Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index

Club Confédéré et Fédéral de France
Le forum du CCFF sur la guerre de sécession ( Civil war ) : Histoire, reconstitution, films, BD, jeux, figurines ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction

 
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LES ARTICLES EN LIGNE
Previous topic :: Next topic  
Author Message
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Tue 2 Feb - 12:41 (2010)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
vengeurs du Sud ou criminels ? par McShan
http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 2 Jun - 11:35 (2013)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

Le premier Ku Klux Klan   
et la Période de la Reconstruction   
(1865-1869)   
 
 
 
 
Dans le cadre du numéro thématique sur la Guerre de sécession de la Revue Historia (No 94, Mars-Avril 2005), Paul-Éric Blanrue présente un article intitulé «Le Ku Klux Klan : un Contre-pouvoir criminel». Cet article est l'occasion de brosser un rapide historique du groupe si controversé, de l'évolution de sa pensée et de certains actes répréhensibles commis par ses membres au cours des années. Dans l'ensemble, les faits démontrés par M. Blanrue sont dans la lignée de ce que l'on retrouve habituellement dans la littérature et sur Internet. Cependant, je suis d'avis qu'il aurait pu s'intéresser davantage aux éléments du contexte qui ont permis l'émergence du premier Klan au lieu de s'attarder longuement sur le côté «sensationnaliste» de celui-ci tout au long de ses trois phases d'existence. Loin de moi l'idée de vouloir minimiser les actes criminels du KKK, mais je crois que l'auteur a trop insisté sur ce point. L'article de M. Blanrue a le mérite de présenter rapidement le Ku Klux Klan, cependant, je pense qu'il y a plusieurs éléments qui méritent d'être nuancés. Dans le présent article, je vais tenter d'éclaircir certains éléments importants laissés de côté par Paul-Éric Blanrue. Dans un premier temps, je vais m'attarder sur le contexte qui a permis l'émergence du groupe. Nous verrons ensuite la façon dont le KKK est passé d'«organisation récréative» à «aile armée du parti Démocrate». Enfin, la troisième partie sera consacrée aux deux grandes thèses relatives à la «dissolution» du Ku Klux Klan par le Général Nathan Bedford Forrest en janvier 1869.





Le Ku Klux Klan ou la réponse du Sud à la Reconstruction   
 
 
 
La Deuxième Reconstruction (1866-1867) (1) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn1est intimement liée à la rigidité des mesures adoptées par les Républicains «Radicaux» du Congrès. Les onze états ex-sécessionnistes (2)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn2 sont regroupés en cinq districts militaires. Les buts des Radicaux ne se limitent pas seulement à reconstituer l'Union, les Noirs doivent devenir des citoyens à part entière avec des droits civiques. En somme, la tâche des gouvernements républicains des états n'est pas simple : il faut diriger le Sud et définir le nouveau rôle des Noirs émancipés.

 
Facteurs sociaux   
Le Sud au lendemain de la Guerre de sécession
 
Le Sud est en ruine et a beaucoup plus souffert que le Nord au niveau des pertes en vies humaines. Le sud a perdu au moins 258 000 hommes pour une population de neuf millions d'habitants, le nord, 360 000 – dont 36 000 Noirs – pour une population de vingt trois millions de personnes. On estime les pertes de l'ensemble de la nation à 8% des hommes blancs âgés de treize à quarante-trois ans, 6% dans le Nord, mais 18% dans le Sud. (…)» (3)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn3La vie est très difficile en ville et à la campagne. Le monde dans lequel les anciens Confédérés reprennent leur place a grandement changé. Ils constatent l'état de désolation de leurs foyers. Beaucoup ont des difficultés à se réadapter à la vie civile. Ils gonflent les rangs d'une classe violente qui a toujours été présente. Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que des groupes tels le Ku Klux Klan aient émergés… La Reconstruction est douloureuse sous différents aspects pour les Sudistes. Elle est imposée dans une société en pleine ébullition, enclin à la violence. Pour beaucoup, elle est vouée à l'échec dès le début car le Sud n'est pas prêt. Les changements demandés sont trop importants et imposés trop rapidement. Ils bouleversent la société sudiste et sont difficiles à accepter par la majorité des Blancs. Allen W. Trelease affirme que les politiques de la Reconstruction sont systématiquement vouées à l'échec parce qu'elles font la promotion de la libération et de l'évolution civile et politique des Noirs. La majorité des Blancs est convaincue que les deux races ne pourront jamais coopérer sur une base régulière.(4) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn4Les Blancs se cramponnent à leurs traditions. Beaucoup sont découragés car tout ce qu'ils connaissaient n'existe plus.


