Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

matériel : poncho et gum blanket

 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LES ARTICLES EN LIGNE
Previous topic :: Next topic  
Author Message
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 6 Mar - 14:23 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
PONCHO ET GUM BLANKET

    
Le soldat américain n’est doté d’aucun vêtement de pluie (à l’exception d’un couvre képi) avant 1857. A cette date, une distribution expérimentale d’un vêtement nommé « Talma » est effectuée aux 1st et 2nd cavalry regiments (1st et 2nd dragoons). Les autres unités montées se plaindront de cette discrimination mais il leur faudra attendre le règlement de mars 1861 pour se voir également doté d’un « talma en gutta percha (sorte de matière caoutchoutée imperméable) ou manteau descendant aux genoux, avec de longues manches » . Ce talma est coupé large avec de larges manches mais pas de cape. D’après ce qu’on en sait, armes et équipements sont portés SOUS le vêtement (alors qu’ils sont invariablement portés SUR le manteau règlementaire.    
    
Bien sûr , l’infanterie de manque pas de faire remarquer aux autorités que le fantassin aussi pouvait éprouver le besoin de se voir attribuer ce genre de protection ! Ceci conduisit le secrétaire à la guerre, le 1er novembre 1861,  à autoriser verbalement la fourniture à tous les soldats de « waterproof blankets » (couvertures imperméables) . Celles-ci seraient « peintes » (toile peinte avec une sorte d’enduit goudronné réputé imperméable, à la façon des haversacks) ou « caoutchoutées », (selon le procédé développé par Goodyear de vulcanisation du caoutchouc, procédé plus coûteux). A peu près dans le même temps, la cavalerie commença à se voir doter de « ponchos » , des couvertures imperméables ouverte dans leur milieu pour laisser passer la tête et se portant à la manière d’une cape.  La matière était également laissée au choix , peinture ou caoutchouc.    
La fourniture de talmas à la cavalerie par le Quartermaster general fut remise en question, proposition soutenue par des généraux comme McClellan, Stoneman ou Meigs qui préféraient le poncho. La distribution de talmas fut donc suspendue en 1862 et la cavalerie reçue des ponchos à la place. Le colonel Sibley, attaché au QMG précisa au « clothing etablishement » en décembre 1861, que ces ponchos «  ne devraient pas être plus petit en taille qu’un tente abri » (ou shelter tent, il parlait vraisemblablement d’une DEMI shelter !).  
Le talma fut progressivement remplacé par le poncho dans les troupes montées, en dépit de sa grande popularité pour disparaître pratiquement totalement en 1865 comme le montre l’état des fournitures du 2nd Iowa cavalry en mars 1865 qui présente un mélange de couvertures peintes ou caoutchoutées et de ponchos caoutchoutés.  
    
Un talma de cavalerie (reconstitution)



Charles Goodyear (1800-1860)Sa découverte de 1843 (patentée le 24 juin 1844 sous le N° 3633) allait permettre la vulcanisation du caoutchouc (ou « rubber ») le rendant imperméable et résistant au froid sans lui faire perdre son élasticité.
Découverte capitale qui allait ouvrir un énorme marché pour le caoutchouc.

On a vu que l’infanterie se voyait dotée de couvertures imperméables à la fin de 1861 (ce qui signifie des distributions début 1862 mais PAS AVANT, comme pour le poncho d’ailleurs !!!) . Ces couvertures , le Quatermaster’s manual de 1865 en précise la dimension : 46 pouces de large sur 71 de long. Cependant, les recherches effectuées par divers historiens ou spécialistes sur ce point ont établi l’existence des dimension plus variables, 57 X 32 / 70 X X 39,5 / 70 X 47 / 69,5 X 32, 75 / 62 X 44 / 65,04 X 42 / 68,5 X 42,25 / 72 X 25 / 72 X 44,25 !!! Ce qui ne nous donne pas vraiment de certitudes . Ces couvertures sont dotées d’œillets métalliques (« grommets ») de petite dimension (pas plus de 3/8 pouces de diamètre disent les puristes de la reconstitution américaine) disposés sur les quatre cotés et en nombre indéterminé (parfois seulement quatre, un à chaque coin) . Œillets cousus sur une pièce renforcée là ou la couverture a été percée.


Fantassin fédéral portant une « gum blanket » (reconstitution) , notez la façon de fermer la couverture avec un crochet



autre système d’attache possible pour la « gum blanket », des boutons. Ces boutons n’étaient pas distribués avec la couverture , cependant de nombreuses annonces figurent dans les journaux de l’époque pour cet accessoire, visiblement vendus par des entreprises privées…
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !


