Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

la russie et les USA

 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LA VIE DE L'EPOQUE -> Politique et diplomatie
Previous topic :: Next topic  
Author Message
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,166
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 21 Feb - 10:50 (2010)    Post subject: la russie et les USA Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
walker

RUSSIE ET ÉTATS UNIS PENDANT LA GUERRE CIVILE

La guerre de Crimée (1853-1856), qui mit la Russie aux prises avec d'une part la Grande-Bretagne, la France, le Piémont et la Turquie et, d'autre part, l'Autriche et sa malveillante neutralité, nécessitait un éparpillement des forces armées russes non seulement en Crimée, sur la frontière turque, au Caucase, en Bessarabie, sur la Baltique, pour défendre Saint-Pétersbourg et Arkhangelsk contre le danger d'un débarquement allié, mais l'effort devait encore se porter en Extrême-Orient et en Alaska que jouxtaient des territoires britanniques. Il est intéressant de noter qu'à Petropavlovsk, les Russes parvinrent à disperser une escadre franco-britannique, lui faisant subir des pertes.

La Compagnie russo-américaine avait pris deux mesures parallèles pour sauvegarder l'inviolabilité de la Russie d'Amérique, territoire éloigné de la métropole et potentiellement exposé à une agression anglaise à partir du Canada. En 1863, la compagnie fit croire à une vente fictive de l'Alaska à la Compagnie commerciale américano-russe de San Francisco dont l'activité reposait sur la vente de glace fraîche à partir de l'Amérique russe vers la Californie (3 000 tonnes par an). Il se révéla plus tard que cette démarche avait été superflue, en raison de l'existence d'un accord de neutralité signé entre la Compagnie russo-américaine et la Compagnie anglaise de la baie d'Hudson, qui préserva les colonies russes d'Amérique d'une agression des forces anglo-françaises. Cet accord de neutralité devait, dans l'esprit des Britanniques, protéger ces colonies russes d'Amérique contre toute tentative de vente aux États-Unis ou de mise sous leur protection. La guerre de Crimée confirma le danger que représentait l'éloignement de la colonie, son "indéfendabilité" face aux appétits éventuels de la Grande-Bretagne ou des États-Unis, que les préceptes de la doctrine de Monroe inquiétaient et ce, malgré l'amitié et la connivence existant à l'époque avec la Russie.

La Russie, au XIXe siècle, était depuis fort longtemps en rivalité avec l'Angleterre colonialiste. L'hégémonie britannique sur les mers et ses ambitions exercèrent une influence réelle sur les relations russo-américaines. L'autre puissance ennemie majeure de l'Angleterre était les Etats-Unis. Une politique d'amitié, malgré l'antagonisme des structures des deux Etats, se noua entre la Russie et les Etats-Unis. Pendant la guerre d'indépendance, Catherine II répondit par un refus ferme à la demande du cabinet anglais d'envoyer un corps d'armée en soutien aux troupes anglaises et entrava l'action de la flotte anglaise par sa politique de neutralité armée. Durant la guerre de Crimée, des chirurgiens américains travaillèrent au sein de l'armée russe, qui reçut par ailleurs des équipements militaires en provenance des Etats-Unis. Enfin, alors que la guerre de Sécession faisait rage, la Russie, après avoir déployé tous ses efforts pour éviter une rupture entre le nord et le sud afin de garder l'intégrité du contrepoids américain face aux Anglais, prit nettement le parti des “Yankees”, qu'elle soutint diplomatiquement, et même militairement, par l'envoi d'escadres à New York et San Francisco.