La frontière entre les deux races effacée   
 
 
La destruction physique causée par la Guerre est énorme. Malgré tout, il ne faut pas minimiser les conséquences de l'écroulement de l'esclavage en tant qu'ancien ordre social et économique. Le Sud est dorénavant un monde où le pouvoir blanc traditionnel a disparu. Les anciens esclaves marchent maintenant la tête haute et fiers de leur liberté. La légitimité du pouvoir blanc a été inculquée aux Sudistes depuis plusieurs générations. Ils croient sincèrement à la suprématie de la race blanche. La plupart sont incapables d'envisager l'idée que la liberté des Noirs soit la même que la leur. Les Noirs sont considérés comme une race inférieure et cette idée n'a pas été modifiée suite à leur émancipation. Autre élément présent depuis plusieurs générations chez les Blancs du Sud, la crainte d'une révolte des Noirs. Les Sudistes craignent les Noirs et avec l'émancipation, ils deviennent pour eux encore plus dangereux. Les Blancs redoutent le désordre social et surtout une guerre sociale qui coûterait très cher à gagner. Cette guerre doit être évitée.
Il y a beaucoup d'insatisfaction au niveau des relations sociales entre les Blancs et les Noirs suite à l'émancipation des esclaves. Les Conservateurs Blancs sont d'avis qu'ils doivent garder les Noirs «à leur place». Cette volonté implique au besoin l'intimidation physique et la violence pour parvenir à leurs fins. Ils ne veulent pas que les Noirs participent à la vie sociale, politique et économique du Sud. Malgré les efforts constants du Freedmen's Bureau pour aider les Noirs, il n'y a rien à faire pour combattre la haine des Blancs. Les Noirs sont des cibles faciles pour des Blancs frustrés. L'émancipation, en leur donnant un statut de citoyen, leur a par contre enlevé la protection qu'ils avaient à l'époque où ils étaient des esclaves («valeur de propriété»).
Enfin, les Blancs de toutes les classes sont contre l'égalité sociale. Ils craignent qu'une société intégrée mène inévitablement à des mariages interraciaux et à la dégénérescence de la race blanche. Il y a deux éléments clés dans leur raisonnement : défense de la suprématie blanche et défense de la femme blanche ( White Womanhood ). La femme blanche symbolise le cœur de la culture sudiste. Elle ne doit pas être «accessible» aux Noirs. Elle marque l'ultime ligne entre les Blancs et les Noirs. Les attaques contre la «femme blanche» sont synonymes d'attaques contre le Sud. Tout changement du statut des Noirs équivaut à une attaque du symbole que représente la femme blanche.
Facteurs politiques Les mesures adoptées par le Congrès à majorité républicaine «radicale» lors de la Deuxième Reconstruction sont considérées comme «rigides». Les Républicains n'hésitent pas à recourir à l'Armée pour protéger les acquis des Noirs. Leurs buts ne sont pas seulement de réunir le pays, ils veulent que les Noirs deviennent des citoyens à part entière avec des droits civiques. Dirigés par les «Carpetbaggers» (5)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn5, les «Scalawags» (6) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn6et les Noirs libérés, les gouvernements locaux essaient de régler en même temps les problèmes laissés par la Guerre de sécession et l'abolition de l'esclavage. La Reconstruction est douloureuse sous différents aspects pour les Sudistes amèrement déçus par le dénouement de la Guerre. En plus de la défaite, les 13e (abolition de l'esclave), 14e (Droits civiques accordés aux Noirs et annulation de la clause des 3/5 pour la composition de la Chambre des représentants) et 15e (Droit de vote accordé aux Noirs) amendements à la Constitution américaine n'aident pas la situation.
La Reconstruction provoque des tensions très vives entre les Sudistes et les Nordistes. La haine des anciens confédérés est toujours vive. Criant au scandale, ils se sentent persécutés. Ils ont perdu leurs droits civiques et ne peuvent plus occuper des postes publics. Plus cette politique dure, plus elle devient impopulaire. «Des Noirs », disent-ils, « accaparent les postes de commandement et dilapident les fonds publics ». Beaucoup de Nordistes, en revanche, estiment que le Sud est vaincu et qu'il faut le traiter avec sévérité. Il est impératif d'assurer par tous les moyens le maintien au pouvoir du parti républicain, de châtier les rebelles, d'empêcher le président Johnson de pratiquer une politique laxiste.» (7) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn7L'exemple du Tennessee est particulièrement intéressant car les Républicains y sont minoritaires. Ils désirent empêcher les Démocrates et anciens Confédérés de reprendre le pouvoir. Une victoire conservatrice y serait synonyme de victoire rebelle.
Enfin, les gouvernements républicains au pouvoir dans les états sont considérés comme corrompus. La corruption est répandue à tous les États-Unis après la Guerre. Les Démocrates , tout comme les Républicains, n'ont pas les mains propres. Les gouvernements les plus corrompus du Sud sont ceux de la Caroline du Sud et de la Louisiane. Les Républicains sont occasionnellement coupables de manipulations politiques, cependant, ces pratiques ne sont pas comparables aux campagnes de fraude et d'intimidation du parti Démocrate et du KKK. (8)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn8 Forts de l'appui du Klan, les Démocrates retrouveront le pouvoir dans presque tous les états au cours des années 1870.



