Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La Civil War de A à Z
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques
Previous topic :: Next topic  
Author Message
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Mon 12 Mar - 18:54 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
DESHLER, James CSA
Né le 18 Février 1833, à Tuscumbia en Alabama
Profession d’avant-guerre : Diplômé de West Point en 1854 __ juillet 1854, Deuxième Lieutenant au 3ème d’Artillerie US __ septembre 1858, Premier Lieutenant au 10ème d’Infanterie US.
Service de guerre : mai 1861 Capitaine dans l’Artillerie de la Milice de Virginie __ juillet 1861, Capitaine dans l’Artillerie CS __ a commandé l’Artillerie de l’Armée du Nord-Ouest __ est présent à Allegheny Summit (blessé) __ 1862, Colonel dans l’Artillerie CS __ a commandé l’Artillerie du Département de Nord Caroline __ décembre 1862, Assistant Adjutant-Général de l’Armée du Trans-Mississippi __ présent à Arkansas Post (capturé le 11 janvier 1863) __ juin 1863, échangé __ juillet 1863, Brigadier-général (non confirmé) __ a commandé la Brigade Deshler/de la Division Cleburne/du Corps D.H. Hill/de l’Armée du Tennessee __ est présent à Chickamauga (tué).
Décédé le 20 septembre 1863, à Chickamauga en Georgie



Detachment
C’est la séparation de plusieurs hommes d'un seul corps de troupes ou de corps différents, et la réunion subséquente de ces hommes sous un chef militaire constituent un détachement. Nous appelons aussi détachement, les escortes de convois de prisonniers, les expéditions maritimes, les patrouilles, les cours martiales, les gardes, les Pionniers, les services spéciaux, les Marines à bord de navires, etc.



Detail
Les corvées effectuées par groupes (detail) sont de trois classes.
La première classe comprend : 1. les grandes gardes et les avant-postes ; 2. la garde intérieure, pour les magasins, l’hôpital, etc. 3. les plantons ; 4. la police du poste.
La seconde classe comprend : 1. les détachements pour protéger les ouvriers sur les ouvrages militaires, comme les travaux sur les fortifications, les communications ; 2. les groupes de travail pour ces tâches militaires ; 3. les détachements pour protéger les groupes de corvée.
La troisième classe comprend toutes les corvées, sans armes, dans ou hors du camp.
Le roulement se fait dans l'ordre des rôles (roster) pour les officiers, les sous-officiers et les hommes. Les premiers en tête de liste assurent la grande garde, les suivants la garde intérieure, et ainsi de suite.
Les soldats marchent avec le sac à dos pour tous les devoirs de la première classe ; et avec les armes et les équipements complets pour tous les groupes de travail hors du camp, sauf indication contraire.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln


Last edited by daddutt roger on Fri 16 Mar - 00:07 (2018); edited 1 time in total
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Mon 12 Mar - 19:00 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DeValls Bluff
DeValls Bluff et Des Arc sont devenus deux avant-postes militaires importants de l'Union entre Little Rock et Helena. La prise et la protection de ces villes est une grande priorité pour les commandants fédéraux, de 1863 jusqu'à la fin de la guerre.
Les villes sont d'abord prises par les troupes fédérales en janvier 1863. Une expédition est lancée le long de la White River le 13 janvier 1863, après la capture d'Arkansas Post. Sous le commandement du Brigadier-général Willis Gorman, les troupes prennent St. Charles, le premier jour de l'expédition. Laissant l'USS Cincinnati et plusieurs unités en arrière, Gorman continue en amont de la White River, et le 18 janvier, les Fédéraux prennent DeValls Bluff. Relié à North Little Rock, par une voie ferrée, DeValls Bluff est important pour les lignes d'approvisionnement de Little Rock. Le même jour, l'USS Romeo et l'USS Forest Rose, ainsi que le 24ème d'Indiana, prennent Des Arc. Pendant que ses troupes remontent la White, Gorman est continuellement dépouillé d'unités par le Major-général John McClernand, qui exige leur utilisation près d'Arkansas Post, et Gorman est incapable de poursuivre son expédition après Des Arc. Il revient à St. Charles le 20 janvier et proclame la réussite de l'expédition, avec la capture de plus de 100 prisonniers, de deux canons, de nourriture, et autre matériel de guerre. Les deux villes ont été surprises par l'arrivée des forces fédérales et n'ont pas résisté.
Les forces fédérales continuent à occuper Helena et la campagne environnante, mais DeValls Bluff et Des Arc retrouvent le contrôle confédéré. En août 1863, le Général Frederick Steele, commandant fédéral en Arkansas, lance une campagne pour capturer Little Rock à la lumière de la victoire de l'Union durant la Bataille d'Helena le 4 juillet. La Cavalerie fédérale du Brigadier-général John W. Davidson effectue des raids dans le nord-est de l'Arkansas, allant aussi loin que Chalk Bluff et Jonesboro. Le 9 août, la Division Davidson atteint Clarendon et rencontre plusieurs canonnières sous le commandement du Lieutenant George Bache. Le jour suivant, Bache embarque de la cavalerie à bord et se dirige vers DeValls Bluff. La mission est lancée pour capturer les trains ou wagons de chemin de fer dans la ville. Les Fédéraux effraient les quelques troupes confédérées dans la région mais ne trouvent pas de train.
Continuant à travailler ensemble, Davidson et Bache remontent la White pour localiser la cavalerie confédérée sous le commandement du Brigadier-général John S. Marmaduke. Ils arrivent à Des Arc le 12 août, faisant des prisonniers et brûlant un entrepôt. Les navires de guerre fédéraux continuent à remonter les rivières White et Little Red avant de rebrousser chemin et de retourner à DeValls Bluff.
Steele conduit ses troupes hors d'Helena le 10 août et atteint Clarendon le 15 août. Il faut plusieurs jours pour transporter l'Armée à travers la rivière White, et chaque jour plus d'hommes tombent malades à cause de la chaleur, du manque d'eau et de l'insalubrité générale de la région. Steele tourne son armée vers le nord à DeValls Bluff, qui est considéré comme un meilleur emplacement en raison de son altitude. Le 24 août, la plus grande partie de la force fédérale est arrivée dans la ville et rapidement elle est transformée en hôpital et en dépôt d'approvisionnement pour la campagne.
DeValls Bluff continuera à servir d'important port fluvial fédéral et de terminal ferroviaire pendant son occupation.

Navires à vapeur à DeValls Bluff
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 13 Mar - 15:40 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Develop
(Développer) Dans le sens tactique ou stratégique, pour découvrir, par la reconnaissance et/ou par l’attaque, l'emplacement et la force de l'ennemi.


DEVENS, Charles Jr USA
Né le 4 avril 1820, à Charlestown au Massachusetts
Profession d’avant-guerre : 1838, diplômé d’Harvard __ homme de Loi __ politicien __ US marshal.
Service de guerre : 1861 Brigadier-général dans la Milice du Massachusetts __ Major au 3ème Bataillon des Massachusetts Rifles __ juillet 1861, Colonel du 15ème Massachusetts __ présent à Ball's Bluff (blessé) __ a commandé la 3ème Brigade/de la 1ère Division/du IVème Corps de l’Armée du Potomac __ est à Fair Oaks (blessé) __ avril 1862, nommé Brigadier-général de Volontaires __ a commandé la 1ère Brigade/de la 1ère Division/du IVème Corps de l’Armée du Potomac __ a commandé la 2ème Brigade/de la 3ème Division/du VIème Corps/de l’Armée du Potomac __ a commandé la 3ème Division/du VIème Corps/de l’Armée du Potomac __ a commandé la 1ère Division/du XIème Corps de l’Armée du Potomac __ est à Chancellorsville (blessé) __ a commandé le Dépôt des Draftés à Boston (juillet 1863-avril 1864) __ a commandé la 3ème Division/du XVIIIème Corps/de l’Armée du James __ a commandé la 3ème Division/du XXIVème Corps/de l’Armée du James __ a commandé le Département de Sud Caroline __ démobilisé le 2 juin 1866.
Brevet promotionnel de Major-général USV le 3 avril 1865.
Carrière d’après-guerre : Commandant-en-chef du GAR (Grande Armée de la République) 1873-1874 __ Ministre de la Justice 1877-1881 __ juge.
Décédé le 7 janvier 1891, à Boston au Massachusetts
.


« devil is beating his wife »
(le diable bat sa femme) se dit quand le soleil brille, mais qu’il pleut.


Devil’s Backbone
Confiants de s'être débarrassés des Confédérés du territoire indien (l'Oklahoma actuel), le Major-général James G. Blunt se tourne vers la présence rebelle autour de Fort Smith, en Arkansas. Capturant le fort sans incident le matin du 1 septembre 1863, peu de temps après l'évacuation des Confédérés, Blunt ordonne de poursuivre des rebelles en fuite. Le Colonel William Cloud organise une colonne de 1 500 hommes de deux régiments de Cavalerie avec une Batterie d'Artillerie et se dirige vers le sud. À quinze miles au sud du fort, les Rebelles, commandés par le Brigadier-général William Cabell, se tournent vers Cloud et lui tendent une embuscade à la base de Devil's Backbone, une imposante arête est-ouest située juste au sud de Greenwood. Cloud ordonne à sa Cavalerie de démonter et place son Artillerie sur la route. Les hommes de Cabell, dont beaucoup sont des anciens déserteurs et des conscrits, ne se battent pas bien et cèdent dès la première attaque. L'action se dégrade en une escarmouche d'Artillerie et d'armes légères sur les pentes de la crête pendant trois heures, aucun des deux camps ne tente de lancer une attaque majeure. Se regroupant, les cavaliers de l'Union finalement avancent de nouveau, avec l'aide de l'Artillerie, et forcent les Confédérés à se retirer. Les deux camps revendiquent la victoire, mais les hommes de Cloud tiennent la passe à la fin des combats. Fort Smith restera un avant-poste de l'Union sur la rivière Arkansas pour le restant de la guerre.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 13 Mar - 16:31 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Devil’s Den
1).
(repaire du Diable) Un groupe de gros rochers au pied d'une colline, connue sous le nom de Little Round Top, où certains des combats les plus féroces de la Bataille de Gettysburg ont eu lieu.

2). Nom donné à une grotte par une bande de sympathisants de l'Union et des déserteurs confédérés dans l'est du Mississippi, qui l'ont utilisé comme une cachette à partir de laquelle ils ont lancé des raids. Les guérilleros ont quitté leur refuge sur une île de la Leaf River dans le Comté de Jones pour piéger les soldats rebelles, assassiner les collecteurs d'impôts et autres sympathisants confédérés, brûler des ponts, couler les ferry-boats et fournir de la nourriture aux familles indigentes, laissées pour compte à cause de leurs sympathies pour l'Union et à cause de la guerre.


« Devil Fish »
(poisson du diable) Terme désignant une mine marine confédérée en forme de poisson.