L'idée d'une vente de l'Alaska aux Etats-Unis commença donc à germer dans l'esprit des milieux gouvernementaux russes. Ceci d'autant plus que la situation économique de l'Alaska devenait catastrophique et qu'elle représentait un poids énorme pour le Trésor russe. Dès les années 1850, la compagnie ne pouvait subsister que grâce aux dotations du trésor et à l'ajournement de sa dette. En 1866, celle-ci représentait 725 000 roubles, la dotation reçue annuellement du gouvernement étant de l'ordre de 200 000 roubles. Au plan politique, la compagnie avait perdu de son importance, après l'affermissement de la souveraineté russe dans les régions de l'Amour et de l'Oussouri. L'Alaska était soumis, par ailleurs, à une pénétration continue et incontrôlée de colons anglo-saxons qui ne le mettait pas à l'abri du sort qu'avait subi le Texas, province mexicaine rattachée aux Etats-Unis grâce à l'opiniâtreté d'émigrants protestants, lesquels avaient fini par supplanter l'autorité mexicaine. Le risque majeur était celui d'une mainmise britannique et la meilleure solution pour résoudre ce problème délicat était de vendre l'Amérique russe aux Etats-Unis, ce qui ne manquerait pas de déplaire souverainement à l'Angleterre.

En Russie, le comte Mouraviev et le chancelier Gortchakov entreprirent, avec l'aide du grand-duc Constantin, frère de l'Empereur Alexandre II, une campagne dirigée contre la Compagnie russo-américaine, campagne fondée sur l'ensemble des faits mentionnés plus haut et préconisant la vente de la compagnie aux Etats-Unis. L'empereur Alexandre II fut d'autant plus réceptif aux arguments exposés que la menace d'une invasion de l'Alaska par les Mormons se faisait de plus en plus précise. Du côté américain, l'artisan de l'achat fut le Secrétaire d'Etat William Seward, soutenu par les parlementaires de la côte ouest. Le gouvernement russe chargea son ambassadeur à Washington, le baron Edouard de Stoeckl, d'entreprendre les premières demandes, puis de mener les négociations jusqu'à leur terme. Ainsi, vers les années 1860, les Etats-Unis et la Russie étaient tout à fait prêts à engager ces négociations relatives à la vente de l'Alaska. Ce fut uniquement la guerre de Sécession qui ajourna ces tractations de quelques années. Les Etats-Unis étaient autant attirés par les richesses potentielles très partiellement connues à l'époque de la région, que par sa situation stratégiquement importante au nord du Pacifique et sur le continent de l'Amérique du Nord. La possession de l'Alaska présentait en outre l'avantage d'enclaver le Canada, territoire britannique. Cette attitude n'était pas entièrement partagée par l'opinion et la classe dirigeante américaine, mais reflétait principalement celle des représentants des états de l'Ouest. Il en était de même en Russie où le projet de vente n'était pas soutenu par l'ensemble de l'opinion et où une résistance assez forte prit corps dans la presse, l'opinion et surtout les milieux industriels. L'Angleterre protesta violemment, fit des contre-propositions, des offres de prêts, qui furent repoussées par le gouvernement russe.

Le 12 décembre 1866, le chancelier Gortchakov envoya à l'empereur Alexandre II une note contenant l'ensemble des arguments favorables à la vente, avec les réflexions du grand-duc Constantin, du ministre des Finances et de l'ambassadeur à Washington, de Stoeckl. Le 16 décembre, lors de la conférence finale, la décision fut prise de vendre la colonie. Le 30 mars 1867, le traité de vente de l'Alaska fut signé. Le 18 avril 1867, le Sénat des Etats-Unis réuni en session extraordinaire ratifia le traité, après un deuxième vote, à la majorité des voix (37 contre 2). Le transfert des colonies russes aux Etats-Unis intervint le 18 octobre 1867. Le général Dowell H. Rousseau, débarquant à Sitka à la tête d'une petite unité, releva la garnison russe. Selon le traité signé, le Trésor russe devait percevoir 7 200 000 dollars-or. A titre de comparaison, la France de Bonaparte vendit la Louisiane aux Etats-Unis en 1803 pour 15 000 000 de dollars. Ce territoire immense s'étendait du golfe du Mexique aux Grands lacs et du Mississipi aux montagnes rocheuses. En fait, les raisons de la vente de la Louisiane, territoire très riche, furent sensiblement identiques à celles qui conduisirent la Russie à vendre l'Alaska, à savoir principalement la quasi-impossibilité de défendre la colonie, compte tenu de son éloignement et de la convoitise des puissances étrangères.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,166
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 21 Feb - 10:51 (2010)    Post subject: la russie et les USA Reply with quote

