à Philadelphie en Pennsylvanie.
Profession d'avant-guerre : part étudier en France à l'Ecole Polytechnique de Paris 1851 --- Ingénieur civil.
Service de guerre : Août 1861, Capitaine au 7ème du New Jersey --- Juillet 1862, Lieutenant-colonel --- Décembre 1862, Colonel --- le 2 juillet 1863 à Gettysburg, le Régiment du Colonel Francine est détaché de sa Brigade pour appuyer la Batterie d'Artillerie du New Jersey du Capitaine A. Judson Clark alors qu'elle défend la position du IIIème Corps de l'Armée du Potomac près du célèbre "Peach Orchard". Pendant que les Confédérés pressent leur attaque, le Colonel Francine est grièvement blessé et son Régiment se retire avec les restes des troupes de l'Union. Ses blessures se sont avérées mortelles et il décède deux semaines plus tard à Philadelphie.
Brevet promotionnel à titre posthume de Brigadier Général, USV (antidaté du 2 Juillet 1863, date de sa blessure pour services vaillants et méritoires durant la Bataille de Gettysburg, où il fut mortellement blessé).
Décédé le 16 Juillet 1863, à Philadelphie (Hôpital St Joseph) en Pennsylvanie

« Frank »
(chien) Mascotte de la Compagnie « B » du 2ème du Kentucky, CSA...

FRANK, Paul USA
Né le 7 Février 1828 en Saxe (Allemagne)
Profession d’avant-guerre : Premier Lieutenant au 5ème Régiment de la Milice du New York.
Service de Guerre : Octobre 1861, Colonel du 52ème du New York --- a commandé la 3ème Brigade/de la 1ère Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- la 1ère Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- démobilisé le 28 Octobre 1864
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Agent diplomatique --- US Marshal à la Cour consulaire à Kanagawa au Japon 1866-1868 --- Vice-consul à Osaka et Hiogo au Japon 1871-1872.
Décédé le 7 Juillet 1875 à Washington au District de Columbia.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 09:15 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Frankfort
A l'été de 1862, plusieurs Armées confédérées envahissent le Kentucky afin d'éloigner les troupes de l'Union de la jonction ferroviaire vitale de Chattanooga, au Tennessee. Début Septembre, les troupes du Sud convergent vers Frankfort, la capitale de l'Etat. Le 2, le Gouverneur unioniste James F. Robinson s'enfuie à Louisville avec son cabinet et de nombreux membres de la Législature de l'État. Le déménagement à Louisville se fait en ordre et sans incident, et les archives de l'État sont sauvées, pour ne pas tomber entre les mains des rebelles. Bientôt, le Gouvernement de l'État s'ouvre aux affaires à Louisville.
Le lendemain, le Colonel John Scott du 1er Cavalerie de Louisiane atteint Frankfort. Les hommes de Scott, qui ont récemment participé à la victoire des Confédérés à la bataille de Richmond, au Kentucky, placent leur drapeau régimentaire au sommet du "Capitol" de l'État. Ce soir-là, Scott rassemble 450 chevaux frais et attaque les troupes de l'Union qui se retirent vers Louisville. Au lever du soleil le 4 Septembre, Scott escarmouche près de Shelbyville et repousse les troupes fédérales vers Louisville. Scott ensuite retourne à Frankfort, où ses cavaliers campent les 6 et 7 Septembre, avant de se rendre à Lebanon.
Le 4 Octobre 1862, les Généraux confédérés Braxton Bragg, Edmund Kirby Smith et d'autres officiers notables sont à Francfort avec 12 000 soldats Sudistes, pour l'investiture de Richard Hawes en tant que Gouverneur confédéré provisoire du Kentucky. Dans ses remarques inaugurales, Hawes a déclaré : « Je suppose que les devoirs qui me sont dévolus en tant que Gouverneur provincial, vous donneront l'occasion de prendre position et de faire votre choix dans cette guerre d'abolition, et de décider pleinement et équitablement si vous ferez votre destin avec le Nord ou le Sud ».
Peu de temps après l'investiture, les troupes de l'Union, qui se sont réorganisées à Louisville, pressent Frankfort et chassent les Rebelles de la capitale.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 09:56 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FRANKLE, Jones USA
Né le 17 Avril 1829, à Fulz en Prusse.
Profession d'avant-guerre : Étudie pendant un temps à l'Université de Breslau --- sert un an dans l'Armée prussienne en tant que volontaire et officier de réserve de 1848 à 1851 --- arrive en Amérique en 1854 --- professeur de langues à Haverhill et Newburyport, au Massachusetts de 1856 à 1861.
Service de Guerre : Capitaine au 14ème du Massachusetts ___ Juillet 1861, Major au 17ème du Massachusetts --- Décembre 1863, Colonel du 2ème d'Artillerie Lourde du Massachusetts --- démobilisé le 3 Septembre 1865.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USA, le 3 Septembre 1865
Carrière d'après-guerre : fermier à Amesbury de 1865 à 1868 --- dans les assurances à Haverhill et à Boston.
Décédé le 15 Avril 1909, à Cambridge, au Massachusetts.