DEVIN, Thomas Casimer USA
Né le 10 décembre 1822, à New York City au New York
Profession d’avant-guerre : Peintre en bâtiment __ Lieutenant-colonel dans la Milice de l’Etat.
Service de guerre : juillet 1861 Capitaine au 1er de Cavalerie du New York __ novembre 1861 Colonel du 6ème de Cavalerie du New York __ a participé à la Campagne d’Antietam __ a commandé la 2ème Brigade/de la 1ère Division/du Corps de Cavalerie/de l’Armée du Potomac __ est présent à Chancellorsville __ à Beverly Ford __ à Gettysburg __ à la Campagne de la Shenandoah Valley __ à Front Royal (blessé) __ à Winchester __ à Fisher's Hill __ à Cedar Creek __ octobre 1864, nommé Brigadier-général de Volontaires __ a commandé la 1ère Division/du Corps de Cavalerie/de l’Armée du Shenandoah __ a commandé la 1ère Division/du Corps de Cavalerie/du Département de Washington __ démobilisé du service de Volontaires le 15 janvier 1866.
Brevet promotionnel de Brigadier-général USV le 15 août 1864 (pour Front Royal) __ de Major-général USV le 13 mars 1865 __ de Brigadier-général USA le 2 mars 1867 (pour Sayler’s Creek).
Carrière d’après-guerre : Service dans l’Armée US __ juillet 1866, Lieutenant-colonel du 8ème de Cavalerie US __ juin 1877, Colonel du 3ème de Cavalerie US.
Décédé le 4 avril 1878, à New York City au New York.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 13 Mar - 18:55 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DEWEY, Joel Allen USA
Né le 20 septembre 1840, à Georgia au Vermont
Profession d’avant-guerre : Fréquente le Oberlin College en Ohio.
Service de guerre : octobre 1861 Deuxième Lieutenant au 58ème d’Ohio __ janvier 1862, Capitaine au 43ème d’Ohio __ est présent à New Madrid __ à Iuka __ à Corinth __ sert en garnison au Tennessee __ Février 1864, Lieutenant-colonel du 3ème d’Alabama __ juin 1864, Lieutenant-colonel du 111ème USCT (Colored Troops) __ est à Athens (capturé 1864 puis échangé 1865) __ avril 1865, Colonel __ novembre 1865, nommé Brigadier-général de Volontaires __ démobilisé le 31 janvier 1866.
Carrière d’après-guerre : 1867, s’installe au Tennessee __ homme de Loi __ procureur général de District.
Décédé le 17 juin 1873, à Knoxville au Tennessee.


DIBRELL, George Gibbs CSA
Né le Avril 12 1822, Sparta au Tennessee
Profession d’avant-guerre : Fermier __ commerçant __ politicien
Service de guerre : juin 1861, simple soldat Milice du Tennessee __ août 1861, Lieutenant-colonel au 25ème Tennessee __ est à Mill Springs __ à Murfreesboro __ septembre 1862 Colonel 13ème de Cavalerie du Tennessee __ à la Campagne de Tullahoma __ a commandé la 2ème Brigade/de la Division Forrest/de la Cavalerie de l’Armée du Tennessee __ a commandé la Brigade Dibrell/de la Division Armstrong/de la Cavalerie de Forrest/de l’Armée du Tennessee __ a commandé la Brigade Dibrell/de la Division Armstrong/du Corps de Cavalerie Wheeler/de l’Armée du Tennessee __ présent à Clinch River (blessé) __ a commandé la Division Dibrell/du Corps de Cavalerie/ du Département d’Est Tennessee __ a commandé la Brigade Dibrell/de la Division Kelly/du Corps de Cavalerie/de l’Armée du Tennessee __ est présent durant la Campagne d’Atlanta __ à Savannah __ juillet 1864 promu Brigadier-général __ est présent durant la Campagne des Carolines __ a commandé la Brigade Dibrell/de la Division Humes/du Corps de Cavalerie Wheeler/de l’Armée du Tennessee __ rejoint le Président Davis dans sa fuite __ libéré sur parole, à Washington en Georgie, le 9 mai 1865 .
Carrière d’après-guerre : Homme d’affaires __ banquier __ président de Chemin de Fer __ député US représentant le Tennessee (mars 1875-mars 1885).
Décédé le 9 mai 1888, à Sparta au Tennessee.


« Dick »
(mouton) Mascotte du 2ème du Rhode Island….


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Tue 13 Mar - 19:41 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DICKINSON, Anna Elizabeth USA
Née le 28 octobre 1842 à Philadelphie, en Pennsylvanie
Dickinson grandit dans la pauvreté. Son éducation formelle a lieu principalement à la "Friends 'Select School" de Philadelphie, mais elle est une lectrice avide et développe très tôt l'habitude de s'exprimer sur des questions publiques. À 14 ans, elle publie un article dans "The Liberator" de William Lloyd Garrison. En 1860, elle s'adresse à la "Pennsylvania Anti-Slavery Society" et, au début de 1861, elle parle à Philadelphie des « Droits des Femmes » à tel point qu'elle reçoit des invitations pour parler à plusieurs meetings dans toute la Nouvelle-Angleterre. Pendant une courte période en 1861, elle occupe un poste à la Monnaie US à Philadelphie, mais elle est congédiée pour avoir publiquement accusé le Général George B. McClellan de trahison durant la défaite de la Bataille de Ball's Bluff. Par la suite, elle se consacre aux conférences.
Une grande partie du travail de Dickinson en 1863 est effectué en faveur du Parti Républicain. En janvier 1864, elle se rend au Capitole US à Washington, District de Columbia. Son discours est empreint d'une passion ardente et d'une vitupération remarquable, qui, avec la nouveauté de son sexe et de sa jeunesse, la rend extrêmement populaire. Après la Guerre Civile, elle parcourt le pays, délivrant des discours sur la « Reconstruction », où elle préconise un traitement sévère envers le Sud ; sur « le travail et le salaire des femmes » ; contre le Mormonisme ; sur « les Démagogues et les Ouvriers » ; sur le « mal social » (maladie vénérienne). Elle publie « What Answer ? » (1868), sur le thème du mariage interracial ; « A Paying Investment » (1876), sur diverses réformes sociales ; et « A Ragged Register » (des gens, des lieux et des opinions) (1879), un mémoire.
Le revenu considérable de Dickinson est parti aussi vite qu'il est venu, et quand sa popularité en tant que conférencière a diminué, elle s'est tournée vers d'autres domaines. En mai 1876, elle apparaît à Boston dans une pièce de théâtre « A Crown of Thorns » ; elle et la pièce, sont rejetées par les critiques. Elle écrit plusieurs autres pièces, dont la plupart sont restées non-publiées et non-produites, bien que « An American Girl » ait été un succès pour Fanny Davenport en 1880. Après une apparition ridicule dans le rôle d’Hamlet en 1882, Dickinson se retire de la vue publique.
En 1888, Dickinson retourne sur les meetings à l'invitation du Comité National Républicain, mais son don inconditionnel pour la dénonciation et l'invective se révèle maintenant comme embarrassant, et elle est lâchée. Des signes croissants d'instabilité mentale conduisent à son incarcération dans un hôpital d'État à Danville, en Pennsylvanie, pendant une courte période en 1891. À sa libération, elle poursuit les responsables et obtient des dommages-intérêts symboliques. Dickinson vit le reste de sa vie tranquillement à New York.
Décédée le 22 octobre 1932 à Goshen, au New York.


« Dictator »
Peut-être le mortier le plus célèbre utilisé pendant la guerre. Cette arme était un mortier côtier de 13-pouces du Modèle 1861 qui a été monté sur un wagon de chemin de fer spécialement renforcé pour accommoder son poids de 17.000 livres. La Compagnie G du 1er d'Artillerie Lourde du Connecticut, a servi le "Dictator" au siège de Petersburg, en Virginie en 1864. Le mortier pouvait envoyer en lob un obus explosif de 200 livres à environ 2 miles et demi. Le "Dictator" était généralement placé dans une section courbe du Petersburg & City Point Railroad et a été employé pendant environ trois mois durant le siège. Surnommé aussi "l’Express de Petersburg"
.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 10:35 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DILGER, Hubert Anton Casimir USA
Né le 5 mars 1836, dans le village d'Eugen, en Allemagne. Son éducation initiale, comme Cadet dans des Académies Militaires, l’a conduit à servir comme Lieutenant dans l'Artillerie à cheval du Grand-Duc de Baden, principalement dans les garnisons de Karlsruhe et Rastatt, où il a développé des tactiques d'artillerie uniques et non conventionnelles, mettant l’accent sur le soutien rapproché à l’Infanterie, la mobilité, la précision et la vitesse de tir.
Dilger obtient un congé du Duché et part en Amérique pour offrir ses services à l'Union, commandant d'abord le 1er bataillon, d’Artillerie Légère de Virginie, sous les ordres du Major-général John C. Frémont et plus tard comme Capitaine de la Batterie ‘I’, du 1er Artillerie d’Ohio, au 1er Corps du Major-général Franz Sigel, à l’Armée de Virginie. Dilger a reçu la Médaille d'Honneur pour ses actions durant la Bataille de Chancellorsville en mai 1863. Sur le théâtre occidental, la précision et la vitesse de Dilger avec ses canons sont devenues légendaires. Surnommé « Leatherbreeches » (culottes de cuir) en raison de sa préférence pour les pantalons en peau de daim, le jeune homme fringant et beau, est devenu une personnalité populaire, et un ami de longue date d'Adolph Metzner. Dilger va acheter une propriété près de Front Royal, en Virginie, et y vivra comme fermier.
Il est décédé le 4 mai 1911, à Front Royal en Virginie.