Facteurs économiques   
 
Les bouleversements de la Reconstruction se produisent à un moment peu propice dans le Sud. Les dégâts matériels sont importants en territoire ex-confédéré. Le niveau de vie est beaucoup plus bas qu'ailleurs aux États-Unis. Le Sud n'a pas les bases institutionnelles pour assurer son développement économique. Entre 1860 et 1870, des baisses au niveau de la valeur des propriétés, du nombre d'animaux de ferme et des terres cultivables viennent compliquer la situation. Les plantations et les villes sont incendiées. Sans compter que les planteurs ont de la difficulté à payer les nouvelles taxes. Certains doivent se séparer de parcelles de leur plantation pour joindre les deux bouts. Enfin, des bandes de pillards circulent et volent en toute impunité de la Virginie au Texas. Les maisons abandonnées sont systématiquement pillées.
Un nouveau système de travail remplace l'esclavage
 
L'émancipation des esclaves est considérée comme une défaite militaire, économique et sociale. Les autorités fédérales ont-elles minimisé l'opposition du Sud à voir un Noir «l'égal d'un Blanc»? Le sud allait-il accepter aussi rapidement cette nouvelle réalité? La reconstruction économique demande beaucoup plus que la réparation des infrastructures avec l'émergence d'un nouveau système de travail et de relations entre les Noirs et les Blancs. Avant la Guerre , l'esclavage régissait l'agriculture, les relations raciales et la fonction d'une aristocratie au pouvoir dans le Sud. Sa fin mène inévitablement à des conflits. D'une part, les Noirs sont à la recherche de leur liberté, d'autre part, les planteurs désirent conserver l'ancien système, ils sont d'avis que leur survie et la prospérité de la région dépendent de leur capacité de produire grâce au travail discipliné des Noirs. Parmi les Blancs défavorisés, il se trouve des personnes qui désirent déposséder les Noirs des meilleures terres. Les Blancs et les Noirs sont en compétition, les Blancs désirent que les Noirs demeurent en bas de l'échelle et le Ku Klux Klan leur donne un appui en empêchant les Noirs d'acheter ou de louer la terre dans certaines régions. Enfin, le Klan discipline les laboureurs Noirs qui donnent du fil à retordre aux planteurs. (9) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn9Les éléments énumérés précédemment nous amènent à nous poser la question suivante. Le Ku Klux Klan aurait-il émergé si la Reconstruction avait été gérée différemment ? Des politiques fédérales plus souples auraient-elles permis une réconciliation plus rapide ? Je crois que nous avons ici des éléments qui peuvent expliquer bien des choses. Le KKK démontre que les Sudistes n'étaient pas prêts pour de tels changements. Même s'ils ont perdu la Guerre civile, ils n'ont pas dit leur dernier mot et une autre «guerre» se profile déjà à l'horizon…