FRANKLIN, William Buel USA
Né le 27 Février 1823, à York en Pennsylvanie.
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1843 (1er de sa classe) --- Juillet 1843, Second Lieutenant breveté au Génie Topographique US --- Septembre 1846, Second Lieutenant --- a participé à la Guerre du Mexique --- breveté Premier Lieutenant le 23 Février 1847, pour Buena Vista --- Mars 1853, Premier Lieutenant --- Juillet 1857, Capitaine.
Service de Guerre : Mai 1861, Colonel du 12ème d’Infanterie US --- Mai 1861 nommé Brigadier Général de Volontaires --- a commandé la 1ère Brigade/de la 3ème Division/du Département de Nord-Est Virginie --- la 3ème Division/du Département de Nord-Est Virginie --- la Brigade puis la Division Franklin/de l’Armée du Potomac --- la 1ère Division/du Ier Corps/de l’Armée du Potomac --- la 1ère Division/de l’Armée du Rappahannock --- le VIème Corps/de l’Armée du Potomac --- Juillet 1862 promu Major Général de Volontaires --- a commandé la Grande Division Gauche/de l’Armée du Potomac --- la 1ère Division/du XIXème Corps/du Département du Golfe --- le XIXème Corps/du Département du Golfe --- blessé à Mansfield en Louisiane, le 8 Avril 1864 --- capturé à bord d’un train près de Washington D.C., le 11 Juillet 1864 --- s’évade le lendemain --- démissionne du service de Volontaires, le 10 Novembre 1865 --- démissionne de l’Armée, le 15 Mars 1866.
Brevets promotionnels de Brigadier Général USA, le 30 Juin 1862 pour la Campagne de la Péninsule --- de Major Général USA, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : déménage au Connecticut --- Manager Général de la Colt Firearms Mfg. Co ; 1865-1887 --- Commissaire Général US à l'Exposition de Paris 1888.
Note : soupçonné d’être l’instigateur de la cabale contre Ambrose E. Burnside, le 20 Décembre 1862.
Décédé le 8 Mars 1903, à Hartford au Connecticut.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 10:10 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Franklin
Après avoir permis à l'Armée d'Ohio du Major Général John Schofield (US) à le dépasser près de Spring Hill le matin précédent, le Lieutenant Général John Bell Hood (CS) mène ses 30 000 hommes de l'Armée du Tennessee à la périphérie de Franklin le 30 Novembre 1864, alors qu'il continue à pousser vers le nord jusqu'au centre du Tennessee. L'Armée de Schofield a construit une forte ligne de défense au sud de la ville, reposant son flanc gauche sur l'Harpeth River et sa droite près de Carter's Creek. Hood prend position en colonnes de Brigades à deux miles au sud des Fédéraux, avec des terres agricoles ouvertes et étendues entre eux, et s'apprête à attaquer. À 16h00, plus de 20 000 Confédérés s'avancent vers l'est et l'ouest du Columbia Pike. Les hommes de Hood passent de la formation en colonne à la ligne de bataille, lorsqu'ils s'approchent des défenses extérieures de l'Union. Les défenseurs fédéraux extérieurs bientôt s'effondrent et retournent dans leur deuxième ligne plus près de Franklin. Certains des combats les plus durs de la guerre s'ensuivent alors que les hommes de Hood s'engouffrent dans la nouvelle ligne de l'Union. Vers 17h00, la deuxième ligne de l'Union s'effondre près de Carter House et elle est sauvée en partie par l'arrivée opportune d'une Brigade dirigée par le Colonel Emerson Opdycke. Le Corps confédéré du Général Stephen D. Lee renforce la gauche de Hood, mais la position de l'Union est maintenue et les forces de Hood sont repoussées avec de lourdes pertes. L'assaut sanglant coûte à Hood près de 7 000 hommes, dont six Généraux confédérés morts. Schofield se retire à Nashville où l'Armée du Major Général George H. Thomas et lui vont engager le combat, une dernière fois avec Hood.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 10:37 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Franklin’s Crossing/Deep Run
Les éléments principaux de l'Armée de Nord Virginie (CS) ont abandonné leurs lignes à Fredericksburg le 3 Juin 1863. Le Général Robert E. Lee a décidé d'envahir le Nord pour la deuxième fois, et durant les 3 et 4 Juin, les Confédérés marchent vers l'ouest et la Vallée du Shenandoah. Les rumeurs de ce mouvement confédéré ont filtré dans les quartiers généraux de l'Union à travers la Rappahannock River, où le Major Général Joseph Hooker étudie l'information. Pour vérifier l'exactitude des rapports, Hooker ordonne une reconnaissance en force pour le 5.
Le VIème Corps du Major Général John Sedgewick est affecté à cette tâche. L'infanterie de l'Union, soutenue par l'Artillerie, se déplace pendant la matinée jusqu'à la rivière à Franklin's Crossing près de Deep Run (le point utilisé pour traverser la rivière lors de la Bataille de Fredericksburg). Des confédérés, protégés par des postes de tir, ouvrent le feu sur les Fédéraux, qui, bien que répondant avec des salves de mousqueterie et d'artillerie, ne peuvent pas déloger les Confédérés. Le 26ème du New Jersey et le 5ème du Vermont, soutenus par 2 autres Régiments, tentent une traversée mais sont repoussés.
Sedgewick supervise personnellement les opérations et ordonne une traversée sur des bateaux pour pontons. Les 2 Régiments de l'Union poussent les bateaux de ponton au bord de la rivière, rament et traversent. Débarquant sur la rive sud, les Fédéraux chargent les Confédérés, saisissant les postes de tir et faisant 35 prisonniers. Poussant dans les bois adjacents, les Fédéraux s'arrêtent devant des Confédérés plus nombreux, et soutenus par l'Artillerie. Les troupes de l'Union se retirent, subissant 57 pertes. La présence de confédérés supplémentaires a convaincu Sedgewick que Lee maintient encore ses lignes en force.
L'évaluation de Sedgewick n'est que partiellement correcte. Ses Vétérans ont rencontré les troupes du IIIème Corps du Lieutenant Général Ambrose P. Hill. Cependant, c'est le seul Corps laissé autour de Fredericksburg, avec les ordres de suivre si les Fédéraux ne viennent pas en force. Hill part le lendemain. Hooker, encore peu convaincu, ordonne une reconnaissance par sa Cavalerie, ayant pour résultat la Bataille de Brandy Station, le 9 Juin.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 13:10 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FRASER, John USA
Né le 22 Mars 1827, à Cromarty en Ecosse.
Profession d’avant-guerre : Étudie à l’Université d’Aberdeen 1844 --- émigre aux Etats-Unis --- Professeur de Mathématiques au Jefferson College.
Service de Guerre : Septembre 1862, Lieutenant-colonel du 140ème de Pennsylvanie --- a commandé la 3ème Brigade/de la 1ère Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- Juillet 1863, Colonel --- blessé à Spotsylvania, le 12 Mai 1864 --- a commandé la 2ème Brigade/de la 2ème Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- a commandé la 4ème Brigade/de la 1ère Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- capturé à Jerusalem Plank Road, le 22 Juin 1864 --- interné à la Prison de Libby, puis échangé --- a commandé la 1ère Brigade/de la 1ère Division/du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- démobilisé le 31 Mai 1865.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Président du State College de Bellefontaine en Pennsylvanie --- chancelier de l'Université du Kansas 1868 --- Surintendant à l’Education Publique du Kansas 1875-1877 --- professeur à la Western University de Pennsylvanie.
Décédé le 4 Juin 1878, à Pittsburgh en Pennsylvanie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 13:14 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Fraser, Trenholm & Company
Cette compagnie britannique à Liverpool devient une partie importante des activités financières de la Confédération en Europe. Filiale de John Fraser & Co., à Charleston en Caroline du Sud, elle est établie avant la Guerre Civile, par George A. Trenholm. La société sert presque comme une banque confédérée et une ambassade non officielle. Ses activités comprennent la conversion de devises pour la Confédération ; le maintien des comptes financiers du Gouvernement ; la réception des fonds gouvernementaux ; l'aide dans l'organisation de "l'Emprunt d'Erlanger" ; la vente du coton confédéré ; l'achat et le transport d'armes, de munitions et autres matériels. Les intérêts maritimes de Trenholm jouent un rôle essentiel pour forcer le blocus naval de la côte sud de l'Union, une activité qui mérite à Trenholm des éloges justifiés pour son patriotisme ainsi que des profits substantiels pour son entreprise.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 13:23 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Fraternization
Des trêves informelles sont parfois conclues entre les troupes sur la ligne de front. C’est plus particulièrement vrai sur les positions stabilisées, telles que pour les tranchées à Petersburg. Là les soldats ont établi des relations « amicales » du genre « Si tu ne me tires pas dessus, je ne répondrai pas ! ».
Les joutes verbales sont fréquentes : « Hey Billy ! Quand Grant va-t-il entrer dans Vicksburg ? », demande un Rebelle à Vicksburg ; un soldat de l’Union répond : « Lorsque tu auras mangé la dernière mule et le dernier chien, Johnny ! ». Ou encore comme à Mine Run : « Hey Billy ! Pourquoi vous n’avez pas chargé hier ? » « Tu serais déjà en enfer, Johnny, si on l’avait fait ! » Et à Atlanta : « Johnny c’est quoi la valeur de l’argent Confédéré, aujourd’hui ? » _ « Et toi Billy, c’est quels nègres qui commandent ta brigade ? », etc.
Les hommes vont même jusqu’à se rencontrer entre les lignes pour faire du troc de marchandises, les Confédérés échangeant du whisky et du tabac contre du café et des journaux.
Sur la Rappahannock, début 1863, des soldats du New Jersey de l’autre côté du fleuve, ont reçu « un bateau miniature de 6 pouces de long » avec un petit paquet accompagné de ce mot :
Messieurs de l’Armée US,
Nous vous envoyons un peu de tabac. Envoyez-nous du café en retour. Et un jeu de cartes si vous avez, nous vous renverrons encore du tabac. Et aussi les derniers journaux si vous en avez.
James O Parker
Cie H, 17ème Rgt. Miss. Vols.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 13:59 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Frayser’s Farm
L’une des batailles des Sept Jours, elle est connue sous plusieurs noms : Glendale ; White Oak Swamp ; Charles City Crossroads ; New Market Crossroads ; Nelson’s Farm ; ou Turkey Bend.
Après l'action d'arrière-garde à Savage Station le 29 Juin 1862, l'Armée du Potomac du Major Général George McClellan poursuit sa retraite vers la sécurité d'Harrison's Landing sur la James River. Le 30 Juin 1862, après cinq jours de combats incessants, les Divisions confédérées des Majors Généraux Benjamin Huger, James Longstreet et A.P. Hill convergent vers l'Armée de l'Union en retraite dans les environs de Glendale. Les attaques de Longstreet et de Hill pénètrent la défense de l'Union près de Willis Church, mettant en déroute la Division du Brigadier Général George A. McCall près de Frayser's Farm. McCall est capturé. Les contre-attaques fédérales des Divisions des Brigaders Généraux Joseph Hooker et Phillip Kearny scellent la pause et sauvent la ligne de retraite de l'Union le long de la Willis Church Road. L'avancée d'Huger est arrêtée sur la Charles City Road. Sur la droite de l'Union, les Divisions du Major Général "Stonewall" Jackson sont retardées par un duel d'Artillerie avec le Brigadier Général William B. Franklin à White Oak Swamp à moins de trois miles. Le Major Général confédéré Théophile H. Holmes, tente faiblement de faire pivoter le flanc gauche de l'Union à Turkey Bridge, mais il est repoussé par des canonnières de l'US Navy sur la James River. Pendant les combats, les Généraux de l'Union George Meade et Edwin Sumner et les Généraux confédérés Joseph R. Anderson, William D. Pender et Winfield Featherston sont blessés. La Bataille de Glendale était la meilleure chance de Lee de couper l'Armée de l'Union de la James River. Cette nuit-là, le Major Général George McClellan ramène ses troupes vers le sud et établit une position forte sur Malvern Hill, où les combats se poursuivront le lendemain.