DILL, Benjamin Franklin CSA
Né le 5 juillet 1814 à Augusta en Georgie. Il est l'un des confédérés les plus recherchés pendant la Guerre Civile. En tant que rédacteur en chef du Memphis Appeal pro-confédéré, le surnom de Dill est « le plus grand rebelle de tous ». Le Général Ulysses Grant et le Général William T. Sherman ont chassé Dill « à travers quatre états, mais ils n'ont pas pu faire taire la"Voix de la Confédération" ».
Le journal de Dill, le Memphis Appeal est le plus notoire pendant la Guerre Civile. Les officiers fédéraux l'appellent soit « ce fichu chiffon rebelle », soit « le nid de frelons de la rébellion », mais eux et leurs hommes le lisent toujours avidement parce qu’il reproduit des nouvelles de loin supérieures à celles des publications désuètes et partiales du Nord, ou des récits des journaux de camp sur ce qui se passe chez eux, sur les champs de bataille et dans la région hostile qu'ils occupent.
Sous la menace d'être capturé à Memphis, le 6 juin 1862, les presses et les plaques sont chargées dans un chariot et déménagent à Grenada, au Mississippi. Lorsque cette région est menacée, l'Appel est déplacé à Jackson au Mississippi, puis à Meridian au Mississippi, à Atlanta en Géorgie, et à Montgomery en Alabama. Lorsque le Raid du Général James H. Wilson s'approche de Montgomery, Dill continue son édition à Columbus en Géorgie. Quand le Général Wilson prend Columbus le 16 avril 1865, ses hommes ont finalement capturé Dill et l'Appeal. Le Général James H. Wilson fait remarquer : « Est-ce que nous avons enfin attrapé le vieux renard ? Eh bien, je serai damné ! ». La publication reprendra à Memphis le 5 novembre 1865.
Décédé le 4 janvier 1866, à Forest Hill au Tennessee.



dinner
Le nom normal dans les deux armées pour le déjeuner (lunch). Le « dinner » était sonné au clairon à midi, et les soldats recevaient du temps libre après ce repas.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 11:17 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Diplomacy CS
Une fois la guerre avec les États-Unis entamée, la Confédération place ses espoirs de survie sur l'intervention militaire de la Grande-Bretagne et de la France. Les Confédérés qui ont cru que « le coton est roi » - c'est-à-dire que la Grande-Bretagne doit soutenir la Confédération pour obtenir du coton - se sont trompés. Les Britanniques ont des stocks pour durer plus d'un an et ont développé des sources alternatives de coton, notamment l'Inde et l'Egypte. Ils ne sont pas sur le point de faire la guerre aux États-Unis pour acquérir plus de coton au risque de perdre les grandes quantités de nourriture importées du Nord. Le gouvernement confédéré envoie des délégations répétées en Europe mais les historiens leur donnent des mauvais points pour leur pauvre diplomatie. James M. Mason est allé à Londres et John Slidell à Paris. Ils ont été reçus officieusement, mais n'ont pas obtenu de reconnaissance officielle pour la Confédération.
À la fin de 1861, la saisie d'un navire britannique par la marine américaine indigne la Grande-Bretagne et conduit à une menace de guerre dans l'affaire du Trent. La reconnaissance de la Confédération semble proche, mais Lincoln libère les deux diplomates confédérés, les tensions se refroidissent, et la Confédération ne gagne aucun avantage.
Pendant les premières années de la guerre, le Ministre des Affaires étrangères britannique Lord John Russell, l'Empereur Napoléon III et, dans une moindre mesure, le Premier Ministre britannique Lord Palmerston, manifestent leur intérêt pour la reconnaissance de la Confédération ou du moins pour la médiation. William Ewart Gladstone, le Ministre britannique des Finances dont la richesse familiale était basée sur l'esclavage, est le principal défenseur pour une intervention afin d'aider la Confédération à devenir indépendante. Il ne réussit pas à convaincre le Premier Ministre Palmerston. En septembre 1862, la victoire de l'Union à la Bataille d'Antietam, la Proclamation préliminaire d'émancipation de Lincoln et l'opposition abolitionniste en Grande-Bretagne mettent fin à ces possibilités. Le coût pour la Grande-Bretagne d'une guerre avec les États-Unis aurait été élevé : la perte immédiate des expéditions de céréales américaines, la fin des exportations vers les États-Unis et la saisie de milliards de livres investies dans des titres américains. La guerre aurait signifié des impôts plus élevés, une autre invasion du Canada et des attaques mondiales à grande échelle contre la flotte marchande britannique. La reconnaissance pure et simple aurait signifié une guerre certaine avec les États-Unis ; au milieu des années 1862, les craintes de guerre raciales qui se sont produites en Haïti ont amené les Britanniques à envisager une intervention pour des raisons humanitaires. La Proclamation d'émancipation de Lincoln n'aboutit pas à la violence interraciale et encore moins à un bain de sang, mais elle donne aux amis de l'Union de solides arguments pour les disputes qui sévissent en Grande-Bretagne.
John Slidell, émissaire en France, réussit à négocier un emprunt de 15 000 000 $ auprès d'Erlanger et d'autres capitalistes français. L'argent est utilisé pour acheter des navires de guerre cuirassés, ainsi que des fournitures militaires qui arrivent grâce aux forceurs de blocus. Le Gouvernement britannique autorise la construction de navires-forceurs de blocus en Grande-Bretagne ; ils sont détenus et exploités par des financiers et des marins britanniques ; quelques-uns appartiennent et sont exploités par la Confédération. L'objectif des investisseurs britanniques est d'obtenir du coton très rentable.
Plusieurs nations européennes ont maintenu des diplomates en place qui ont été nommés aux États-Unis, mais aucun pays n'a nommé de diplomate pour la Confédération. Ces nations reconnaissent l'Union et la Confédération comme belligérants. En 1863, la Confédération expulse les missions diplomatiques européennes, conseillant à leurs sujets résidents de refuser de servir dans l'Armée confédérée. Les agents confédérés et fédéraux, sont autorisés à travailler ouvertement dans les territoires britanniques. Certains Gouvernements des États du nord du Mexique négocient des accords locaux pour couvrir le commerce à la frontière du Texas. Le pape Pie IX écrit une lettre à Jefferson Davis dans laquelle il s'adresse à Davis en tant que « l'honorable Président des Etats confédérés de l'Amérique ». La Confédération nomme Ambrose Dudley Mann comme agent spécial auprès du Saint-Siège, le 24 septembre 1863. Mais le Saint-Siège n'a jamais publié une déclaration officielle soutenant ou reconnaissant la Confédération.
Néanmoins, la Confédération est considérée internationalement comme une tentative sérieuse de nation, et les Gouvernements européens envoient des observateurs militaires, officiels et non officiels, pour évaluer s'il y a eu un établissement de fait de l'indépendance. Parmi eux, Arthur Lyon Fremantle des British Coldstream Guards, Fitzgerald Ross des Hussards autrichiens et Justus Scheibert de l'Armée prussienne. Les voyageurs européens visitent et écrivent des comptes-rendus pour publication. Fait important en 1862, les "Sept mois dans les États rebelles pendant la guerre nord-américaine" du Français Charles Girard, témoignent que « ce gouvernement ... n'est plus un gouvernement d'essai ... mais vraiment un gouvernement normal, l'expression de la volonté populaire ». Fremantle écrit dans son livre « Trois mois dans les États du Sud » qu'il n'a « pas tenté de dissimuler les particularités ou les défauts du peuple du Sud. Beaucoup de gens désapprouveraient sans doute fortement certaines de leurs coutumes et habitudes dans le Sud, mais je pense qu'aucun homme généreux, quelques soient ses opinions politiques, ne peut faire autrement qu'admirer le courage, l'énergie et le patriotisme de toute la population, et l'habileté de ses dirigeants, dans cette lutte contre toute attente. Et je suis aussi d'opinion que beaucoup seront d'accord avec moi en pensant qu'un peuple dans lequel toutes les classes et les deux sexes affichent une unanimité et un héroïsme qui ne peut jamais avoir été surpassé dans l'histoire du monde, est destiné, tôt ou tard, à devenir une grande et indépendante nation » L'empereur français Napoléon III assure au diplomate confédéré John Slidell qu'il fera « une proposition directe » à la Grande-Bretagne pour une reconnaissance conjointe. L'Empereur fait la même assurance aux députés John A. Roebuck et John A. Lindsay. Roebuck, à son tour, prépare publiquement un projet de loi à soumettre au Parlement le 30 juin, soutenir la reconnaissance anglo-française conjointe de la Confédération. « Les Sudistes ont le droit d'être optimistes, ou du moins pleins d'espoir, que leur révolution prévaudra, ou du moins qu'elle durera ». Après les doubles revers de Vicksburg et de Gettysburg en juillet 1863, les Confédérés « subissent une grave perte de confiance en eux-mêmes » et se replient dans une position défensive intérieure. Il n'y aura pas d'aide de la part des Européens.
En décembre 1864, Davis envisage de sacrifier l'esclavage afin d'obtenir la reconnaissance et l'aide de Paris et de Londres ; il envoie secrètement Duncan F. Kenner en Europe avec le message que la guerre est menée uniquement pour « la défense de nos droits à l'autonomie et à l'indépendance » et que « aucun sacrifice n'est trop grand, sauf celui d'honneur ». Le message indique que si les Gouvernements français ou britannique subordonnent leur reconnaissance à quelque chose, la Confédération consentira à de telles conditions. Le message de Davis ne peut pas explicitement reconnaître que l'esclavage est sur la table de négociation en raison du soutien interne toujours fort pour l'esclavage parmi les personnes riches et politiquement influentes. Les dirigeants européens ont tous vu que la Confédération est au bord de la défaite totale.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 12:32 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Diplomacy US
La politique étrangère de Lincoln est déficiente en 1861, et il ne réussit pas à obtenir le soutien du public en Europe. Les diplomates ont dû expliquer que les Etats-Unis ne sont pas engagés dans la fin de l'esclavage, faisant plutôt appel à l'inconstitutionnalité de la sécession. En revanche, les porte-parole confédérés ont beaucoup plus de succès : ils ignorent l'esclavage et se concentrent plutôt sur leur lutte pour la liberté, leur engagement en faveur du libre-échange et le rôle essentiel du coton dans l'économie européenne. La plupart des dirigeants européens ne sont pas impressionnés par les arguments juridiques et constitutionnels de l'Union et jugent hypocrite que les États-Unis cherchent à nier à l'une de ses régions le même genre d'indépendance que la Grande-Bretagne lui avait acquise huit décennies plus tôt. En outre, l'Union n'étant pas engagée à mettre fin à l'esclavage, elle lutte pour convaincre les Européens (surtout les Britanniques) qu'il existe une inégalité morale entre les rebelles qui fondèrent les États-Unis en 1776 et les rebelles qui veulent fonder les États confédérés en 1861. Encore plus important, l'aristocratie européenne (le facteur dominant dans chaque grand pays) est « absolument ravie de déclarer que la débâcle américaine est la preuve que toute l'expérience du Gouvernement populaire a échouée : les dirigeants européens ont salué la fragmentation de la République américaine ascendante.
Pendant des décennies, les historiens ont débattu de qui a joué le rôle le plus important dans la formation de la diplomatie de l'Union. Au début du XXème siècle, le Ministre des Affaires Etrangères, William Seward, est considéré comme un anglophobe qui domine un Président faible. La réputation de Lincoln est restaurée par Jay Monaghan qui, en 1945, souligne l'efficacité discrète de Lincoln dans les coulisses. Une nouvelle étude réalisée par Norman Ferris en 1976, est une étude réaliste de la programmation actuelle de Seward, soulignant son rôle de leader. Lincoln continue d'obtenir des notes élevées pour son leadership moral dans la définition du sens du conflit en termes de démocratie et de liberté. De nombreuses monographies soulignent le rôle de chef de file de Charles Sumner à la tête de la Commission des Relations Etrangères du Sénat et de Charles Francis Adams en tant qu'Ambassadeur à la Cour de Saint-James en Grande-Bretagne.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 12:41 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Discharge
Après qu'un officier ou un soldat aura été dûment enrôlé et assermenté, il ne pourra être démobilisé sans une décharge écrite ; et aucune décharge qui lui est accordée ne sera suffisante si elle n’est pas signée par un officier d’état-major du régiment auquel il appartient ou par son officier-commandant ; et aucune décharge ne sera donnée à un sous-officier ou à un soldat avant l'expiration de son engagement, sauf sur ordre du Président, du Ministre de la Guerre, du commandant d'un Département ou de la sentence d'une cour martiale générale ; un officier ne peut être démis de ses fonctions que sur l'ordre du Président des États-Unis ou d'une cour martiale générale.