• Le Ku Klux Klan, de l'organisation «récréative» à « l'aile armée du parti Démocrate»   
 
 
Le 24 décembre 1865 à Pulaski (Tennessee), six anciens soldats confédérés (10) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn10créent une organisation «récréative» pour briser la monotonie de leur existence en jouant des tours aux gens à la faveur de l'obscurité. Ils ne veulent au début que chevaucher la nuit et faire des farces. Le Ku Klux Klan (11)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn11 ressemble à une fraternité collégiale. Les costumes, le secret se retrouvent également dans d'autres sociétés entièrement pacifiques. Le fait que le Klan préserve leur identité est intéressant pour les éventuels candidats. Le Klan n'est pas une organisation raciste à cette époque. Pour l'instant, les Klanistes n'ont pas d'autres motifs que leur amusement. Cependant, les parades nocturnes de ces hommes déguisés attirent rapidement la curiosité des gens de Pulaski. Les hommes de la région se joignent rapidement au groupe. Au début, les expéditions nocturnes ont un caractère «supranaturel» et sont peu violentes. Les membres du KKK font peur aux Noirs en leur disant qu'ils sont des fantômes de soldats confédérés. Quand ils s'aperçurent de la crainte qu'ils inspiraient aux Noirs et aux étrangers, ils réalisèrent le potentiel de leurs agissements….





La réorganisation du KKK   
 
 
 
À cette époque, le KKK compte des centaines de Dens (12)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn12au Tennessee (Centre et Ouest), au Mississippi et en Alabama. Les Dens n'ont pas d'organisation, pas de moyen de communication, pas d'autorité suprême… Ils ne ressentent pas le besoin d'être aussi encadrés. (13)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn13Les autorités du Klan pensent cependant qu'il est temps que le groupe bénéficie d'une organisation plus serrée. Elles veulent aussi attirer des membres de prestige dont l'autorité se ferait sentir à l'échelle du Tennessee. Enfin, pour convaincre les Dens du bien fondé de la centralisation, les autorités du Klan doivent leur offrir un chef fort et charismatique. (14) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn14Ils veulent un homme avec une grande expérience. En mai 1867, les membres fondateurs du KKK organisent une convention secrète à Nashville (Tennessee) afin de structurer l'organisation dans le but de s'opposer aux politiques des gouvernements radicaux. À leur avis, ces politiques sont favorables à la domination des Noirs. Des délégués sont envoyés à Nashville. Aucune publicité n'est faite dans les journaux.
Pour gérer un tel empire, le pouvoir est réparti de la façon suivante, le Prescript (Constitution)(15) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn15:


Grand Wizard dirige l'Empire et est assisté de dix Genii;
Grand Magi est le «vice-président» peut agir en tant que Deputy Wizard;
Grand Scribe est le secrétaire du Klan;
Grand Exchequer est le trésorier du Klan;
Grand Dragon, en charge d'un Realm (état), est assisté de huit Hydras ;
Grand Titan, est en charge d'un Dominion (plusieurs contés dans un état), est assisté de six Furies ;
Grand Giant dirige une Province (conté) est assisté de quatre Night Hawks (messagers);
Grand Cyclops dirige un Den et est assisté de deux Night Hawks ;
Lictors sont les gardes lors des réunions des Dens;
Ghouls désigne tous les membres du KKK.


Enfin, il y a un autre élément avancé par M. Blanrue qu'il est nécessaire de nuancer. Ce dernier conteste le fait que les Klanistes osent se décrire comme une institution de chevalerie, d'humanité, de pitié et de patriotisme. Allen W. Trelease nous explique qu'il faut avoir une toute autre lecture pour bien comprendre la m ission du Klan : «[Leur rhétorique à propos de la chevalerie, l'humanité, la pitié et le patriotisme doit être lu à la lumière de leur croisade pour la suprématie blanche et la subordination des Noirs. Leur plaidoyer en faveur de la liberté de la Constitution (16) [/url]et des lois équitables estt uniquement pour les hommes blancs. Leur support pour la Constitution et les lois constitutionnelles est basé sur la croyance que le Quatorzième amendement et les lois de la Reconstruction sont inconstitutionnels. Ces mots ont un sens différents pour le Ku Klux Klan principalement car ils ne considèrent pas les Noirs comme des Hommes.]» (17)



Le leadership du Ku Klux Klan offert au Général Robert E. Lee ?   
 