-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 15:34 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FRAZAR, Douglas USA
Né le 19 Août 1836, à Duxbury au Massachusetts.
Profession d’avant-guerre : négociant avec les Indes orientales --- Capitaine de la marine marchande.
Service de Guerre : Août 1863, Major au 13ème de Cavalerie du New York --- démobilisé le 13 Mars 1865 --- Mars 1865, Colonel du 104ème USCT (Troupes de Couleur) --- démobilisé le 5 Mars 1866.
Brevet promotionnel de Brigadier Général, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Négociant avec les Indes Orientales --- réviseur-comptable
Décédé le 20 Février 1896, à Somerville au Massachusetts.

FRAZER, John Wesley CSA
Né le 6 Janvier 1827, Comté de Hardin au Tennessee
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1849 --- Juillet 1849, Second Lieutenant breveté au 2ème d’Infanterie US --- Juin 1850, Second Lieutenant USA --- Mars 1855, Premier Lieutenant au 9ème d’Infanterie US --- Mai 1857, Capitaine --- démissionne le 15 Mars 1861.
Service de Guerre : Mars 1861, Capitaine d’Infanterie CSA --- Juin 1861, Lieutenant-colonel du 8ème d’Alabama --- démissionne en Mars 1862 --- Novembre 1862, Colonel du 28ème d’Alabama --- Mai 1863, Brigadier Général CSA --- a commandé la 5ème Brigade/de l’Armée du Tennessee --- capturé à Cumberland Gap, le 10 Septembre 1863 --- libéré sur parole à Fort Warren au Massachusetts, le 24 Juillet 1865
Note : sa commission de Brigadier Général est rejetée le 16 Février 1864, par le Sénat CS, en réponse aux critiques concernant sa défense du Tennessee oriental.
Carrière d’après-guerre : S’installe en Arkansas --- Planteur --- homme d’affaires.
Décédé le 31 Mars 1906, à New York City au New York.

FREDERICK, Calvin Harlowe USA
Né le 30 Mai 1828, à Hamilton au New york.
Profession d’avant-guerre : commerçant (vêtements).
Service de Guerre : Juin 1861, Lieutenant-colonel du 9ème Missouri (Régiment rebaptisé 59ème d’Illinois car la plupart des recrues viennent de cet Etat) --- blessé à Pea Ridge le 7 Mars 1862 --- démissionne le 23 Janvier 1863 --- Septembre 1863, Lieutenant-colonel du VRC (Corps de Réserve de Vétérans) --- Juillet 1866, Premier Lieutenant au 45ème VRC --- démobilisé du service de Volontaires, le 19 Novembre 1866.
Brevets promotionnels de Colonel et de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865 --- de Capitaine USA pour Pea Ridge et de Major USA, pour Stone’s River, le 2 Mars 1867
Carrière d’après-guerre : Sert dans l’Armée US --- transféré au 14ème d’Infanterie US --- honorablement déchargé du service, le 1 Décembre 1870.
Décédé le 10 Juillet 1902, à Omaha au Nebraska.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 16:02 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Fredericksburg
Début Novembre 1862, le Major-général Ambrose E. Burnside prend le commandement de l'Armée du Potomac et fait immédiatement des plans pour déplacer l'Armée vers Richmond. Il espère pouvoir avancer rapidement et traverser sur la rive sud de la Rappahannock River avant que l'Armée de Nord Virginie de Robert E. Lee ne puisse bloquer sa route. Le 14 Novembre, Burnside envoie un Corps pour occuper les environs de Falmouth, sur la rivière en face de Fredericksburg. Le reste de l'Armée suit bientôt. Lee réagit en retranchant son Armée sur les hauteurs derrière Fredericksburg. L'Armée de Burnside est retardée sur la rive nord parce qu'il n'a pas encore reçu les pontons nécessaires pour traverser la rivière. Après deux semaines, le matériel pour le pont arrive enfin. Le 11 Décembre, le Génie de l'Union pose cinq ponts à travers le Rappahannock sous le feu ennemi, et dans le processus la ville est bombardée pour chasser les tirailleurs confédérés. Le 12, le reste de l'Armée fédérale a traversé, et le 13 Décembre, Burnside monte une série d'assauts frontaux futiles sur Prospect Hill et Marye's Heights qui aboutissent à des pertes stupéfiantes. La Division du Général George G. Meade, sur la gauche de l'Union, a brièvement pénétré la ligne du Général "Stonewall" Jackson mais elle est repoussée par une contre-attaque. Les Généraux (US) C. Feger Jackson et George Bayard, et les Généraux (CS) Thomas R.R. Cobb et Maxey Gregg sont tués. Le 15 Décembre, Burnside annule l'offensive et repasse la rivière, mettant fin à la Campagne. Il sera relevé de son commandement avant la fin de Janvier.




-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 17:13 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Free Labor
Alors que le Sud est basé sur un système pro-esclavagiste, le Nord commence à développer un système de "travail libre". Aucun des systèmes n'est à l'origine de la fondation des États-Unis ou de sa politique et de son économie, jusqu'à la montée du "sectionnalisme". Les États-Unis ont été fondés sur un mélange de travail libre et d'esclavage. Mais le Nord a répondu aux pro-esclavagistes du sud en développant un culte autour du travail libre - avec l'image du yeoman, travailleur (worker) indépendant, fort et autosuffisant, qu'il soit ouvrier (laborer) agricole ou industriel, qui soutient sa famille par le travail honnête de ses mains. Le travail libre, opine le Nord, est salutaire et viril, et vivifie toute la nation. Cela va au-delà de l'opposition à l'esclavage ; beaucoup de gens qui s'opposent à l'esclavage n'adhérent pas à cette vision romantique du travail, réalisant que les ouvriers ont peu de contrôle sur leurs salaires, travaillent dans des conditions dangereuses pendant trop d'heures et sont en fait composés de femmes et d'enfants. Ils savent aussi que l'agriculture ne paie pas toujours le travail honnêtement, étant à la merci du temps et, plus tard, des frais de transport ferroviaire. Mais le romantisme du travail libre est un trait caractéristique du "sectionnalisme" nordiste, opposé à l'esclavage, bien sûr, mais aussi à l’image des « esclavagistes paresseux, faibles, maniérés, qui profitent du travail des autres ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln


Last edited by daddutt roger on Sat 5 May - 19:00 (2018); edited 1 time in total
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 17:20 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Free Soil Party
Le "Parti du Sol Libre" est un parti politique fondé en 1848 sur le principe de la non-extension du système esclavagiste dans les Territoires. C’est une excroissance du "Parti de la Liberté" de 1846. La cause principale de son organisation est l'acquisition d'un nouveau territoire à la fin de la Guerre du Mexique, qui, si cela n’avait pas été empêché, serait devenu territoire esclavagiste. Dans un projet de loi pour l'affectation de fonds pour la négociation de la paix avec le Mexique, soumis au Congrès en 1846, David Wilmot, un élu Démocrate de Pennsylvanie, propose un amendement, « Déclarant qu'il n'y aura ni esclavage ni servitude involontaire dans tout territoire sur le continent Américain, qui sera ci-après acquis par ou annexé aux États-Unis en vertu de cette occupation, ou de toute autre manière, à l'exception d'une réponse contrela criminalité », etc. Il est présenté devant la Chambre des Députés, mais échoue au Sénat ; et lors de la session suivante, il est refusé dans les deux assemblées. C’est le fameux "Wilmot Proviso".
Des résolutions à cet effet sont offertes dans les deux conventions Démocrate et Whig en 1846, mais sont rejetées. Une conséquence de ce rejet est un retrait considérable d'hommes éminents, et bien d'autres, des deux Partis, en particulier dans le Massachusetts, le New York et l'Ohio. A New York, les Démocrates dissidents sont appelés "Barnburners" (Brûleurs de granges). Et les deux classes de dissidents combinées sont appelés "Free-Soilers" (partisans du Sol Libre). Les deux groupes, lors d'un Congrès tenu à Buffalo, le 9 Août 1848, forment le Parti du Sol-Libre. La convention est composée de délégués de tous les Etats non esclavagistes, du Delaware, du Maryland, de la Virginie et du District de Columbia. Ils nomment Martin Van Buren comme candidat aux Présidentielles US, et Charles Francis Adams comme vice-président. Le programme du Parti s’est également prononcé pour une loi de fermage, des améliorations internes, et une taxe uniquement sur le revenu. Le "ticket électoral" reçoit un vote anti-esclavagiste populaire de 291 000 voix, mais pas un seul du collège électoral (les grands électeurs), et en donnant l’État de New-York aux Whigs, ce fut un facteur décisif pour faire de Zachary Taylor le Président. Le Parti fait élire un Sénateur, Salmon P. Chase d’Ohio, et 13 Députés au Congrès. La Convention du Sol-Libre à Pittsburg en 1852 choisit John P. Hale comme candidat aux Présidentielles et George W. Julian comme vice-président, ils reçoivent un vote populaire de 157 000 voix. Les mesures de compromis de 1850, et l'abrogation virtuelle du Compromis du Missouri dans la Loi de création des Territoires du Kansas et du Nebraska en 1854, ont grandement augmenté la force du Parti du Sol-Libre, et celui-ci formera le noyau du Parti Républicain historique en 1856, lorsque les Free-Soilers, en tant que Parti distinct, disparaissent.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sat 5 May - 17:49 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

« Freedmen »
(Affranchis)
Terme générique appliqué à tous les ex-esclaves, après l’adoption du "Treizième Amendement" à la Constitution. L’amertume et le ressentiment, montrés par le Sud contre l’importance politique des Affranchis, sont responsables de la rude politique de Reconstruction, imposée par les "Républicains Radicaux".

Un agent du Gouvernement déclare « à partir de ce jour et pour toujours, libre » un groupe d’esclaves


Freedmen
L'inquiétude exprimée dans les débats sur la Loi interdisant la traite négrière, en 1809, en raison de l'augmentation et de l'influence des Noirs libres, est manifestée dans la Législation de plusieurs Etats immédiatement après. En effet, de telles craintes ont existé plus tôt. En 1796, la Caroline du Nord adopte une loi interdisant l'émancipation, sauf pour des services méritoires, et avec l’autorisation des tribunaux de Comté. La Caroline du Sud adopte une loi similaire en 1800, et un autre décret la même année, en déclarant illégal le fait pour un certain nombre de noirs libres, mulâtres, ou métis à se rassembler, même en présence de personnes de race blanche, « pour une instruction religieuse ou intellectuelle ». Il y a eu deux tentatives d'insurrection en Virginie (en 1799 et 1801), et en 1805, la liberté par émancipation, autorisée par une Loi en 1782, est considérablement affaiblie, par une disposition qui déclare, dès lors, que les esclaves affranchis qui restent dans l'État une année après l'obtention de leur liberté, doivent être appréhendés et vendus en esclavage au profit des pauvres du Comté. Les orphelins, noirs ou mulâtres, contraints à travailler comme apprentis, n’ont pas le droit d'exiger de leurs maîtres à leur enseigner la lecture, l'écriture et l'arithmétique, et dans le cas des orphelins blancs et noirs libres qui viennent dans l'Etat, ceux-ci doivent être renvoyés d'où ils viennent. La Législature du Kentucky en 1808 adopte une Loi stipulant que les nègres libres entrés en cet Etat, doivent fournir un cautionnement de leur départ dans les vingt jours qui suivent, et s’ils échouent, ils doivent être vendus pour une durée d’un an, le même processus se répète, si à la fin de l'année, ils se trouvent encore dans l'État après le délai de vingt jours. Cette Loi est restée en vigueur jusqu'à la fin de la Guerre Civile.


Freedmen’s Bureau
Dans l’histoire des États-Unis, c’est une agence Fédérale, créée pour aider et protéger les Noirs nouvellement libérés dans le Sud après la Guerre Civile. Établi par le Décret du 3 Mars 1865, sous le nom de "Bureau des Réfugiés, des Affranchis, et des Terres abandonnées" (B.R.F.A.L.), il devait fonctionner pendant une année après la fin de la guerre. Un projet de loi prolongeant sa vie indéfiniment et augmentant considérablement ses pouvoirs a reçu le veto du Président Andrew Johnson (le 19 Février 1866) , qui voit cette législation comme une continuation injustifiée (et anticonstitutionnelle) des mesures de guerre en temps de paix. Le veto marque le commencement du long combat sans succès du Président contre le Congrès Républicain Radical à propos de la Reconstruction. Sous une forme légèrement différente, le projet de Loi est voté malgré le veto de Johnson le 16 Juillet 1866. Organisé sous la juridiction du Ministère de la Guerre, avec le Général Oliver O. Howard en tant que Commissaire, et soutenu ainsi par la force militaire, le Bureau est l’un des instruments les plus puissants de la Reconstruction. Howard a divisé les anciens États à esclaves, y compris les États frontaliers qui sont restés dans l’Union, en 11 Districts, chacun dirigé par un Commissaire-Assistant; pour le District de Columbia, le Général John Eaton, Jr.; pour la Virginie, le Colonel O. Brown; pour la Nord Caroline, le Colonel E. Whittlesey; pour la Sud Caroline et la Georgie, le Général R. Sexton; pour la Floride, le Colonel T.W. Osborne; pour l’Alabama, le Général W. Swayne; pour la Louisiane, d’abord le Révérend T.W. Conway, et ensuite le Général A. Baird; pour le Texas, le Général E.M. Gregory; pour le Mississippi, le Colonel S. Thomas; pour le Kentucky et le Tennessee, le Général C.B. Fisk ; pour le Missouri et l’Arkansas, le Général J.W. Sprague. Le travail du Bureau a consisté principalement en cinq sortes d’activités — travaux de dégagement à la fois pour les Noirs et les Blancs dans les secteurs frappés par la guerre ; code du travail pour les Noirs selon les nouvelles conditions ; administration de la justice dans les cas se rapportant aux Noirs ; gestion des propriétés abandonnées et confisquées ; et aide à l’éducation pour les Noirs. Dans ses activités ouvrières et éducatives, le Bureau a réalisé un excellent travail, qui, cependant, a été trop souvent troublé par des fonctionnaires, des militaires et des civils peu scrupuleux, dans les agences locales. Ses efforts pour établir les Noirs libérés comme propriétaires fonciers sont nuls. En grande partie le Bureau agit comme une machine politique, organisant le vote des Noirs pour le Parti Républicain ; ses activités politiques l’ont fait complètement détester dans le Sud. Quand, dans le cadre du plan du Congrès pour la Reconstruction, de nouveaux Gouvernements d’État basés sur le suffrage noir ont été organisés dans le Sud (avec beaucoup de fonctionnaires occupant divers offices), le travail du Bureau des Affranchis s’est arrêté. Ses activités éducatives, cependant, ont été poursuivies pendant encore trois années.