Last edited by ccffpa on Sat 1 Jun - 19:43 (2013); edited 1 time in total
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 6 Mar - 14:26 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote

Les dimensions du poncho distribué à la cavalerie sont également des plus variables. Selon le QM manual de 1865: 71 pouces de long sur 60 de large. On trouve d’autres dimensions : 72 X 48 (Hindman ), 79 X 49 (F Lord), 72 X 44,25 (Minnesota historical society), 71 X 48 (épave du Maple Leaf) (* )… Dans son fameux « hardtack & coffee », John D. Billings décrit le poncho comme « un morceau de toile épaisse écrue, vulcanisée de 60 pouces de large sur 71 de long ayant une ouverture dans son milieu faite dans la largeur du poncho, et par ou passe la tête, de trois pouces de large sur 16 de long. Le poncho de l’armée est utilisé en lieu et place de la gum Blanket ».
Billings servait dans une batterie d’artillerie légère , donc rattachée à la cavalerie et il semble normal que lui et ses camarades aient perçu des ponchos. Cependant, il semble établi que bon nombre de régiments d’infanterie en reçurent également et très tôt ! Billy Davis, du 7e Indiana infantry (armée du Potomac) raconte : «  7 mars 1862… cet après midi, nous avons reçu de grandes « gum blankets » avec lesquelles quatre hommes peuvent se faire une tente assez grande pour eux quatre. Des œillets sont disposés pour les assembler. Au centre de chacune il y a une ouverture par laquelle on peut passer la tête quand on marche. Il se trouve un petit rabat au dessus de l’ouverture qui la masque lorsqu’on s’en sert comme tente . » Frederick P.Todd parle d’une autre unité de l’Indiana qui reçut des couvertures de caoutchouc fin 1862 : « Son nom officiel est poncho mais ce mot ne dit rien aux gars et ils continuent à appeler cela « gum blanket » . Il semble bien en effet que les soldats , quel que soit leur arme ou leur camp appelaient indistinctement ponchos et couvertures imperméables du terme générique de « gum blanket » . Ceci prouve au passage la grande popularité (et donc diffusion ) de cette dernière !

Le poncho (Smithsonian institution) Fait de toile blanche ou écrue « rubbérisée » (caoutchoutée)  sur une face . Son poids est d’environ 3 livres .
En principe le poncho protège de la pluie le soldat de faction ou en marche, il peut bien sûr être utilisé comme une « gum blanket » , en couverture ou tapis de sol. Les soldats le trouvaient pratiques pour passer en fraude des quartiers de viande dans les campements, et il est dit qu’après quelques mois de service, la moitié des ponchos portaient des échiquiers peints sur leur face intérieure, et l’autre moitié divers figures nécessaires pour des jeux de hasard … et d’argent !

(* ) L’USS Maple Leaf est un transport nordiste coulé par une mine en 1864 en Floride, avec 400 tonnes d’équipements militaires à bord (y compris les marchandises des « sutlers », mais aussi les effets personnels de trois régiments, des tentes etc...) . Une tonne et demi d’objets en tous genres ont été remontées depuis la découverte de l’épave en 1984 et constituent un trésor et une mine d’informations inestimables sur le matériel de l’époque .


Une autre utilisation des ponchos et « gum blanket » : Les transformer en tente abri, une pratique assez courante si l’on en croît certains témoignages (lieutenant Philipps, 5th Massachussetts battery, qui décrit la même chose chez le 83rd Pa, le 3rd Michigan ou le 17th NY) . En juin 1863, le Lieutenant Webb du 4th Delaware infantry décrit le campement de son unité en Virginie, composé de shelter tents montées avec des « gum blankets » (quatre en l’occurrence) et pendant la campagne de Sherman en 1864, (la « marche vers la mer ») , ponchos et « gums » furent abondamment utilisées comme shelters ! Cependant cette pratique avait deux inconvénients. D’abord si vous protégez votre tête des intempéries , plus rien ne vous protège de l’humidité du sol (à moins de posséder deux, voir trois « gum » ou ponchos, ce qui semble avoir été assez courant chez les soldats, ou du moins , essayaient ils de se procurer plusieurs exemplaires de ces précieux morceaux de tissu « rubberisés » !) . Ensuite , vu le manque de standardisation dans les modèles et les dimensions , sans parler des œillets placés apparemment un peu au « petit bonheur » , comment assembler correctement plusieurs « gums » ou ponchos de façon à obtenir quelque chose d’à peu près étanche ?
La solution en ce domaine aurait pu être la « poncho tent » de M Horace H. Day de New York, une combinaison de trois toiles peintes (la troisième fermant une des extrémités ?) se présentant comme des ponchos et qui, assemblés grâce à six boutons et autant de boutonnières constituaient une tente abri (ou shelter tent) imperméable, ou réputée tel ! 5 000 « ponchos tentes » furent commandées (soit 15 000 ponchos ) , 2 000 furent livrés (6 000 pièces) largement en toile peinte , avec des boutons et boutonnières sur trois cotés à la demande des autorités, ils ne tinrent pas leurs promesses et Day n’eut pas d’autre commande...
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 6 Mar - 14:30 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote



La « tente poncho » de Mr Day (reconstitution), un seul exemplaire en subsiste mais sa localisation est inconnue. De 56 pouces sur 62, (puis 71X60, les deux moitiés sont faite de « toile légère mais résistante » d’abord livrée en toile peinte puis caoutchoutée pour les derniers modèles.
Notez l’ouverture sur le coté pour le « poncho ». Les œillets peuvent être cousus à la main ou métalliques.