Discipline
La discipline peut être distinguée comme active et passive. L’active tire son pouvoir d'une hiérarchie militaire ou d'une gamme de subordination, habilement établie et réglementée ; elle est garantie par le calme, l'impartialité, la promptitude, la fermeté et le prestige de caractère des officiers. Ces qualités se manifestent en prévenant les torts plutôt qu'en punissant les fautes, et en s'abstenant de corrections arbitraires lorsqu'on est obligé de punir. La discipline, confiée à de telles autorités, éclairées par l'expérience militaire, jouera le rôle du gouvernement paternel et ne sera pas appliquée avec une rudesse impitoyable qui ne convient qu'aux gouvernements essentiellement despotiques.
La discipline passive est la fusion de l'intérêt individuel dans l'intérêt national. La première vertu militaire est l'esprit de corps, avec la fidélité au serment prêté en assumant la profession militaire. Ces devoirs exigent l'obéissance aux lois et aux ordres légitimes du Président des États-Unis, et aux officiers nommés conformément à la loi. Ces lois doivent commander l'obéissance de tous les subalternes, et se définir distinctement à toutes autorités. Elles doivent concerner le Président ou le commandant-en-chef aussi bien que le simple soldat. Les Droits et les Devoirs doivent être réciproques et établis par la loi, qui doit, pour maintenir la discipline, « déterminer avec précision les fonctions, devoirs et droits de tous les militaires - soldats, officiers, chefs de corps, généraux ». La discipline qui a atteint cette perfection efface le déficit en nombre et donne une nouvelle solidité à la valeur ; puisque, tout entouré de dangers, le brave homme sent que ses chefs et ses camarades ne sont pas moins dévoués, moins vigoureux ou moins expérimentés que lui.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln


Last edited by daddutt roger on Fri 16 Mar - 00:09 (2018); edited 1 time in total
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 13:24 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Dismission
Une cour martiale générale, en temps de paix peut limoger un officier, avec l’approbation du Président, dans chaque cas où elle est autorisée à appliquer la « peine de mort ou tout autre punition infligée par une cour martiale générale ». Une telle cour peut limoger ou renvoyer un officier, dans les cas suivants :
1). Etat d’ébriété durant le service
2). Violation des arrêts de rigueur.
3). Conduite indigne d’un officier et d’un gentleman.
4). Utilisation de mots méprisants et irrespectueux contre le Président des Etats-Unis, contre le Vice-président, contre le Congrès, contre le chef exécutif ou législatif de tout Etat où l’officier se trouve affecté.
5). Signature d’un faux certificat relatif à l’absence et à la solde d’un officier ou d’un soldat.
6). Falsification des rôles en nombre de soldats ou de chevaux.
7). Acceptation d’argent ou tout autre chose comme gratification, dans l’enrôlement de tout régiment, unité ou compagnie.
8). Falsification de rapports fait pour le Ministère de la Guerre, sur l’état des troupes, ou garnison sous son commandement ; ou sur l’état des munitions, des vêtements ou autres magasins sous sa responsabilité.
9). Acceptation ou provocation en duel d’un autre officier ou d’un soldat.
10). Vente, détournement, mauvaise utilisation, gaspillage, détérioration de provisions, de munitions ou d’armes, volontairement ou par négligence.
11). Application de tarif inadapté pour le bail des « sutlers », intérêt personnel ou en connivence avec eux dans la vente d’alcool, de victuailles ou autres produits fournis aux soldats.
12). Échec pour rendre justice ou donner réparation aux personnes maltraitées ou ennuyées par des officiers ou des soldats.



Dismount
Dans la Cavalerie, c’est combattre comme un fantassin.
Pour la Garde, c’est être relevé.
Pour une pièce d’Artillerie, c’est la retirer de son affût.



Dispositions
Manière dans laquelle les éléments d'une force militaire sont mis en place pour une opération.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 17:14 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

District
Une des parties qui composent une zone militaire, pour l’efficacité du commandement, et pour assurer la coordination entre différentes unités, opérant dans la même région. Pour rappel, une Division Militaire = 2 Départements ou + ; un Département = 2 Districts ou + ; un District = 2 Subdistricts ou + …


Exemple de District CS :
Au début, le Département de Floride Moyenne & de Floride Est est constitué de la Floride, à l'exception du "panhandle" (les Comtés de l'ouest) ; mais le 26 octobre 1861, il est étendu jusqu'à la Choctawhatchee River.
Du 21/08/61 au 10/10/61 __ GRAYSON, John B.
Du 10/10/61 au 22/10/61 __ SMITH, Edmund K.
Du 22/10/61 au 05/11/61 __ TRAPIER, James H.
Il devient District Floride Moyenne & de Floride Est au Département de Sud Caroline, Georgie & Floride, le 5 novembre 1861.
Du 05/11/61 au 14/03/62 __ TRAPIER, James H.
Il retrouve son statut de Département de Floride Moyenne & Floride Est, le 14 mars 1862.
Du 14/03/62 au 19/03/62 __ TRAPIER, James H.
Du 19/03/62 au 08/04/62 __ DILWORTH, William S.
Du 08/04/62 au 07/10/62 __ FINEGAN, Joseph
Il redevient District de Floride Est au Département de Sud Caroline, Georgie & Floride, le 7 octobre 1862.
Du 07/10/62 au 04/11/62 __ FINEGAN, Joseph
Il est ensuite découpé en 2 Districts (Moyen et Est), le 4 novembre 1862.
. . . . . 1° District de Floride Est au Département de Sud Caroline, Georgie & Floride
Du 04/11/62 au 23/02/64 __ FINEGAN, Joseph
. . . . . 2° District de Floride Moyenne au Département de Sud Caroline, Georgie & Floride
Du 11/11/62 au 07/08/63 __ COBB, Howell
Du 12/08/63 au 06/10/63 __ FINEGAN, Joseph
Du 06/10/63 au 23/02/64 __ GARDNER, William M.
Le 23 février 1864, ils sont regroupés pour former le District de Floride au Département de Sud Caroline, Georgie & Floride.
Du 23/02/64 au 30/08/64 __ ANDERSON, James P.
Du 30/08/64 au 29/09/64 __ JACKSON, John K.
Du 29/09/64 au 31/12/64 __ MILLER, William
Du 31/12/64 au 10/05/65 __ JONES, Samuel

Exemple de District US :
District du Missouri Central au Département du Missouri
Région comprise entre les Missouri et Osage Rivers, au Missouri.

Du 03/12/1861 au 12/02/1862 __ POPE, John
Du 12/02/1862 au 11/03/1862 __ TOTTEN, James
Il passe au Département du Mississippi
Du 11/03/1862 au 01/06/1862 __ TOTTEN, James
Il revient au Département du Missouri
Du 26/09/1862 au 09/06/1863 __ LOAN, Benjamin F.
Du 09/06/1863 au 24/07/1864 __ BROWN, Egbert B.
Du 24/07/1864 au 03/09/1864 __ PLEASONTON, Alfred
Du 03/09/1864 au 03/11/1864 __ BROWN, Egbert B.
Du 03/11/1864 au 27/02/1865 __ PHILIPS, John F.
Du 27/02/1865 au 12/04/1865 __ McNEIL, John
Du 12/04/1865 au 26/06/1865 __ HARDING, Chester Jr.
Du 26/06/1865 au 10/07/1865 __ BEVERIDGE, John L.



Districts Militaires
Après la guerre, les Etats du Sud vaincu sont partagés en 5 Districts Militaires, avec Armée d’occupation et Gouverneur militaire, en attendant le début de la « Reconstruction ».
Premier District Militaire
Organisé le 11 mars 1867, pour inclure la Virginie, prise aux Départements de Washington et du Potomac.
Du 11/03/1867 au 01/06/1868 __ SCHOFIELD, John M.
Du 01/06/1868 au 02/04/1869 __ STONEMAN, George
Deuxième District Militaire
Organisé le 11 mars 1867, pour inclure les Nord et Sud Caroline. Le 28 juillet 1868, est incorporé au Département du Sud.
Du 11/03/1867 au 27/08/1867 __ SICKLES, Daniel E.
Du 27/08/1867 au 28/07/1868 __ CANBY, Edward R.S.
Troisième District Militaire
Organisé le 11 mars 1867, pour inclure la Georgie et l’Alabama pris au Département du Tennessee, et la Floride au Département du Golfe. Le 28 juillet 1868, est incorporé au Département du Sud.
Du 11/03/1867 au 28/12/1867 __ POPE, John
Du 28/12/1867 au 06/01/1868 __ SIBLEY, Caleb C. (temporairement)
Du 06/01/1868 au 28/07/1868 __ MEADE, George G.
Quatrième District Militaire
Organisé le 11 mars 1867, pour inclure le Mississippi, pris au Département du Tennessee et l’Arkansas au Département du même nom. Le 28 juillet 1868, l’Arkansas est transféré au Département de Louisiane.
Du 11/03/1867 au 28/12/1867 __ ORD, Edward O.C.
Du 28/12/1867 au 04/06/1868 __ GILLEM, Alvan C. (temporairement)
Du 04/06/1868 au 30/06/1868 __ McDOWELL, Irvin
Du 04/06/1868 au 17/03/1869 __ GILLEM, Alvan C. (temporairement)
Cinquième District Militaire
Organisé le 11 mars 1867, pour inclure la Louisiane et le Texas, pris au Département du Golfe. Le 28 juillet 1868, la Louisiane forme le Département du même nom.
Du 11/03/1867 au 05/09/1867 __ SHERIDAN, Philip H.
Du 05/09/1867 au 15/09/1867 __ GRIFFIN, Charles (temporairement)
Du 15/09/1867 au 29/11/1867 __ MOWER, Joseph A. (temporairement)
Du 29/11/1867 au 16/03/1868 __ HANCOCK, Winfield S.
Du 16/03/1868 au 23/03/1868 __ REYNOLDS, Joseph J. (temporairement)
Du 23/03/1868 au 28/07/1868 __ BUCHANAN, Robert C. (temporairement)
Du 28/07/1868 au 04/11/1868 __ REYNOLDS, Joseph J. (temporairement)
Du 04/11/1868 au 05/03/1869 __ CANBY, Edward R.S.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln


Last edited by daddutt roger on Thu 15 Mar - 13:52 (2018); edited 1 time in total
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 18:04 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

District of Columbia
Le District Fédéral est le siège du Gouvernement des États-Unis. En 1791, le District est composé de deux comtés, séparés par le Potomac, et il est placé sous la juridiction d’une Cour de Justice itinérante, composé d’un magistrat-en-chef et de deux assesseurs ; le jugement de cette Cour est définitif pour les affaires criminelles, mais les affaires civiles dont la valeur du préjudice dépasse les 100 Dollars sont traitées par la Cour Suprême des États-Unis. Cet arrangement sera modifié par la suite. Au lieu de suivre un code de Lois homogène, le District a conservé ceux du Maryland et de Virginie. Un projet de Loi pour abolir l’esclavage dans le District est voté par le Congrès le 11 Avril 1862, et le 16 le Président Lincoln signe le Décret officiel. Il prévoit le paiement aux propriétaires, par la Trésorerie US, d’une compensation en moyenne de 300 Dollars par esclave émancipé. Ainsi l’émancipation a débuté dans la capitale de la nation. En connexion avec cet événement s’est déroulée une curieuse procédure. Un Noir libre du District, qui a payé pour sa femme esclave, celle-ci et son enfant étant en vertu de la Loi sur les esclaves, la propriété de l’époux, ce dernier a donc obtenu compensation pour son épouse et sa demi-douzaine d’enfants. En 1871, le District est organisé en Territoire avec le Gouvernement correspondant. Cependant, les dépenses pour les améliorations publiques sont si extravagantes, que le Congrès, en 1874, abroge la Loi créant le Territoire et confie la responsabilité de la municipalité à trois commissaires, deux civils et un Officier du Corps du Génie, nommés par le Président. Tous les pouvoirs législatifs sont assumés par le Congrès. La Justice est confiée à une Cour Suprême composée de 6 juges, et à d’autres tribunaux. Les dépenses de la municipalité sont compensées par moitié par le revenu occasionné par les taxes sur les biens privés et par moitié par subventions accordées par le Congrès. Les citoyens n’ont pas le droit de voter sur les questions nationales ou régionales.