La lettre publique de Wendell Phillips fait partie des arguments du Parti Républicain pour gagner le vote des Noirs. Mais pour obtenir ce droit de vote, il est indispensable que les Noirs sachent lire et écrire. « La liberté n’est réelle », argumente Phillips, « que si l’on place dans les mains de chaque homme, le pouvoir de protéger ses propres intérêts ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 6 May - 13:34 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Freeport Doctrine
Selon le Sénateur Démocrate, Stephen A. Douglas, les colons d'un territoire américain pourraient contourner l'arrêt Dred Scott de la Cour Suprême des États-Unis _ selon lequel ni les États ni les Territoires ne sont habilités à rendre l'esclavage illégal _ simplement en ne fournissant pas de police pour renforcer l’application des droits des propriétaires d'esclaves sur leurs esclaves. La doctrine a été présentée pour la première fois lors du deuxième débat Lincoln-Douglas, à Freeport en Illinois, le 27 Août 1858. En répondant ainsi aux questions d'Abraham Lincoln sur l'esclavage, Douglas réussit à garder ses partisans d'Illinois et à être réélu au Sénat, mais la publicité considérable que la doctrine a reçue, a anéanti ses chances de soutien de la part du Sud aux élections présidentielles de 1860.


FREMANTLE, Arthur James Lyon GB
Né le 11 Novembre 1835
Fils d'officier, en 1852 il sort de l'académie militaire de Sandhurst et entre dans l'armée. Capitaine à vingt-cinq ans d'un régiment d'élite de la garde du souverain britannique, les Coldstream Guards (dont son père commandait un bataillon), il est nommé Lieutenant-colonel, occupe à Gibraltar un poste d'attaché militaire adjoint, revient à Londres, puis est ensuite régulièrement promu.
Arthur Fremantle ne se trouve confronté aux conflits armés que pendant sa jeunesse (à 27 ans, pendant la Guerre de Sécession, et en tant qu'observateur non-belligérant) - puis dans son âge mûr (à 49 ans), au Soudan, pendant la Guerre contre les Mahdistes. Il devient ensuite administrateur civil.
Arthur Fremantle est resté dans les mémoires pour le voyage d'information qu'il effectua en 1863 (de son propre chef et à titre privé, après avoir demandé une permission exceptionnelle) dans les États de la Confédération. Le livre qu'il tira de son carnet de voyage et qu'il fit publier en 1864 : Three months in the Southern States (Trois mois dans les Etats Sudistes) eut un grand succès, tant en Grande-Bretagne qu'en Amérique, et surtout dans la Confédération : Fremantle (bien qu'il ait assisté en personne à Gettysburg au coup d'arrêt donné par les Fédéraux à la ruée sudiste vers Washington) y prédisait une victoire certaine aux Sudistes...
Certes loin d'approcher du réalisme de The red badge of courage (L’insigne rouge du courage) de Stephen Crane, le livre de Fremantle est agréable par ses descriptions de la vie quotidienne des Américains, dans un grand et nouveau pays, victime d'une guerre civile qui fut aussi la première guerre moderne.
Il est notablement moins partial (en faveur des Confédérés) que les récits des autres observateurs européens, les Capitaines Justus Scheibert (venant de Prusse) et Fitzgerald Ross (venant d'Autriche) - sans parler de celle que le fameux cavalier prussien Heros von Borcke rédigea aprés avoir valeureusement combattu dans les rangs confédérés. Mais à Gettysburg le jeune anglais semble avoir eu une vision de la bataille aussi fragmentaire et floue que celle que Fabrice del Dongo eut de Waterloo (voir La Chartreuse de Parme) ...
En 1883, à l'âge de 47 ans, il n'a donc porté les armes sur aucun théâtre d'opérations extérieures (en 28 ans de services) quand il est mis en demi-solde.
Pourtant, de 1855 à 1884, les occasions de s'illustrer au service de la Reine Victoria (qui règne de 1837 à 1901) et de ses premiers ministres successifs (essentiellement Lord Palmerston, Benjamin Disraeli et William E. Gladstone) n'auraient pas manqué à un jeune officier d'infanterie avide d'action.
Cependant, au bout d'un an, Fremantle est nommé aide-de-camp du Prince George, duc de Cambridge, alors commandant en chef des armées britanniques.
Mais le Royaume-Uni s'émeut fortement des désastres subis au Soudan par les contingents anglo-égyptiens en lutte contre les mahdistes. La Garde royale est donc envoyée au Soudan. Fremantle débarque donc à Suakin, où il dirige par intérim la garnison jusqu'à l'arrivée du Lieutenant-général Gerald Graham. Fremantle, qui commande la Brigade de la Guarde, participe à la dure bataille de Tamai, le 13 mars 1884 : un affrontement acharné et sanglant, pendant laquelle le fameux « carré d'infanterie » britannique est rompu, comme il l'est ensuite encore à la bataille d'Abu Klea.
Après Tamai, Fremantle est nommé "Political Officer" et dirige les services « d’action psychologique » qui cherchent à pacifier la région de Suakin.
Après la prise de Khartoum, le 26 Janvier 1885, par les Mahdistes et le retrait des Britanniques du Soudan, Arthur Fremantle revient au Caire, puis à Londres, où il travaille au War Office.
Puis il est nommé Gouverneur Général de l'île de Malte, poste qu'il occupe de 1894 à 1899.
Décédé le 25 Septembre 1901, à Cowes au Royaume-Uni.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 6 May - 13:45 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FREMONT, Jessie Ann Benton USA
Née le 31 Mai 1824, près de Lexington en Virginie.
Fille du Sénateur Thomas Hart Benton du Missouri. En 1840, elle rencontre le Lieutenant John C. Frémont, un jeune officier du Corps du Génie Topographique, et en 1841, à cause de la forte opposition de son père, ils se marient en secret. Le Sénateur Benton choisit d'en tirer le meilleur parti et commence à user de son influence considérable pour faire progresser la carrière de son gendre en tant qu'explorateur.
Alors que son mari effectue sa première expédition dans la région de la Wind River, Jessie Frémont sert d'hôtesse à son père et traduit parfois des documents secrets espagnols pour le Ministère des Affaires Etrangères. Elle est en grande partie responsable de la qualité littéraire du rapport de 1844 sur la deuxième expédition ; il a été imprimé comme document du Sénat dans une édition de 10 000 copies et largement vendu dans une édition commerciale. En 1849, après la troisième expédition de son mari, avec son rôle controversé dans la conquête de la Californie, et la cour martiale, elle part à San Francisco pour le rejoindre.
Après 1851, les Frémont deviennent riches. Jessie Frémont assume la petite partie permise par la coutume dans la Campagne présidentielle de son mari en 1856, et ensuite ils retournent en Californie. Elle est, comme toujours, le partisan le plus fidèle de son mari durant son service troublé de la Guerre Civile, d'abord en tant que commandant du Département de l'Ouest à St Louis au Missouri, et plus tard dans le commandement en Virginie. "The Story of the Guard : A Chronicle of the War" (1863) réimprime ses articles dans l'Atlantic Monthly pour le défendre. Après la faillite de son mari en 1873, elle entreprend d'écrire. Des articles, des mémoires, des croquis de voyage et des histoires apparaissent dans les principaux magazines. Beaucoup d'entre eux sont rassemblés dans des livres tels que "A Year of American Travel" (1878) et "Far-West Sketches" (1890). Elle est également l'auteur principal des "Memoirs of My Life" (1887) de son mari.
Décédée le 27 Décembre 1902, à Los Angeles en Californie.