(Pour donner une idée à McFoye pour son prochain bal )

Parus dans le « Herald » et dans le « Harper’s Weekly », le compte-rendu des festivités organisées pour la réception de l’escadre russe de l’Amiral Lesoffski en visite de courtoisie à New York en novembre 1863, à noter que la langue de la diplomatie est le français.



Le journaliste du "World" fait le récit suivant concernant le repas:
Ces viandes et les pièces d'ornement ne figurent pas dans leur état naturel; leur présence est liée à des combinaisons de gelées, de roses en sucre, de colombes ailées et de voilages en forme de pyramides. Pour une tranche de dinde désossée, vous devez étrangler un aigle, cueillir une fleur, raser quelques conifères, supprimer un contrefort ou une tourelle en sirop d’érable figé. Vous êtes dispensé de découpage et la cuillère remplace le couteau. Comme les acclamations et le bal sont de ceux qui laisseront des traces sur les siècles à venir, nous vous donnons, pour le bien de l'histoire, un compte rendu des principales denrées comestibles utilisées, à savoir:

_ 12'000 huîtres _ 10'000 poulettes et 2'000 marinades au vinaigre _ 12 saumons géants de 30 lbs. chacun _ 1'200 gibiers à plumes _ _ 250 dindes _ 400 poulets _ 1'000 pounds de filet de bœuf _ 100 pyramides de pâtisserie _ 1'000 grands pains _ 3'500 bouteilles de vin.

"Et pendant ce temps-là, les « Bleus et les Gris » à Mount Jackson devaient se contenter de leurs « maigres » rations."
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,166
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 21 Feb - 10:52 (2010)    Post subject: la russie et les USA Reply with quote


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,166
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 21 Feb - 10:55 (2010)    Post subject: la russie et les USA Reply with quote

ingalls


oulàà ! avec des huîtres, du saumon au beurre de Montpellier, les cailles et tout le reste, le prix de la soirée va être salé !!! en tout cas, c'est un super document...

et quand on pense que de nombreux soldats du Nord crevaient la dalle (quoiqu'on dise) sur le front... avec du hardtack, mais pas de caviar...

il s'est fait plaisir le dessinateur : on voit deux chevilles de femmes ! trop sexy !!! mais que font les modérateurs !?

walker



jeb
Je m'étais fait la même remarque. On baigne dans l'érotisme

En tout cas l'article est trés intéressant. Ca m'a fait penser à un article de l'Osprey Military Journal sur un diffèrend territorial entre l'Angleterre et les USA qui a été à deux doigts de tourner à la guerre vers la fin des années 1850. Faudra que je remette la main dessus.


mcouioui














walker
Lu dans "LA BELGIQUE ET LA GUERRE DE SECESSION" Tome II, de Francis Ballace, paru en 1979.

Le Tome 9 de la Correspondance Politique des Consulats et le Dossier 143 contiennent de très nombreux rapports de Deynoodt dont les références seraient superflues. A titre d'exemple, voici la façon dont il rendait compte de la visite de courtoisie de la flotte russe à New York et d'un jour de prières publiques, décrété par Lincoln. "...il est écrit que ce grand peuple donnera au monde l'exemple de toutes les aberrations, de tous les aveuglements. Après avoir fourni le triste spectacle de l'accouplement monstrueux de la démocratie avec la hideuse autocratie moscovite, toute rouge du sang des patriotes, ils vont encore prostituer la religion, etc..." (J. Deynoodt à Ch. Rogier _ Nouvelle Orléans, 30 octobre 1863)

Seward par ses protestations obtiendra le remplacement de Deynoodt
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LA VIE DE L'EPOQUE -> Politique et diplomatie All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group