L'investiture imminente de Lincoln et la sécession de sept États du Sud inférieur créent une atmosphère tendue dans le District de Columbia dans les premiers mois de 1861. Le sentiment sécessionniste en Virginie et au Maryland met la capitale de la nation en grand péril.
Dans un dernier effort pour résoudre cette crise, la Législature de Virginie invite les représentants des trente-quatre États à se réunir à l'hôtel Willard à Washington. Le 4 février 1861, aucun des États sécessionnistes n'est représenté le premier jour de la conférence. Le même jour, les électeurs de Virginie se sont rendus aux urnes pour élire des délégués à leur convention de sécession. Avec seulement vingt-et-un des trente-quatre États représentés, les délégués de la Conférence de la Paix de Washington ne réussissent pas à trouver un compromis qui pourrait sauver le pays.
Quand le Haut-Sud fait sécession après le bombardement de Fort Sumter et l'appel de 75 000 miliciens pour l'Union, Lincoln prend des mesures pour arrêter les sympathisants du Sud au Maryland pour les empêcher de provoquer une nouvelle rébellion. Une fois cette menace évitée, le Gouvernement cherche à protéger la capitale d'une éventuelle invasion du Sud. Avec l'afflux de soldats et de quémandeurs d'offices, la capitale est transformée en une zone de rassemblement pour la guerre.
Sous la pression, pour mettre fin rapidement à la guerre, Lincoln oblige le Général Irvin McDowell à mobiliser l'Armée de nouveaux Volontaires et à envahir le Sud. En juillet 1861, la première grande Bataille terrestre de la Guerre Civile a lieu à Manassas, en Virginie, à seulement 35 miles de Washington D.C. Après leur défaite, les soldats de l'Union se replient vers la capitale. Ils se préparent à une attaque confédérée contre la capitale; cependant, l'Armée confédérée, bien que victorieuse, n'est pas en état d'avancer sur Washington. Lincoln a craint pour la sûreté de la capitale pendant la guerre, mais surtout quand les Armées confédérées ont envahi le nord en 1862 et 1863.
La plus grande menace est venue en 1864 lorsque le Général confédéré Jubal Early a envahi le Maryland. Le 11 juillet, Early et ses troupes ont testé Fort Stevens, l'un des forts protégeant Washington D.C. La résidence d'été de Lincoln est à proximité, et il s'est rendu au fort quand il a entendu parler de la bataille. Pendant l'engagement, Lincoln s'est trouvé sous le feu, alors qu'il regardait l'attaque confédérée. Bien que Early se soit retiré le 12 juillet, l'engagement a provoqué la paranoïa dans la capitale et forcé le Général Grant à envoyer des soldats depuis la Virginie, pour poursuivre les confédérés en retraite.
Les hôpitaux de la région et la présence de nouvelles organisations créées à New York pour soutenir l'effort de guerre conduisent à un surpeuplement et à une pression sur l'approvisionnement en eau de la ville. Même si la guerre touche à sa fin, des milliers de soldats ont encore besoin de soins. En plus des activités militaires de la guerre, la capitale nationale est le théâtre de toutes les grandes décisions législatives et exécutives fédérales prises tout au long du conflit. Le Congrès adopte des lois de confiscation de plus en plus strictes, par exemple, permettant aux esclaves de passer par les lignes de l'Union en tant que contrebande et d'être employés dans l'effort de guerre. Il crée le Bureau des Troupes de Couleur en 1863, exécutant les dispositions de la Proclamation d’Émancipation pour ouvrir l'Armée aux recrues afro-américaines. Finalement, à la fin de la guerre, il adopte les 13ème, 14ème et 15ème Amendements à la Constitution, libérant tous les esclaves et accordant à tous les Afro-Américains leurs droits en tant que citoyens américains.
Dans le même temps, les actions du Président Lincoln à la Maison Blanche guident l'effort de guerre et ses implications du début à la fin. Il nomme et renvoie des Généraux, cajole son Cabinet, prend diverses décisions qui vont des efforts pour empêcher la guerre, à l'envoi de troupes, à l'offre d'émancipation graduelle, à la Proclamation d’Émancipation.
En avril 1865, Lincoln va voir une pièce au Théâtre Ford, cinq jours seulement après la capitulation de Lee à Appomattox Courthouse. Pendant la pièce, John Wilkes Booth tire sur le Président. Lincoln est emmené de l'autre côté de la rue, où il décède tôt le lendemain matin. Bien que Booth se soit échappé du Théâtre Ford, il est bientôt capturé après la plus grande chasse à l'homme de l'histoire américaine. Malgré la mort de Lincoln, le nouveau Président Andrew Johnson déclare la fin de la guerre le 10 mai 1865. Le 23 Mai, trois des Armées de l'Union vont commencer à traverser la ville pour leur grande revue. Les Troupes de Couleur US ne sont pas invitées à se joindre au défilé. Après les célébrations, deux des Armées sont dissoutes et renvoyées dans les foyers, étant démobilisées. Cependant, le travail de de la capitale nationale pour reconstruire l’Union vient de commencer.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 18:27 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

District of Columbia Emancipation Bill
Après une longue et difficile campagne menée par Abraham Lincoln pour mettre fin à l'esclavage dans le District de Columbia, le Décret est signé par le Président le 16 avril 1862. Le Sénat a voté en faveur de la Loi par 29 voix contre 14, le 3 avril. La Chambre des Députés l'a approuvée par 92 voix contre 36, le 12 avril. Le Décret permet la libération de 3 100 esclaves vivant dans le District. Les anciens propriétaires d'esclaves ont été indemnisés avec près de 1 million de dollars, à un taux moyen d'environ 300 dollars par esclave.




Disunion
Lors de débats houleux au Congrès, en 1779, au sujet de la pêche, des menaces de désunion ont été lancées par des Députés du Nord et du Sud. Il a été montré que la prospérité de la Nouvelle Angleterre dépend des pêcheries ; mais les États Sudistes n’y ont aucun intérêt. En fait, dans tous les États, la Doctrine de leur suprématie prévaut universellement, si bien que les élus du Congrès, au lieu de légiférer globalement, le font pour leur État respectif. Lorsque les appels lancés au Congrès pour répondre favorablement aux considérations de la Nouvelle Angleterre, restent sans effets, Samuel Adams déclare « qu’il deviendra de plus en plus nécessaire que les deux Empires (les États du Nord et ceux du Sud, séparés par la ligne Mason/Dixon) se séparent ». Lorsque le Nord offre une résolution préliminaire, stipulant de poursuivre la guerre, même sans la France et l’Espagne, afin de sauvegarder les pêcheries, quatre États rédigent une protestation, déclarant péremptoirement que si la résolution devait être votée, ils se retireraient de la confédération (ne pas confondre avec la Confédération Sudiste). Ces intérêts régionalistes se retrouvent continuellement sur la voie d’une union parfaite, souhaitée par les colons en lutte. L’inflexible ténacité de chaque État à vouloir conserver son titre de totale souveraineté, menace souvent l’Union de destruction et l’indépendance devient, dans l’esprit de beaucoup, un vain rêve.
Lorsqu’en Août 1781, des délégués du Vermont vont à Washington pour demander l’admission de l’État dans l’Union, cette mesure rencontre l’opposition des élus Sudistes car cela détruirait « la balance des pouvoirs » entre les deux parties de la confédération et donnerait l’avantage au Nord. L’achat de la Louisiane est désapprouvé et violemment critiqué par les leaders Fédéralistes, car cela va renforcer l’influence politique Sudiste et ensuite prendre le contrôle du Gouvernement National. Ils présentent la mesure comme hostile envers les sections du Nord et de l’Est de l’Union. Les politiciens Sudistes sont familiers de la prescription de la désunion comme remède aux incurables maux politiques, et ils sont résolus à tester son efficacité dans le cas en question.
Durant les années 1803 et 1804, le désir et la crainte de la dissolution de l’Union sont librement exprimés dans ce qui sera appelé les États au travail libre (free-labor) en 1861. À l’est des Allegheny, une convention choisie de Fédéralistes devant se tenir à Boston, se réunit à l’automne de 1804 pour considérer la question de la désunion. Alexander Hamilton y est invité, mais peu de temps avant son décès, sa condamnation énergique du plan dans son intégralité, semble avoir décontenancé les leaders et avoir mis fin au projet. Le Révérend Jedediah Morse, alors très influent dans l’Église et les milieux politiques de Nouvelle Angleterre, se fait le partisan de la séparation de l’Union des États de l’Est, afin de se débarrasser des démons du système esclavagiste ; et plus tard, Josiah Quincy, lors d’un débat à la Chambre des Députés, exprime l’opinion qu’il sera nécessaire de diviser l’Union pour remédier au mal chronique dont elle semble être atteinte
.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 19:13 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DIVERS, Bridget USA
Les héroïnes de la guerre pour l'Union, tout comme ses héros, viennent de toutes les classes de la société et représentent chaque classe dans l'échelle sociale. Les dames les plus raffinées et les plus polies socialement ont quitté des maisons luxueuses et se sont consacrées, semaine après semaine et mois après mois, au travail quotidien et aux veilles nocturnes dans les salles des grands hôpitaux.
Non moins louables et admirables, ont été le dévouement et l'abnégation de celles qui sont nées dans des milieux moins favorisés, et ont apporté avec elles au travail, si ce n'est pas l'élégance du boudoir, mais la bonne volonté cordiale, le sens vigoureux, et le travail inlassable de la classe laborieuse.
Si les antécédents et les manières de Bridget Divers, que les hommes de Sheridan connaissent communément comme "Irish Biddy" ou "Michigan Bridget", ne sont pas ceux de ce que le monde appelle "une dame", elle démontre qu'elle possède le cœur d'une vraie femme, courageuse, loyale et désintéressée, qui s'est dévouée, du début à la fin de la guerre, au bien-être du soldat, avec une générosité si incalculable, qu'elle mérite le souvenir reconnaissant et le respect sincère de tout patriote qui a vu une partie de son travail admirable. .
Au début de la guerre, elle accompagne le 1er de Cavalerie du Michigan et, pendant la guerre, continue d'agir avec et pour cette unité. Mais à mesure qu'elle se familiarise avec l'Armée, et qu'elle y est bien connue, elle étend ses travaux pour atteindre les besoins de la Brigade et même de la Division à laquelle appartient le 1er du Michigan.
Elle connait tous les hommes du Régiment et peut parler de son caractère, de ses besoins, de ses souffrances et de ses faits de guerre. Ses soins et sa bonté s'étendent aux besoins moraux et religieux, ainsi qu'à la santé, des hommes de son Régiment, comme elle l'appelle toujours. En l'absence de l'aumônier, elle se rend à la Commission chrétienne pour rapporter des livres et des journaux pour les hommes, disant qu'elle est l'aumônière intérimaire et semblant s'intéresser profondément au bien-être moral et religieux de tous.
Agissant tantôt comme vivandière ou "fille du régiment", comme infirmière, comme matrone d'hôpital, chef de salle, et quelquefois comme chirurgienne, elle est inestimable dans chaque capacité. De sa longue expérience avec les blessures et les maladies, son jugement est devenu excellent, et son habileté en pratique égale souvent celle d'un médecin. En tirant divers approvisionnements des Commissions Sanitaires et Chrétienne, elle fait preuve d'un bon jugement et sait exactement ce que les hommes veulent vraiment, n'encourageant jamais le gaspillage ou l'insouciance dans la distribution, alors qu'elle est vraiment très gentille et douce.
Toute son âme est dans le travail d'aider et de soutenir le soldat. Aucun jour n'est trop orageux ou trop froid pour l'arrêter dans une course de miséricorde. Elle surmonte tous les obstacles et lutte avec succès contre toutes sortes de rebuffades et de découragements dans l'exercice de ses fonctions.
Quand la Brigade est en service actif, elle est avec elle sur le terrain et partage tous ses dangers. Elle est une cavalière intrépide et habile, et aussi courageuse que les plus courageux sous le feu.
Dans la bataille réelle, elle a eu deux ou trois chevaux tués sous elle, et au cours de la guerre en a perdu huit ou dix de diverses manières.
Durant la Bataille de Cedar Creek, elle se trouve isolée et entourée par l'ennemi, mais parvient, par un mouvement adroit, à échapper à la capture.
Son apparence personnelle n'est pas agréable ou attrayante. Dormant sur le sol comme un soldat, et endurant tout, comme les autres, son visage est bruni, et sa silhouette devenue athlétique par l'exercice constant et la vie en plein air. Mais le cœur qui bat sous sa simple tenue est aussi plein de tendresse féminine que celui d'une princesse en velours pourpre ; et, quoique sa main soit forte et brune, elle est aussi prête à faire un acte de générosité que Florence Nightingale elle-même.
Même à la fin de la guerre, ses devoirs auto-imposés ne sont pas terminés. Elle s'est attachée à la vie libre et animée du soldat de Cavalerie, et préférant la vie de camp, avec ses épreuves et ses aventures, au confort et à la monotonie des villages, elle est maintenant avec le détachement qui a traversé les grandes plaines et les montagnes Rocheuses pour le service Indien sur la lointaine frontière occidentale.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Wed 14 Mar - 19:39 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Divided Families
Dans des centaines de cas individuels, la guerre a creusé un fossé entre frères, entre cousins et même entre père et fils. Cela est particulièrement vrai dans les États frontaliers comme le Kentucky, où la guerre a divisé ces illustres familles comme les Clay, les Crittenden et les Breckinridge et où sept frères et beaux-frères de l'épouse du Président des Etats-Unis se sont battus pour les États Confédérés. Mais c’est également vrai pour des Etats comme la Virginie, où le beau-père de JEB Stuart commandait la Cavalerie de l'Union, et même pour la Caroline du Sud, où Thomas F. Drayton est devenu Brigadier-Général dans l'Armée Confédérée et a lutté contre son frère, le Capitaine Percival Drayton de la marine de l'Union, à la Bataille de Port-Royal.