Le 22rd Massachussetts infantry, reçut fin décembre 1861, des « ponchos tents » caoutchoutées semble t’il , qui une fois assemblées (en deux pièces ? ) constituaient des abris de 7 pieds de long sur quatre de large et trois de haut . Le15th Mass. en reçut également ainsi que partiellement, le 8th Pennsylvania cavalry, 3rd NY artillery, 2nd Maine Infantry, 5th Ohio infantry, 32nd New York infantry et le 1st Vermont cavalry (belle mixture d’unité diverses alors que le poncho devait seulement équiper la cavalerie !) . Il semble que ces « poncho tents » aient largement été utilisées comme des ponchos (selon le désir du QM general Montgomery Meigs d’ailleurs) plutôt que des tentes.

Qui fournissait ponchos et « gum blankets » ? Dès 1853, la « Union India rubber company » obtient les droits exclusifs sur la confection de tous produits caoutchoutés. La « Union India rubber » détient seule les droits d’utilisation et de production de matériel caoutchoutés selon le procédé de Goodyear, cependant la piraterie n’est pas inactive. Toutefois, il semble que la
lutte contre les contrefaçons de la « Goodyear patent » se soit révélée particulièrement efficace en bloquant les paiements gouvernementaux aux compagnies qui ne détenaient pas les autorisations nécessaires. Plusieurs de ces compagnies conclurent des accords avec la « Union... » bien incapable seule de subvenir aux besoins immenses de l’armée fédérale dans ce domaine, ainsi la «  Boston rubber shoe company », la « Phoenix rubber company » et la « Rubber clothing company » purent elles fabriquer ponchos et « gum blankets » sous licence , leurs produits portant le timbre « Goodyear ». Bien sûr, certaines petites compagnies parvinrent à contourner la difficulté malgré tout et il existe des exemples de ponchos et « gum » qui ne portent pas ce timbre, mais cela tient plus de l’exception que de la norme .

Et les Confédérés ? Il n’existe aucune fabrication sudiste de ponchos et « gum blankets » caoutchoutés dans le sud. Les soldats rebelles devaient se contenter des fabrications locales consistant en couvertures en toile peinte ou goudronnée d’un coté (dimensions approximatives de 3 pieds sur 6 ). Et puis bien sûr, de ce que les soldats fédéraux leur « laissaient » récupérer !!! Un poncho ou une « gum blanket » nordiste n’avait en effet rien de rare dans les troupes confédérées ...

« Sergent Paddy »

Sources:
American military equipage 1851-1872; F.P.Todd
Civil war collector’s encyclopedia, F. Lord
Hardtack & coffee, J.D.Billings
The federal CW shelter tent , F.C.Gaede
Echoes of Glory , arms & equipements of the Union , Time Life

Merci aux reenactors américains du « Authentic campaigners forum »
(http://www.authentic-campaigner.com/forum/index.php) qui m’ont donné de nombreuses informations .
Et au caporal « La Plume » du 10th La qui par ses questions m’a conduit à faire ces recherches et donné l’idée de cet article !


Le général McClellan (NA) ci dessus, le Quatermaster general Montgomery Meigs (LC) ci dessous . Ils n’avaient pas la même conception des choses pour la dotation et la distribution des équipements de protection des soldats. McCllelan voulait de tout pour tout le monde, Meigs était beaucoup plus restrictif et tenait à ce que chaque arme utilise un matériel spécifique ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
Aubrey
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 03 Feb 2010
Posts: 2,035
Localisation: Le Raincy
intérêt(s) pour la CW: Tout

PostPosted: Sun 6 Mar - 15:13 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote

Ouaaaahh Paddy tu t'es fait plaisir là, merci à toi!!
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

..“the lowest scum of the lower Mississippi...adventurous wharf rats, thieves, and outcasts...and bad characters generally”...
Back to top
Elisha
1st LIEUTENANT
1st LIEUTENANT

Offline

Joined: 02 Mar 2010
Posts: 625
Localisation: Paris
intérêt(s) pour la CW: Histoire,figurines,reconstitutions

PostPosted: Sun 6 Mar - 18:07 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote

TOP 
Back to top
Visit poster’s website
Emmanuel
1st SERGEANT
1st SERGEANT

Offline

Joined: 31 Jan 2011
Posts: 119
Localisation: Domfront Orne
intérêt(s) pour la CW: L'artillerie sudiste et les Zouaves

PostPosted: Sun 6 Mar - 23:12 (2011)    Post subject: matériel : poncho et gum blanket Reply with quote

Super intéressant. MErci
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LES ARTICLES EN LIGNE All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group