 
L'histoire généralement acceptée est qu'un Comité de Pulaski rend visite au Général Lee en Virginie mais ce dernier refuse l'offre en raison de son âge et de sa santé précaire. Lee, semble-t-il, écrit une lettre exprimant son approbation du Klan mais il insiste pour que son approbation reste «invisible». Cette phrase de Lee inspire le nom d' Invisible Empire au KKK. (18)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn18Enfin, Lee parle en ces termes du deuxième candidat du KKK : le Général Nathan Bedford Forrest : «[Il n'y a pas d'homme au Sud qui est plus en mesure de superviser un si grand nombre d'hommes avec succès. Faites-lui part de mes respects et dites-lui que j'espère qu'il acceptera.]» (19)


M. Blanrue indique dans son article que Lee a été le «Président» du Ku Klux Klan. Comme Lee désire garder son soutien «invisible», de quelle manière a-t-il pu travailler «concrètement» pour le Klan ? Ce titre n'existe pas dans la liste des titres d'officiers du KKK, nulle part dans la littérature spécialisée sur le Klan, il n'est fait mention d'un rôle de «Président» pour le Général Lee. C'est le mystère complet malgré mes recherches sur Internet. Même absence dans la biographie de Charles Brace Flood sur les dernières années de Lee. Susan Lawrence Davis dans son Authentic History of the Ku Klux Klan croit à l'offre faite au Général Lee. Cependant, elle n'a pas été en mesure d'en trouver trace dans les archives du Klan. Même constat au niveau des papiers personnels du Général Lee . (20) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn20
Jack Hurst dans sa biographie sur Forrest indique que plusieurs historiens spécialistes de la vie de Lee contestent cette thèse. Cette histoire est du ressort de la rumeur ou du mythe à leur avis. Par exemple, pour Douglas Southall Freeman, longtemps considéré comme le spécialiste de la vie de Lee, cette histoire n'est tout simplement pas crédible. Hurst, quant à lui, est d'avis que l'éventuelle connexion entre Lee et le KKK était destinée à légitimer le groupe. Lee était l'homme le plus populaire au Sud et il encourageait les Sudistes à préserver la paix.




 
Forrest, Grand Wizard du Ku Klux Klan   
 
 
Le Général Nathan Bedford Forrest (1821-1877) est un S elf made man dans la définition la plus classique du terme car il est originaire d'une famille pauvre. Chef de famille à l'âge de 17 ans suite au décès de son père, il décide de tout faire pour sortir de la pauvreté. Au cours des années, il devient homme d'affaires, marchand d'esclaves et planteur. Au début de la Guerre de sécession, millionnaire, il est l'un des hommes les plus riches du Sud. Homme d'affaires prospère, Forrest transpose son succès personnel sur les champs de bataille. Reconnu par beaucoup comme étant l'un des plus grands officiers de cavalerie, il est connu pour ses innovations et ses tactiques militaires. Malheureusement, le très controversé «Massacre de Fort Pillow» assombri sa carrière. (21) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn21Une fois la Guerre terminée, Forrest se retrouve dans des difficultés financières comme de nombreux planteurs. Frustré par la situation économique et politique de son état (Tennessee), il accepte l'offre du KKK. Sous sa direction, les rangs du Klan gonflent. Après son mandat de Grand Wizard , Forrest retourne dans le milieu des affaires dans la région de Memphis (Tennessee). Son rôle dans le Klan a toutefois grandement assombri son étoile. Paul-Éric Blanrue a opté pour la facilité en concluant que Forrest était le candidat idéal pour veiller aux destinées du KKK en raison des événements de Fort Pillow… Cependant, il se garde bien d'indiquer qu'à la fin de sa vie, Forrest fait preuve d'un grand changement d'attitude envers les Noirs. Il encourage même les Blancs à vivre en paix avec eux. Il est la preuve que même des dirigeants d'un groupe comme le Ku Klux Klan peuvent changer avec les années. (22)

 
 