Le Général John Hunt Morgan a surpris et capturé la garnison fédérale à Lebanon dans le Kentucky. Avec un minimum de temps pour se préparer, le Lieutenant-colonel Charles S. Hanson a rapidement déployé ses 350 ou 400 hommes du 20ème d'Infanterie du Kentucky qui a servi dans l'armée de l'Union pendant la Guerre Civile. En arrivant à la ville, Morgan a officiellement demandé la reddition d’Hanson, une offre qui a été refusée. Avec un énorme avantage numérique, Morgan a rapidement repoussé les piquets de garde avancés de Hanson à travers les rues de la ville. Il a piégé de nombreux soldats de l'Union dans le dépôt du Chemin de Fer de Louisville & Nashville, mais le bâtiment en briques bien fortifié a fourni une solide protection. Morgan a ordonné de mettre le feu aux bâtiments avoisinants, dans l'espoir de forcer Hanson à se rendre. Durant un sévère combat de six heures, les troupes fédérales ont tué le Lieutenant Thomas Morgan, le jeune frère âgé de 19 ans de John Morgan, lors de la charge finale. Le Général Morgan a finalement capturé et libéré sur parole les soldats ennemis. Ses hommes ont brûlé les bureaux du greffier itinérant et du greffier du comté, ainsi que 20 autres bâtiments. Le Colonel Charles Hanson avait deux frères combattant pour la Confédération, y compris le Brigadier-Général Roger Hanson, qui a été mortellement blessé à la Bataille de Stones River au Tennessee.

La Guerre Civile au Kentucky, ne divise pas seulement des communautés, mais change les amis et les voisins en ennemis, elle a aussi déchiré de nombreuses familles séparées. Les Clay n'ont pas fait exception. Henry Clay a dit qu'il espérait qu'il n'aurait jamais à vivre pour voir sa bien-aimée Union déchirée par la Guerre Civile. Henry Clay a obtenu que son souhait soit exhaussé. Malheureusement, sa famille n'a pas été aussi chanceuse. James, le fils d’Henry Clay a choisi de rejoindre la Confédération. Le dernier acte du Ministère de la Guerre Confédéré a été d'accepter la démission du Lieutenant James B. Clay Jr. faisant de lui le dernier officier Confédéré. Le Capitaine Henry Clay III a écrit sa peur de rencontrer son frère sur le champ de bataille et son soulagement que son frère ait été fait prisonnier de guerre. Henry est mort de la typhoïde en 1862 à l'âge de 28 ans. Le Lieutenant Thomas Julian Clay a été capturé lors de la reddition de Fort Donelson et emprisonné à Camp Chase au grand soulagement de son frère Henry. Tommy est mort de la typhoïde en 1863 à l'âge de 23 ans. Lui et Henry sont enterrés côte à côte au Cave Hill Cemetery à Louisville. Le Lieutenant-colonel Eugène Erwin a servi durant la campagne de Vicksburg et est le seul membre de la famille Clay à mourir au combat. Il a été abattu en menant une charge le 25 Juin 1862. Une promotion au grade de Général l'attendait s'il avait survécu. Le Capitaine Thomas Hart Clay Jr. faisait partie de l’état-major du Général Simon Bolivar Buckner. Le Capitaine Harry Boyle Clay a servi sous le Général John Morgan Hunt. Harry a été capturé lors d'un raid le 4 septembre 1864 et a été contraint par l'officier commandant de l'Union d’identifier le corps de son propre commandant, John Hunt Morgan. Le Major Henry Clay McDowell a d'abord été Capitaine sous les ordres du Général Rousseau, puis comme US Marshall pour l'État du Kentucky. McDowell a terminé la guerre comme Lieutenant-colonel au 62ème du Kentucky. Pour des raisons inconnues, il a toujours été identifié comme le Major McDowell. Tous étaient petits-fils d’Henry Clay, sauf McDowell, qui était petit-fils par alliance.

John J. Crittenden était Sénateur du Kentucky, l'Etat peut-être le plus divisé par la Guerre Civile. Le Sénateur Crittenden a lutté pour maintenir son Etat uni tandis que des factions dissidentes débattaient sur quel camp choisir : l’Union ou la Confédération. A l'origine, le Kentucky était neutre. Mais après que des contingents de l'Union et de la Confédération aient pénétré au Kentucky (les troupes confédérées en premier), le gouvernement de l'État s’est divisé. Crittenden a été déchiré par les disputes entre Unionistes et pro-confédérés. Alors il est finalement resté fidèle aux États-Unis, il a également proposé un plan (le Compromis Crittenden), qui demandait au Gouvernement Fédéral de laisser la question de l'esclavage aux États. Son plan a finalement échoué. L'ambivalence du Kentucky s’est aussi reflétée dans la famille Crittenden. Les fils du Sénateur, George Bibb Crittenden et Thomas Leonidas Crittenden, ont tous les deux servi comme Généraux durant la Guerre Civile. Cependant, chacun a combattu pour un camp différent. Alors que George, l'aîné, a servi la Confédération, Thomas commandait des troupes de l'Union. George Bibb Crittenden a été en quelque sorte un soldat révolutionnaire tout au long de sa vie. Il avait certainement quelque chose d'une nature rebelle : George s’est battu contre l'Armée Mexicaine pour l'indépendance du Texas dans les années 1840, et il a pris le parti de la Confédération lorsque la Guerre Civile a commencé entre les Etats. George a gravi rapidement les rangs dans l’Armée Confédérée de Colonel d'Infanterie à Brigadier-Général, puis Major-Général en moins d'un an. Cependant, sa consommation d’alcool s'est avéré un problème pour lui dans ces grades plus élevés. Une mauvaise défaite dans un affrontement avec les forces de l'Union à Mill Springs, au Kentucky, le fit transférer de la ligne de front. Les rumeurs selon lesquelles, il avait été ivre au cours de la bataille, lui ont causé du tort. Pourtant, il a conservé son rang - jusqu'à ce qu'il ait été découvert ivre à son poste, plus tard cette même année dans le Mississippi et a été traduit en cour martiale. George a démissionné de l'Armée mais il est revenu combattre jusqu'à la fin de la guerre, cette fois comme un simple soldat. Bien que son jeune frère Thomas ait eu un comportement nettement différent, il a subi un sort similaire à celui de George. Thomas était le plus guindé des frères Crittenden. Alors que George a étudié le droit, Thomas est devenu avocat et atteint le rang de Consul américain en Angleterre. Thomas était un commandant de talent, mais sa réputation a été affectée par d'autres moins doués que lui. Comme Major-Général dans l'Union, il a commandé les flancs des troupes pendant un certain nombre de batailles. La bataille de Chickamauga en Géorgie, au cours de laquelle les forces de l'Union ont été dirigés par le Général William Rosecrans, s'est avérée être la deuxième plus sanglante bataille de la guerre. En seulement deux jours, les deux camps ont perdu 34 624 hommes. Après la bataille, une victoire confédérée, Rosecrans a attribué à tort la défaite à Thomas Crittenden. Les lourdes pertes ont été suffisantes pour les Généraux de l'Union pour retirer Crittenden de son commandement. Cependant, il a finalement retrouvé son statut après que Rosecrans ait continué à livrer des batailles perdues. Chercher à savoir pourquoi deux frères se battaient dans les camps opposés de la guerre civile n'est pas une tâche facile : il est difficile de ne pas surestimer leurs motivations. Cela est particulièrement vrai lorsque la division d'une famille semble refléter les divisions de tout un pays, comme cela paraît pour les Crittenden. Il est important de se rappeler que les motifs de la Guerre Civile, comme les gens qui y participent, sont complexes et multiples. Il est facile de s'égarer dans des généralisations, affirmant que George représentait un Sud enivré et rebelle et Thomas un Nord guindé et cosmopolite. Mais aucune de ces interprétations ne représente avec précision chaque camp - ou l’un des deux hommes. Ni Thomas, ni George n’ont laissé de compte rendu écrit de leurs points de vue. C'est à nous de déchiffrer leurs motivations. Les frères ne sont pas morts dans la Guerre Civile. Et il n'y a aucune preuve que les garçons Crittenden n’aient jamais combattu l’un contre l'autre durant la même bataille. Mais leur histoire révèle la vérité sur le terme souvent utilisé pour décrire la Guerre Civile, la "Guerre entre Frères".