FREMONT, John Charles USA
Né le 21 Janvier 1813, à Savannah en Georgie.
Profession d’avant-guerre : Étudie au Charleston College, renvoyé en 1831 --- Instructeur en Mathématiques à bord de l’USS Natchez 1833-1835 --- professeur de Mathématiques dans l’US Navy 1835 --- Juillet 1838, Second Lieutenant au Génie Topographique --- scout --- explorateur --- géomètre --- cartographe --- Première Exploration des Rocky Mountains, terminée le 17 Octobre 1842 --- Deuxième Exploration des Rocky Mountains, terminée le 31 Juillet 1844 --- breveté Capitaine USA, le 31 Juillet 1844, pour ses deux expéditions --- Mai 1846, Lieutenant-colonel des Mounted Riflemen US (Fusiliers Montés) --- Juillet 1846, Major des Volontaires de Californie --- démissionne le 27 Octobre 1846 --- désigné par le Commander Robert F. Stockton de l’US Navy, pour servir comme Gouverneur de la Californie 1846 --- affectation révoquée par le Général Stephen W. Kearny --- traduit en cour martiale et reconnu coupable d’insubordination --- démissionne le 15 1848 --- spéculateur foncier et minier --- Sénateur US pour la Californie (Septembre 1850-Mars 1851) --- premier candidat Républicains au élections Présidentielles, en 1856.
Service de Guerre : Mai 1861 nommé Major Général USA --- a commandé le Département de l’Ouest --- relevé de son commandement après avoir publié une déclaration d'émancipation en 1861 --- a commandé le Département de la Montagne --- le Ier Corps/de l’Armée de Virginie --- relevé de son commandement à sa propre requête quand il a su qu’il devrait servir sous les ordres du Général Pope --- démissionne le 4 Juin 1864.
Carrière d’après-guerre : Gouverneur Territorial d'Arizona (de Juin 1878 jusqu’à sa démission le 11 Octobre 1881) --- s’installe à New York City, 1881 --- placé sur la liste des retraités le 28 Avril 1890, avec le grade de Major Général USA.
Décédé le 13 Juillet 1890, à New York City au New York.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 6 May - 13:51 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FRENCH, Samuel Gibbs CSA
Né le 22 Novembre 1818, dans le Comté de Gloucester au New Jersey.
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1843 --- Juillet 1843, Second Lieutenant breveté au 3ème d’Artillerie US --- Juin 1846, Second Lieutenant --- a participé à la Guerre du Mexique ; breveté Premier Lieutenant USA pour Monterey --- blessé à Buena Vista le 23 Février 1847 et breveté Capitaine USA --- Mars 1847, Premier Lieutenant --- Janvier 1848, Capitaine-Assistant Intendant --- démissionne le 31 Mai 1856 --- s’installe au Mississippi --- planteur de coton.
Service de Guerre : Février 1861, Colonel au Département du Matériel de la Milice du Mississippi --- Mars 1861, Major CSA dans l’Artillerie --- Octobre 1861 Brigadier Général --- a commandé Evansport/du Département de Fredericksburg --- la 1ère Brigade/du District d’Aquia/du Département de Virginie du Nord --- le District de Cape Fear puis le District de Pamlico/du Département de Nord Caroline --- Août 1862, Major Général CSA --- a commandé le Subdistrict de Cape Fear/du Département de Nord Caroline --- le Département de Nord Caroline & Sud Virginie --- le Département de Sud Virginie --- la Division French/de l’Armée du Mississippi --- la Division French/du Département du Mississippi & Est Louisiane puis du Département d’Alabama, Mississippi & Est Louisiane --- la Division French/du IIIème Corps/de l’Armée du Tennessee --- la Division French/du District du Golfe/ du Département d’Alabama, Mississippi & Est Louisiane --- libéré sur parole à Mobile en Alabama, en Avril 1865 --- reçoit le pardon présidentiel, le 5 Janvier 1867..
Carrière d’après-guerre : Planteur --- s’installe en Georgie, 1876 --- déménage en Floride, 1881 --- écrit ses mémoires "Two Wars : An Autobiography of General Samuel G. French" (1901).
Décédé le 20 Avril 1910, à Florala en Floride.


FRENCH, William Henry USA
Né le 13 Janvier 1815, à Baltimore au Maryland.
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1837 --- Juillet 1837, Second Lieutenant au 1er d’Artillerie US --- Juillet 1838, Premier Lieutenant --- a participé à la Guerre du Mexique ; breveté Capitaine USA, le 18 Avril 1847, pour Cerro Gordo ; breveté Major USA, le 20 Août 1847, pour Contreras et Churubusco --- Septembre 1848, Capitaine.
Service de Guerre : Mars 1861, à Fort Duncan au Texas --- à Fort Taylor (Avril-Septembre 1861) --- Septembre 1861, nommé Brigadier Général de Volontaires --- Octobre 1861, Major au 2ème d’Artillerie US --- a commandé la 3ème Brigade/de la Division Sumner/de l’Armée du Potomac --- la 3ème Brigade/de la 1ère Division /du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- breveté Lieutenant-colonel USA, le 1 Juin 1862, pour Fair Oaks --- a commandé la 3ème Division Sumner/ du IIème Corps/de l’Armée du Potomac --- breveté Colonel USA, le 17 Septembre 1862, pour Antietam --- Novembre 1862, promu Major Général de Volontaires --- a commandé la Division French/du VIIIème Corps/du Département Moyen --- le IIIème Corps/de l’Armée du Potomac --- Février 1864, Colonel --- démobilisé du service de Volontaires, le 6 Mai 1864 --- a commandé l’Artillerie/du Département Moyen.
Brevets promotionnels de Brigadier Général USA ? POUR Chancellorsville et de Major Général USA ? LE 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Sert dans l’Armée US --- Juillet 1877, Colonel du 4ème d’Artillerie US --- départ à la retraite le 1 Juillet 1880.
Note : co-auteur de "Instruction for Field Artillery" (1860).
Décédé le 20 Mai 1881, à Washington, au District de Columbia.


FRENCH, Windsor Brown USA
Né le 28 Juillet 1832, à Cavendish au Vermont.
Profession d’avant-guerre : Étudie au Tufts College 1839 --- Homme de Loi.
Service de Guerre : Septembre 1861, Premier Lieutenant au 77ème du New York --- Juin 1862, Major --- Juillet 1862, Lieutenant-colonel --- a commandé la 3ème Brigade/de la 2ème Division/du VIème Corps/de l’Armée du Shenandoah --- démobilisé le 13 Décembre 1864.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Homme de Loi --- 1868, élu Procureur de District pour le Comté de Saratoga.
Décédé le 24 Mars 1910, à Saratoga Springs au New York.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 6 May - 13:59 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

« French leave »
(congé français) expression signifiant s’absenter sans autorisation (=AWOL/absent with-out leave)


« French Pox »
(varicelle) expression désignant la petite vérole ou la syphilis........


« Fresh Fish »
(poisson frais) expression désignant une nouvelle recrue.