 
Membership du KKK   

La base


Au Tennessee, comme ailleurs au Sud, les Ghouls proviennent de toutes les classes de la société blanche. (23)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn23 Presque tous les «démocrates» sont des Klanistes potentiels. La grande majorité sont de jeunes hommes capables physiquement d'effectuer les expéditions nocturnes. Il y a aussi des fermiers pauvres qui craignent la compétition directe des Noirs. David Chalmers indique que plusieurs Sudistes pauvres, ignorants et illettrés rejoignent le groupe car ils craignent de devenir les victimes possibles du KKK. (24)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn24Enfin, les hommes politiques sont moins intéressés pour joindre le Klan en raison du prix politique de leur adhésion, le KKK est drastique et trop dangereux pour que cela vaille la peine de le rejoindre. Les hommes les plus âgés ou qui ont un statut social plus élevé dans la société, participent plutôt à l'organisation du groupe qu'aux actes de violence. Plusieurs d'entre eux le quittent avec le temps spécialement lorsque cette violence augmente. D'autres demeurent jusqu'à la fin, encourageant et couvrant la violence.


Les dirigeants


Même s'il arrive fréquemment que les chefs du Klan soient des hommes d'affaires, Forrest et ses associés sont d'avis que la façon la plus facile de faire grandir le mouvement est de parler avec d'anciens officiers confédérés. Le Grand Wizard cherche des hommes d'expérience intéressés à organiser une organisation «paramilitaire» secrète qui a pour but de protéger la société blanche sudiste contre la Reconstruction radicale. Le KKK, en tant qu'organisation secrète, est en effet la réponse toute indiquée à leurs besoins car si ils s'étaient organisés à « découvert », ils auraient rapidement subi la répression de l'Armée fédérale ou de la milice. Ces hommes d'expérience ( Grand Dragon ou Grand Titan) s'occupent de la formation dans les Realms et les Dens . Enfin, à titre d'information, parmi les anciens confédérés ayant été impliqués dans le KKK notons (25)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn25 :
• George W. Gordon (brigadier général), est Grand Dragon du Realm No 1 (Tennessee). Il est aussi considéré comme l'assistant du Grand Wizard .
• J.W. Morton (capitaine) est Grand Cyclops et peut-être même Grand Dragon (Nashville) à une certaine époque. C'est lui qui a assermenté Forrest.
• G.G. Dibrell (assistant de Forrest pendant la Guerre ) de Sparta est Deputy Grand Titan ;
• John C. Brown (brigadier général), est un dirigeant haut placé du Klan. Il a été le premier gouverneur Démocrate élu au Tennessee (1871-1875) après la Guerre. (26)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn26
• Albert Pike (brigadier général), est le Chief Judicial Officer (27) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn27ou Chief Justice du KKK . Il est à la tête du mouvement en Arkansas.
Expansion du Klan sur le territoire sudiste Il y a certaines régions du Sud où le KKK ne sera pas nécessaire et ou il ne représentera pas une bonne solution. Le KKK est surtout actif dans les campagnes même si des activités en ville sont toujours possibles. L'existence d'un Klan fort dans un comté encourage l'organisation d'autres Klans dans les comtés voisins.
Les régions les plus aptes à voir se développer un Klan :
• les deux races ou partis républicain et démocrate sont presque égaux;
• minorité blanche assez importante pour intimider les Noirs.

Les régions les moins aptes à voir un Klan :
• Comtés à grande majorité blanche;
• Communauté noire trop petite;
• Communauté noire trop nombreuse;
• Les mêmes phénomènes que l'on observe pour la communauté noire s'appliquent au parti démocrate, si le parti est trop puissant ou s'il est trop peu implanté, il n'y a pas de Klan.