La famille Breckinridge était importante à la fois dans la politique au Kentucky et au niveau national depuis que le Kentucky a été établi comme Etat en 1792. John Breckinridge, fondateur du clan, était Ministre de la Justice des États-Unis sous la Présidence de Thomas Jefferson, son fils, Robert Jefferson Breckinridge, était un pasteur presbytérien impliqué avant la guerre civile, dans le clivage de l'église presbytérienne qui a duré jusqu'à nos jours. Robert a favorisé l'éducation du public, s’est opposé à l'esclavage, et était un ardent partisan de l'Union pendant la guerre. Joseph Cabell Breckinridge, fils de Robert, a combattu aux côtés de l'Union pendant la guerre, et plus tard a fait carrière dans l'Armée. Il a épousé Louise Dudley, fille d'Ethelbert Ludlow Dudley, le réputé médecin du Kentucky et professeur, maître de conférences en médecine à la Transylvania University et à l'École de Médecine de Louisville. Le frère de Joseph, Robert Jefferson Breckinridge, Jr., a combattu aux côtés des Confédérés. John Cabell Breckinridge homme de Loi, soldat, et homme d’Etat, est né le 21 Janvier 1821, près de Lexington au Kentucky, et le fils unique de l’Honorable Joseph Cabell Breckinridge, et petit-fils de l’Honorable John Breckinridge. Il sert comme Député US et Sénateur US pour le Kentucky et il est le 14ème Vice-Président des Etats Unis, à ce jour le plus jeune vice-président de l’histoire US, investi de cette fonction à l’âge de 36 ans. Lorsque la Guerre Civile Américaine, il sert dans l’Armée des Etats Confédérés comme Général et commande des troupes Sudistes, comprenant les Cadets du Virginia Military Institute, lors de la Bataille de New Market. Il sert aussi comme cinquième et dernier Ministre de la Guerre Confédéré.

Le père de Mary Todd Lincoln, Robert S. Todd, a eu 16 enfants - 7 avec sa première femme et 9 avec sa seconde. Les frères et sœurs de Mary sont Elizabeth, Frances, Levi, (Mary), Ann, Robert, (mort en tant que nourrisson) et George. Ses demi-frères et sœurs sont Robert (mort étant enfant), Aleck, David, Samuel, Emilie, Katherine, Elodie, Martha, et Margaret. Trois de ses demi-frères sont morts en service militaire confédéré pendant la guerre - Sam à Shiloh, David à Vicksburg, et Aleck à Bâton Rouge. Leur mort et celle du mari de sa demi-sœur Emilie ont peut-être ajouté à la douleur qu'elle ressentait à la suite de la mort de Willie ; toutefois, elle a dit ostensiblement à Elizabeth Keckley qu'elle n'a pas observé le deuil pour ses demi-frères. La demi-sœur de Mary Todd Lincoln, Emilie (Emily) Todd Helm est arrivée à la Maison Blanche en Décembre 1863, accompagnée de sa fille Katherine. En Mars 1861, le président Lincoln a offert à son mari, Ben Hardin Helm, le travail de Trésorier (Paymaster) de l'armée, ce qu’il a refusé. Il est plutôt devenu Général Confédéré. Ben Hardin Helm, a été tué à la bataille de Chickamauga en Septembre 1863. Après avoir appris la mort de Helm, Lincoln aurait pleuré et dit : « Je me sens comme David quand il a appris la mort d'Absalom ». Après la mort de Helm, sa veuve, Emilie Todd Helm, a rendu visite à Abraham et à Mary Lincoln à la Maison Blanche. Cela a créé un émoi à Washington, et des journaux se sont plaints de la visite de la belle-sœur rebelle de Lincoln. Plus tard, quand Emilie a demandé l'autorisation au Président de se rendre dans la Confédération pour vendre du coton, elle a rappelé à Lincoln que les balles de l’Union avaient fait d'elle une veuve et ses enfants des orphelins, de sorte que Lincoln porte la responsabilité de l'aider. Bien que Lincoln soit le commandant en chef de l'Union, la plupart de ses beaux-parents, la famille Todd de Lexington, a appuyé la Confédération. Peu de familles sont à l'abri des divisions de la Guerre Civile. Ses nombreux parents confédérés ont conduit à des questions non fondées sur sa loyauté envers l'Union. Mary a dit à Elizabeth Keckley que son frère Aleck « avait fait son choix depuis longtemps. Il a décidé contre mon mari, et à travers lui contre moi. Il se bat contre nous et depuis il a choisi d'être notre ennemi mortel, je ne vois aucune raison particulière pour laquelle je devrais amèrement pleurer sa mort ».

Philip St. George Cooke est né à Leesburg, en Virginie, le 13 Juin 1809, l'Armée Américaine a été la vie de Cooke pendant 50 ans. Diplômé 23ème de la classe de West Point de 1827, c’est un vétéran du service frontalier et des Guerres de Black Hawk et du Mexique. Il est devenu officier de Dragons, un tacticien de Cavalerie, et un explorateur du Far West ; à la fin des années 1850, il est aussi un observateur pour les États-Unis durant la Guerre de Crimée. Lorsque la Guerre Civile commence, il est Colonel, mais le 12 novembre 1861, il est nommé Brigadier Général dans l'Armée Régulière et reçoit le commandement des forces de Cavalerie à Washington DC. Le seul service au combat de Cooke se déroule le printemps suivant, quand il prend part à la Campagne de la Péninsule du Major Général George B. McClellan. Il dirige une Division de Cavalerie devant Yorktown et durant les Batailles de Williamsburg, de Gaines Mill, et de White Oak Swamp. Le reste de son service de guerre est administratif : il commande des cours martiales jusqu'en août 1863, le District de Bâton Rouge jusqu'en mai 1864, puis dirige le service de recrutement de l’Union jusqu'à la reddition confédérée. On ne s’en souvient pas tant pour ce qu'il a fait pendant la Guerre Civile, mais pour ce qui est advenu de sa famille. Cooke avait trois filles et un fils, John R. Cooke, qui est devenu Général confédéré. Comme son père, une fille a soutenu la cause de l'Union. Les deux autres filles, dont l'une est mariée au commandant de cavalerie confédéré J.E.B Stuart, se sont alliées avec le Sud. Cette division politique a aliéné les membres de la famille pour la plupart de leur vie et a fait l'objet de commérages nationaux. Le vieux soldat est breveté Major Général pour son service de guerre le 13 mars 1865, et après encore un peu plus de service administratif, il a pris sa retraite le 29 octobre 1873, un peu plus d'un demi-siècle après son entrée à West Point.

Avec le commencement de la guerre, Jefferson Davis, le nouveau Président des États confédérés d'Amérique, nomme Thomas Fenwick Drayton Brigadier Général en Septembre 1861 et le place à la tête de la Région Militaire de Port-Royal, en Caroline du Sud. Drayton utilise par la suite la plantation de famille de son épouse, "Fish Hall", comme quartier général de la défense de Hilton Head Island jusqu'en 1861. Lors de la Bataille de Port-Royal plus tard cette année, les troupes sous son commandement à Fort Beauregard et à Fort Walker sont attaquées par des navires de la marine de l'Union, y compris l'USS Pocahontas, commandé par son frère, Percival Drayton. Le fils de Thomas Drayton, le Lieutenant William Drayton, a également combattu pour la défense des Forts. Après un long bombardement, les deux forts tombent aux mains des assaillants de l'Union, qui ensuite occupent une grande partie de la région, donnant au Nord son premier port en eau profonde sur le littoral de Caroline.

Deux autres frères qui ont servi comme Généraux pendant la Guerre Civile dans les camps opposés, sont James et William Terrill. Les deux frères Terrill vont mourir au combat pendant la guerre. William est né en 1834 et a obtenu une nomination à l'Académie militaire des États- Unis. Il se hisse jusqu’au rang de Brigadier Général et il est mortellement blessé par des tirs d'artillerie à la Bataille de Perryville. Son plus jeune frère James est né en 1838 et a fréquenté l'Institut Militaire de Virginie. Contrairement à William, il n'a pas fait de carrière militaire, mais il est devenu un avocat. Lorsque la guerre commence, James et un autre frère nommé Phillip rejoignent l'Armée confédérée. Phillip est simple soldat et il est tué à la Bataille de Cedar Creek. James qui est élevé au rang de Brigadier Général est tué à Bethesda Church par un tireur d'élite fédéral. Il a été enterré par les Fédéraux sur le terrain et sa tombe a été perdue pour l'histoire. Après la guerre, leur père a érigé un monument à la mémoire des frères Terrill, où on peut lire, « Ce monument a été érigé par leur père. Dieu seul sait qui avait raison ».

Les Américains ont porté une attention particulière à la loyauté des uns et des autres et ont essayé d'expliquer ce qui a poussé les gens à choisir un camp ou l’autre. Les mariages entre sympathisants de l’Union et de la Confédération sont plus acceptés que les amours similaires. Les réconciliations pratiques et personnelles sont deux choses différentes. La réconciliation pratique constitue une aide matérielle donnée aux membres de la famille du côté opposé et a commencé avant la fin de la guerre. Cependant, un rapprochement relationnel plus difficile n'est pas toujours atteint parmi les membres d’une même famille.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 15 Mar - 14:00 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

« Divine Retribution »
Lorsque Charleston, en Sud Caroline, est ravagée par un incendie les 11 et 12 décembre 1861, courant sur 540 acres, ne laissant que peu de choses à l’exception de briques et de cheminées de pierres, les Nordistes ont déclaré que la calamité du divin châtiment (Divine Retribution), s’est abattue sur la ville où a commencé la Guerre Civile. Institute Hall, où a été signée l’Ordonnance de Sécession de la Sud Caroline, compte parmi les destructions.