Friction Primer
(amorce à friction) Elle se compose d'un tube chargé de poudre, au sommet duquel est fixée une tasse contenant de la poudre de friction, composée de deux parts de chlorate de potassium, et d'une part de sulfate d'antimoine, qui est enflammée au moyen d'une tige coulissante (slider), actionnée avec une longe (lanyard). Le tube, la tasse et la tige coulissante sont faits de tôle en laiton. La longe, pour actionner l'amorceur (primer), est un morceau solide de corde (environ 0,2 pouces d'épaisseur) de 12 pieds de long ; à une extrémité est attaché un petit crochet de fer, avec un oeillet pour la longe, et à l'autre extrémité un billot de longe (toggel), de 0,75 pouces de diamètre et 4 pouces de long. Si elles sont endommagées par l'humidité, les amorces à friction redeviennent utilisables lorsqu'elles sont séchées, et elles ont le grand avantage de la portabilité et de la certitude de l'ignition.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Sun 6 May - 17:23 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Friendly shots
Au cours de la Guerre Civile Américaine, il y eut de nombreux incidents du type de ce qu'on appellera plus tard "tir ami". Cet euphémisme particulier est né du conflit vietnamien auquel l'Amérique et de nombreuses autres nations ont contribué de 1959 à 1975. À l'époque de la Guerre Civile, un tel terme n'existe pas et c'est donc difficile à retracer. Parfois appelés accidents, tirs accidentels, tirs par derrière, erreurs d'identification ou incidents malheureux, ces cas concernent tous des troupes amies frappées par le feu d'autres troupes amies. Il est extrêmement difficile de documenter ces incidents pendant TOUTE guerre car la plupart des commandants et les troupes ne veulent pas admettre d'actes répréhensibles dans ces circonstances. Personne ne veut admettre avoir tué des amis au lieu d'ennemis. Pour la Guerre Civile, ce phénomène est particulièrement difficile à localiser car il y a beaucoup de troupes inexpérimentées, d'uniformes et de drapeaux similaires qui dérangent beaucoup d'hommes. Selon le Lieutenant-colonel Robert C. Stevenson du Centre Australien d'Etudes de la Guerre Terrestre, le tir fratricide ou "tir ami" peut être classé en 3 types :
-----Le premier est le tir fratricide accidentel, qui implique l'intention active de tuer l'ennemi, mais au lieu de cela entraîne une mort imprévue et involontaire ou des blessures aux troupes amies.
-----Le second est le tir fratricide militaro-industriel, qui n'implique aucun ennemi, mais où les actions d'une troupe amicale entraînent la mort ou blessent d'autres membres d’une force amie.
-----Le troisième est le tir fratricide calculé, qui implique l'intention active de tuer l'ennemi ou de détruire son équipement ou ses installations, mais d'une manière qui met consciemment en danger des forces amies.
Alors que le premier et le troisième peuvent sembler identiques, il y a une différence: si votre Batterie d'Artillerie identifie une cible que l'on croit être l'ennemi au milieu d'une bataille et lui tire dessus et le tue, alors c'est un tir fratricide accidentel ... .si cette même Batterie d'Artillerie est chargée de double "canister" et qu'elle risque d'être submergée parce que l'Infanterie de soutien cède et qu'elle ne sera pas à l'abri avant que la Batterie puisse décharger ses canons, alors c'est un tir fratricide calculé si le commandant de Batterie décide de continuer, et de tirer de toute façon pour essayer d'arrêter cette charge. C'est une distinction importante qui peut avoir des répercussions majeures si les choses ne se passent pas comme prévu. Examinons chacun des trois types de "tir ami" et voyons quelques exemples pour chacun.

Le premier type de tir fratricide accidentel, s'est produit à plusieurs reprises au cours de la Guerre Civile. Les Généraux confédérés semblent avoir une chance particulièrement mauvaise. Bien sûr, l'exemple le plus célèbre est la blessure accidentelle du Général CS Thomas "Stonewall" Jackson par ses propres troupes pendant la Bataille de Chancellorsville. Le 2 Mai 1863, Jackson et son état-major sont visés vers 20h45 par des membres du 18ème de Nord Caroline - Jackson est touché aux mains droite et gauche et dans le bras gauche. Peu de temps après avoir été amputé de son bras gauche, Jackson développe une pneumonie et meurt le 10 Mai.
Un autre exemple célèbre est la blessure du Général James Longstreet, un an plus tard, à peu près au même endroit pendant la Bataille de la Wilderness. Le Général Micah Jenkins, qui est présent lors de la blessure de Longstreet, perd la vie, étant mortellement blessé à la tête par la même volée qui atteint Longstreet. La perte de Jenkins est pleurée au sein de l'Armée de Nord Virginie. Longstreet est gravement touché et sera absent pendant des mois.

« Alors que le 12ème Régiment fait demi-tour pour prendre position de l'autre côté de la Plank Road, il est pris, dans le bois, pour une avancée de l'ennemi, et le feu est ouvert par les autres Régiments de la Brigade. Les hommes se jettent au sol pour laisser passer les balles. À ce moment-là, notre groupe d'officiers qui est debout, est pris sous le feu. Le Général Jenkins n'a pas terminé l'expression des félicitations joyeuses que j'ai citées lorsqu'il tombe, mortellement blessé.
Le Capitaine Doby et l'infirmier, Bowen, de l'état-major de Kershaw, sont tués. Le Général Kershaw se retourne pour calmer les troupes, alors que la Brigade Jenkins, avec les fusils levés, est prête à retourner le tir du supposé ennemi, caché dans le bois, mais comme la voix claire de Kershaw lance "F-r-i-e-n-d-s!" (Amis !), les armes sont abaissées, sans tirer en retour, et les hommes se couchent face contre terre.
Au moment où Jenkins est tombé, j'ai reçu le choc sévère d'une balle Minié passant dans ma gorge et mon épaule droite. Le coup m'a soulevé de selle, et mon bras droit est retombé sur le côté, mais je me suis rétabli sur ma selle et j'ai commencé à avancer, quand en une minute un flot de sang m'a averti que mon travail de la journée était terminé. Alors que je me retourne pour revenir en arrière, les membres de l'état-major, me voyant sur le point de tomber, me retirent de la selle et me couchent sur le sol
».

L'un des exemples les moins connus n’est que théorique car jamais prouvé. Le 6 Avril, les forces confédérées sous le commandement du Général Albert Sydney Johnston attaquent les forces du Général U.S. Grant à proximité de l'église de Shiloh. Au cours de la bataille sanglante, Johnston est frappé à la jambe et saigne lentement à mort alors qu'il reste sur le terrain. Ce que l'on ne sait peut-être pas aussi, c'est que Johnston est touché par trois balles des Yankees qui ne lui causent aucun préjudice autre que de laisser de légères éraflures. Quand il reçoit sa blessure fatale, c'est à l'arrière de la jambe. Les historiens Wiley Sword et William C. Davis sont tous deux arrivés à la conclusion que si Johnston est suffisamment éloigné pour que 3 balles Yankees ne le blessent pas, il est fort probable que celle qui a traversé la jambe par derrière soit un "tir ami". Si oui, alors cela ferait d’A.S. Johnston, l'officier général confédéré du plus haut rang à mourir d'un tir ami.

Les Yankees ont également eu un peu de malchance avec les "tirs amis", mais il est intéressant de noter que cela a pris plusieurs années avant que le grand public ne le sache. Pendant la Campagne d'Antietam, les forces US et CS se sont affrontées à South Mountain plusieurs jours avant l'engagement de Sharpsburg. Ici le Général confédéré Garland a perdu la vie sous les tirs fédéraux. Au cours de cet engagement, il y a aussi un autre officier général qui est tué - Jesse Reno, commandant le IXème Corps de l'Union. À l'époque, on a dit à tout le monde que Reno avait été tué par les Confédérés - en effet, car les Confédérés s'en vantaient eux-mêmes.

Dans son rapport officiel, D.H. Hill fait remarquer sarcastiquement : « Les Yankees de leur côté ont perdu le Général Reno, un Virginien renégat, qui a été tué par un tir heureux du 23ème de Nord Caroline ».

Pourtant, l'écrivain John Michael Priest, dans son livre exhaustif sur South Mountain, découvre des preuves d'une nature différente. Vingt-et-un ans après l'incident, l'officier d'ordonnance de Reno, Alexander Wood, s'est finalement présenté et a raconté une histoire de "tir ami". Selon Wood et d'après ce que Priest a trouvé durant ses recherches, quand Reno et son état-major avancent avec une Brigade, un membre du 35ème du Massachusetts voit le groupe et crie « Cavalerie rebelle ! » et tire sur le Général. Déposé de son cheval, Reno aurait dit : « Je suis tué. Abattu par nos propres hommes. ». À cause d'une réaction redoutée, les officiers vont garder le silence pendant de nombreuses années après la guerre. Si cela est vrai, alors Reno serait le premier officier général tué par ses propres troupes, devançant Stonewall de près de 8 mois.