Ruines de Circular Church et Institute Hall ou "Sececession Hall"


Division
La formation par Divisions est la base de l’organisation et de l’administration d’une Armée en campagne. La formation des Corps sera officialisée par le Décret du 17 juillet 1862. Une Division compte de 2 à 5 Brigades, pour l’Infanterie, le plus fréquemment 3, soit en moyenne, 6 200 officiers et hommes, dans l’Armée de l’Union, et 8 700 officiers et hommes dans l’Armée Confédérée ; et de 2 à 6 Brigades pour la Cavalerie, le plus souvent c’est 2. Les Divisions sont commandées, en principe, par un Major-général.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 15 Mar - 14:13 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

Division (géographique)
Les Divisions Militaires, dans le langage moderne, peuvent désigner un « Groupe d’Armée » ou un « Théâtre d’Opérations ».
Division Militaire de l’Atlantique
Établie le 27 juin 1865 pour inclure les Départements de l’Est, de Virginie, de Nord Caroline, de Sud Caroline et Moyen. Le 19 mai 1866, les Départements de Nord Caroline et Sud Caroline sont associés pour former le Département des Carolines. Supprimée le 6 août 1866.
Du 27/06/1865 au 06/08/1866 __ MEADE, George
Organisée le 12 février 1868 pour inclure les Départements de l’Est, des Lacs et de Washington.
Du 28/03/1868 au 29/03/1869 __ HANCOCK, Winfield S.
Division Militaire du James
Organisée le 19 avril 1865, pour inclure les Départements du Potomac, de Virginie et la partie du Département de Nord Caroline, non-occupée par les troupes de William T. Sherman.
Du 19/04/1865 au 27/06/1865 __ HALLECK, Henry W.
Division Militaire Moyenne
Établie le 7 août 1864, pour inclure les Départements du Susquehanna, Moyen, de Washington et de Virginie Occidentale. Le 1 décembre 1864, le Département du Susquehanna est rebaptisé Département de Pennsylvanie. Lorsque Hancock est affecté à cette Division, les troupes de Sheridan ne sont pas sous ses ordres. Hancock remplace Sheridan à la tête de ces troupes, le 17 mai 1865. Supprimée le 27 juin 1865.
Du 07/08/1864 au 23/09/1864 __ SHERIDAN, Philip H. (temporairement)
Du 23/09/1864 au 27/02/1865 __ SHERIDAN, Philip H.
Du 27/02/1864 au 27/06/1865 __ HANCOCK, Winfield S.
Division Militaire du Mississippi
Organisée le 16 octobre 1863, pour inclure les Départements d’Ohio, du Tennessee et du Cumberland. Le 31 janvier 1865, le Département de Nord Caroline est ajouté. Le 10 février 1865, la partie du Département de Nord Caroline, non-occupée par William T. Sherman, est transférée à la Division Militaire du James. Le 27 juin 1865, est reconstituée pour inclure les Départements d’Ohio, du Missouri et d’Arkansas. Le 26 mars 1866, le Département de la Platte est ajouté. Supprimée le 6 août 1866.
Du 16/10/1863 au 18/03/1864 __ GRANT, Ulysses S.
Du 18/03/1864 au 06/08/1866 __ SHERMAN, William T.
Division Militaire du Mississippi Ouest
Organisée le 7 mai 1864, pour inclure les Départements d’Arkansas et du Golfe. Le 27 mai 1864, le Département du Missouri est ajouté. Le 26 novembre 1864, le Département du Mississippi est ajouté. Le 30 janvier 1865, le Département du Missouri est transféré à la Division Militaire du Missouri, mais est de retour le 10 février 1865. Le 21 mars 1865, le Département d’Arkansas est transféré à la Division Militaire du Missouri. Ordre de suppression établi le 17 mai 1865, démembrement terminé le 3 juin 1865.
Du 07/05/1864 au 04/11/1864 __ CANBY, Edward R.S.
Du 04/11/1864 au 25/11/1864 __ REYNOLDS, John J. (temporairement)
Du 25/11/1864 au 03/06/1865 __ CANBY, Edward R.S.
Division Militaire du Missouri
Établie le 30 janvier 1865, pour inclure les Départements du Nord-Ouest et du Missouri. Le 10 février 1865, le Département du Missouri est rattaché à la Division Militaire du Mississippi Ouest. Le 21 mars 1865, le Département d’Arkansas est ajouté. Arrêtée le 27 juin 1865.
Du 30/01/1865 au 27/06/1865 __ POPE, John
Créée le 6 août 1866, pour inclure les Départements d’Arkansas, du Missouri et de la Platte. Le 11 mars 1867, le Département d’Arkansas est supprimé.
Du 06/08/1866 au 16/03/1869 __ SHERMAN, William T.
Division Militaire du Pacifique
Organisée le 27 juin 1865, pour inclure les Départements de Californie et du Columbia. Le 18 mars 1868, le Département d’Alaska est ajouté.
Du 27/06/1865 au 01/06/1869 __ HALLECK, Henry W.
Division Militaire du Potomac
Établie le 25 juillet 1861, pour inclure les Départements de Washington et de Virginie Nord-Est. Supprimée le 17 août 1861.
Du 25/07/1861 au 17/08/1861 __ McCLELLAN, George B.
Division Militaire du Sud-Ouest
Créée le 17 mai 1865, pour inclure certaines parties des Départements d’Arkansas et du Golfe, ainsi que l’Etat du Texas. Rebaptisée Division Militaire du Golfe le 27 juin 1865.
Du 17/05/1865 au 27/06/1865 __ SHERIDAN, Philip H.
.....Division Militaire du Golfe
Créée le 27 juin 1865 à partir de la Division Militaire du Sud-Ouest, pour inclure les Départements de Floride, du Mississippi, de Louisiane et du Texas. Le 7 octobre 1865, le Département du Mississippi est transféré à la Division Militaire du Tennessee. Supprimée le 6 août 1866.
Du 27/06/1865 au 06/08/1866 __ SHERIDAN, Philip H.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 15 Mar - 20:08 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DIX, Dorothea Lynde USA
Née le 4 avril 1802 à Hamden au Maine. Elle grandit au Massachusetts. À l'âge de douze ans, elle part vivre chez sa grand-mère à Boston pour échapper à son père violent et à son enfance lugubre. Dès son plus jeune âge, Dorothea est une femme ambitieuse et déterminée. À l'âge de quatorze ans, elle établit sa première école et va acquérir une réputation d'enseignante compétente et de stricte discipline. Le travail est toujours primordial dans la vie de Dorothea, et elle crée une école plus formelle en 1821, destinée aux riches et à l'élite de Boston. Pendant ce temps, elle va encadrer assidûment des élèves pauvres et délaissés, dans sa propre maison. Bien que les problèmes de santé chroniques de Dorothea l'amènent à quitter son école, elle passe son temps à se remettre à écrire des livres pour enfants. En 1836, sa santé s'est tellement détériorée que son école est obligée de fermer définitivement. Plus tard cette même année, elle décide de partir en Europe, passant du temps à se rétablir sur la côte de l'Italie. Malheureusement, elle tombe malade en Angleterre, où elle est prise en charge par la famille Rathbone. William Rathbone est un riche humanitaire qui s'est battu pour mieux soigner les « désordonnés mentaux » de l'Angleterre. C'est lui qui va influencer les opinions de Dorothea sur le traitement moral et efficace des aliénés américains, qui implique moins d'utilisation de contraintes mécaniques et des activités plus productives.
En 1841, Dorothea visite une prison à Cambridge, au Massachusetts. Elle est horrifiée par les conditions dans lesquelles les personnes qualifiées de « fous » sont forcées de vivre. Ils sont sous-alimentés, sales et, dans certains cas, enchaînés aux murs ou obligés de dormir sur des sols en pierre. Dorothea décide d'en faire sa mission de vie pour améliorer la qualité d’existence de ces personnes. Pendant les deux décennies qui suivent, Dorothea fait du lobbying aux États-Unis en faveur des malades mentaux. Ses efforts incroyables donnent lieu à de nombreuses études, projets de loi et changements législatifs qui vont améliorer la vie des malades mentaux. En outre, ses efforts aboutissent à la création de nombreux hôpitaux spécifiques pour les malades mentaux.
Au début de la Guerre Civile, Dorothea est nommée surintendante des infirmières pour l'Armée de l'Union. Bien qu'elle soit en mauvaise santé, elle organise les femmes en un Corps d'infirmières de 2 000 aide-soignantes, écarte des milliers de jeunes femmes, trop jeunes, trop belles, ou à la recherche d’un époux, inspecte des hôpitaux et recueille des fonds pour des fournitures médicales. En outre, elle insiste sur l'égalité de traitement entre les soldats de l'Union et les soldats confédérés, ce qui va irriter certains Républicains du Nord.
Après la guerre, Dorothea continue ses voyages et aide à la réhabilitation des installations médicales dans le sud des États-Unis. En 1882, et en mauvaise santé, elle emménage dans un appartement aménagé pour elle au New Jersey State Hospital. Elle y décède le 17 juillet 1887.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
daddutt roger
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 30 Dec 2012
Posts: 3,150
Localisation: beaumont
intérêt(s) pour la CW: histoire

PostPosted: Thu 15 Mar - 20:42 (2018)    Post subject: La Civil War de A à Z Reply with quote

DIX, John Adams USA
Né le 24 juillet 1798, à Boscawen au New Hampshire
Profession d’avant-guerre : Fréquente le College of Montreal au Quebec __ a participé à la Guerre de 1812 __ mai 1813, Enseigne US __ mars 1814, Troisième Lieutenant 21ème d’Infanterie US __ est présent à Niagara (blessé) __ août 1814, transféré au Corps d’Artillerie __ mars 1818, Premier Lieutenant au 1er d’Artillerie US __ août 1825, Capitaine 3ème d’Artillerie US __ décembre 1828, démissionne __ s’installe à New York __ homme de loi __ Adjutant-général de la Milice de New York (1830) __ éditeur du « The Northern Light » (1841-1843) __ membre de la Législature du New York __ sénateur US ( juin 1845-mars 1849) __ receveur des Postes (1860-1861).
Service de guerre : Ministre des Finances (janvier 1861-mars 1861) __ mai 1861 Major-général dans la Milice du New York __ nommé Major-général de Volontaires __ a commandé le Département du Maryland __ le Département de Pennsylvanie __ le Département Moyen __ le Département de Virginie __ le VIIème Corps/au Département de Virginie __ le Département de l’Est __ démissionne le 30 novembre 1865.
Carrière d’après-guerre : Ambassadeur US en France (1866-1869) __ Gouverneur de l’Etat de New York (janvier 1873-janvier 1875) __ Président du Mississippi & Missouri Railroad ; de l’Union-Pacific Railroad ; de l’Erie Railroad.
Décédé le Avril 21 1879, New York City au New York.



« Dixie »
Monture favorite du Général CS Patrick R. Cleburne

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"I would rather be assassinated than see a single star removed from the American flag." Abraham Lincoln
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> PETITES HISTOIRES DE L' HISTOIRE -> Anecdotes et faits historiques All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 7 of 9

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group