Plusieurs officiers supérieurs confédérés sont passés tout près du "tir ami". Ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que Longstreet a failli perdre la vie près de 3 ans auparavant à la Première Bull Run. Selon James Franklin Jr, un soldat confédéré du 11ème Régiment de Virginie :
« Pendant ce temps, notre regretté Général J.A. Early est arrivé sur notre droite avec son ancien Régiment, le 24ème de Virginie, et je crois avec un Régiment du Mississipi pour renforcer Longstreet, juste au moment où leur ligne s'est approchée de la lisière des buissons, ils ont pris nos hommes pour des Yankees, et certains d'entre eux ont tiré. Le Général Longstreet, étant entre sa Brigade et la ligne du Général Early, a sauté de son cheval pour éviter d'être abattu. Son cheval s'est enfui et nous avons pensé que le Général avait été tué ».

Un autre cas a presque failli coûter à la Confédération l'un de ses meilleurs chefs de Cavalerie. Le 22 Février 1864, près d'Okalona, au Mississippi, le Général N.B. Forrest engage les forces de l'Union dans un combat qui aboutira à une victoire des Confédérés. Selon “Friendly Fire in the Civil War” (Garrison, p. 134) :

« Poursuivant l'ennemi tard dans l'après-midi et accompagné seulement de son escorte personnelle, Forrest et son petit groupe sont confondus avec l'ennemi. À environ 14 miles d'Okalona, des hommes qui pourtant connaissent personnellement Forrest et qui ont chevauché avec lui pendant des jours, vont tirer une fois sur lui. Lorsque la fusillade sur le groupe de rebelles se termine, un homme est mort et Forrest a des trous dans ses vêtements, causés par des balles ».

Les Généraux confédérés ne sont pas les seuls à avoir été soumis à un tir ami accidentel. Les troupes des deux côtés ont senti l'aiguillon du feu ami, encore et encore. Le 31 Mai 1861, le New York Evening Post a publié le résumé d'un affrontement survenu près du Palais de Justice de Fairfax, “Friendly Fire in the Civil War” (Garrison pp 7-8) :
« Ce matin, alors que les troupes rebelles stationnées à Fairfax Court-House, en Virginie, avancent sur les lignes fédérales, lorsqu'un Régiment de leur Infanterie tire par erreur sur une Compagnie de leur Cavalerie, tuant sept ou huit hommes et en blessant plusieurs autres ».

Quelques jours plus tard (le 10 Juin), à Big Bethel, c'est au tour du Nord de sentir le goût du feu ami.
Le Colonel Joseph B. Carr, qui sera plus tard Major-général, l'a appelé « le combat désastreux à Big Bethel _ que nous pouvons à peine appeler bataille ». Les Fédéraux se montrent trop inexpérimentés, surtout contre les ouvrages défensifs confédérés sur lesquels ils se fracassent pendant la nuit, traînant même un canon à la main. Certains des Régiments du Nord ont des uniformes gris ; ainsi le 3ème du New York attire les tirs du 7ème du New York, dont le commandant, le Colonel John Bendix, n'a pas reçu le mot de passe. Les Fédéraux attaqués, crient continuellement le mot de sommation "Boston", mais Bendix, ignorant sa signification, part à l'assaut. Après une courte retraite, l'erreur est découverte, mais pendant ce temps les deux Régiments fédéraux en avant-garde, entendant le tir, concluent que les Confédérés ont atteint leurs arrières et immédiatement se retirent. Alors, avec l'espoir de toute surprise disparue, les commandants du Nord se regroupent unité par unité.

Ces deux « batailles » ne sont en réalité que des escarmouches mineures comparées à ce qui va arriver. Le 21 Juillet 1861, les forces de l'Union et Confédérées se livrent ce qui va devenir la première grande bataille de la guerre _ Bull Run ou Manassas. Avec plus de 60 000 hommes de troupes inexpérimentés (plus de 36 000 seront engagés dans le combat), il y a forcément des incidents de tir amis à volonté. Les jeunes recrues délivrent des volées trop tôt et trop hautes, frappant pareillement amis et ennemis. De nombreuses unités de Milice arrivent au combat en portant les mauvaises couleurs d'uniformes. Le 2ème du Wisconsin vêtu de gris a ceci à dire au sujet de cette expérience :
« Les bois devant nous sont pleins d'hommes qui tirent sur nous. Le fort, maintenant clairement vu, est rempli d'hommes et ses remblais s'alignent avec le feu de la mousqueterie dirigé contre nous. Sous ce feu, ils restent quelques minutes retournant le tir régulièrement mais avec un effet terrible puis ils reculent de trois ou quatre mètres vers la route, tirant tout le temps. Là, ils cessent de battre en retraite et se rallient de nouveau aux rebelles pour y tirer trois ou quatre salves. De leur côté, dix canons tirent sur le nôtre. Les balles sifflent toutes sortes de mélodies, mais surtout à une cadence rapide. Tandis que nous reculons un peu en direction de la route, vers le 69ème du New York, autour duquel il y a beaucoup de fumée, qui nous balance une pleine volée, de l'arrière. Nos hommes, après avoir essuyé un tel feu de la part des rebelles, puis un feu arrière d'un groupe d'imbéciles de notre côté, se replient sur la route et se mélangent à d'autres Régiments et, pour conséquence inévitable, se retirent de la colline, dans la confusion. Le 69ème, après avoir tiré une ou deux salves, rompt les rangs et part en courant dans un parfait désordre. Comme nous descendons la colline, l'ennemi ouvre un terrible feu croisé à partir des bois sur notre gauche en même temps que le fort à l'arrière garde un feu constant de mitraille et d'obus sur les Régiments en retraite ».

Du côté des Confédérés, le Major C.R. Wheat du Premier Bataillon Spécial, des Volontaires de Louisiane, a écrit à propos de cette expérience pour son unité. De “Friendly Fire in the Civil War”, (Garrison p. 24) :
... ayant formé son unité à gauche du Stone Bridge (pont de pierre), les hommes suivent ses ordres et s'éloignent vers la gauche dans un champ ouvert près d'une zone boisée. De ce que Wheat appelle « cette convoitise », à sa grande surprise, le Bataillon « reçoit une volée de mousqueterie qui vient malheureusement de nos propres troupes, nous prenant pour l'ennemi, tuant trois hommes et blessant plusieurs autres. Apprenant instantanément la véritable cause de l'accident, j'ai demandé à mes hommes de ne pas riposter. Ceux qui sont assez près pour m'entendre, obéissent ; pas les plus éloignés ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Mon 7 May - 09:55 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

FRINK, Henry Alexander USA
Né le 23 Novembre 1829, à Norwich au Connecticut.
Profession d’avant-guerre : Entre à l’Académie Militaire de West Point en 1846 --- démissionne le 3 Avril 1847 --- Ingénieur civil.
Service de Guerre : Août 1861, Major au 11ème de Pennsylvanie --- Septembre 1862, Lieutenant-colonel --- Mai 1864, Colonel du 186ème de Pennsylvanie --- démobilisé le 15 Août 1865.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 4 Octobre 1865.
Décédé le 12 Mai 1892, à Westerly au Rhode Island.


FRISBIE, Henry Newton USA
Né le 1 Octobre 1829, à Hannibal au New York.
Profession d’avant-guerre : Fabricant d’outils et de machines agricoles.
Service de guerre : Septembre 1861, Capitaine au 37ème d’Illinois --- Juillet 1862, Major --- Décembre 1862, Lieutenant-colonel --- démissionne le 17 Octobre 1863 --- Octobre 1863, Colonel du 92ème USCT (Troupes de couleur) --- a commandé la 1ère Brigade/de la 1ère Division/des USCT/du Département du Golfe --- Morganza/du District de Morganza/du Département du Golfe --- démobilisé le 31 Décembre 1866.
Brevet promotionnel de Brigadier Général USV, le 13 Mars 1865.
Carrière d’après-guerre : Homme de Loi.
Décédé le 4 Août 1897, à New Orleans en Louisiane.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 8 of 9

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group