Le plan d'attaque de Forrest pour propager le Klan est simple. Président de la Selma , Marion and Memphis Railroad , Forrest profite de ses voyages d'affaires pour rencontrer des gens. Il travaille aussi à temps partiel pour une compagnie d'assurance. Les nouveaux Klans apparaissent comme «par hasard» suite aux voyages de Forrest. Il arpente la région à la recherche de fonds de la part des notables et des autorités locales pour financer ses projets. Par exemple, Forrest est à Atlanta et Columbus (Georgie) quelques jours avant l'émergence du Klan en ces lieux en mars 1868.
Enfin, plusieurs Klans s'organisent de façon autonome. Les groupes ne sont pas reliés entre eux et ils ne sont pas nécessairement en contact avec le Klan original de Pulaski. De plus, plusieurs Klans naissent simplement par imitation en s'inspirant des actions du KKK rapportées dans les journaux. Allen W. Trelease parle longuement du rôle des journaux «démocrates» dans la diffusion de la terreur. Ces journaux font connaître le KKK et ses activités au Tennessee dans les autres états, ils parviennent à mobiliser l'opinion publique derrière le Klan. Les actes de violence sont applaudis. La presse «démocrate» légitime les actes du KKK sur le compte de la mauvaise réputation des victimes. (28)





La «Conspiration secrète» du Ku Klux Klan   
 
The Klan's Secret Conspiracy fait référence directement au rôle que le KKK joue pour redonner le pouvoir aux Démocrates dans les états du Sud. Le KKK travaille à dépouiller les Noirs de leurs droits civiques et à chasser du pouvoir le parti Républicain qui fait la promotion de ces droits. Pour ce faire, les Klans intimident les Noirs (29)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn29 et détruisent leur base politique en faisant fuir leurs leaders. Ils forcent leurs victimes à voter pour la liste Démocrate au lieu de la Radicale. (30)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn30Le Klan est la solution toute trouvée par les Conservateurs pour prendre en charge un «travail» qui devait être fait tant que leurs intimidations physiques n'entraînent pas l'intervention fédérale.




Campagne de terreur du KKK   
 
 
Au printemps 1868, le Klan est présent dans tous les États sudistes plus le Kentucky. Il lance une campagne de terreur qui s'en prend directement aux chefs républicains locaux et aux Noirs en les intimidant, les faisant fuir ou même en les assassinant. Le Klan est capable de tout. Ses victimes ont bien peu de moyens pour le contrer en raison de ses ramifications puissantes. Le KKK bénéficie de la force de son membership et de ses connexions politiques. Il a la possibilité de terroriser avec une immunité totale car ses membres n'ont pas peur de subir les conséquences de leurs actes. Tous les jurys ont au moins un membre du Klan qui y siège sans compter que le KKK fabrique des alibis à ses membres accusés de désordre. Autre précaution prise par les autorités du groupe, les raids dans une ville ou un comté sont effectués par un autre Klan pour éviter que les Klanistes ne soient identifiés par leurs concitoyens. La majorité de l'opinion publique est favorable au message du KKK (mais pas toujours à ses méthodes cependant). Dans certains états et localités, quand la persuasion démocratique et les pressions économiques ne fonctionnent plus pour éloigner les Noirs des bureaux de vote, le terrorisme constitue l'ultime recours . Les Klanistes ont tous les avantages pour eux : déguisement, nombre supérieur, armes, effet de surprise, peur des Noirs de résister aux Blancs. Sans faire une démonstration détaillée des nombreux actes de terrorisme du Klan, il y a beaucoup d'actes commis à l'occasion des campagnes électorales. Les Klanistes organisent des expéditions nocturnes quelques jours avant les élections. Même une fois les élections passées, les actes de représailles politiques sont fréquents. Les hommes du Klan s'en prennent aussi bien aux Blancs qu'aux Noirs qui ont voté pour la liste Radicale. Jack Hurst nous dresse un portrait dramatique de la situation : « [En Caroline du Sud, le Klan est parvenu à assassiner deux membres du pouvoir législatif (State Legislators), un Blanc et un Noir. En Arkansas, trois mois avant les élections de novembre 1868, plus de 200 cents meurtres sont commis à l'encontre des Républicains, sans compter les autres violences. Six mois avant les élections en Louisiane, 1081 meurtres, 135 fusillades et 507 autres outrages ont été commis. Enfin, la grande majorité des crimes à l'échelle du Sud sont attribués au KKK ou à d'autres organisations similaires.]» (31)




 
Stratégie du KKK payante politiquement pour les Démocrates   
 
 
Le Klan parvient à décimer l'organisation républicaine en plusieurs endroits. Il éloigne les Noirs des urnes. La terreur aide à créer un impact politique majeur, localement, au moins dans huit états. Le Klan permet aux Conservateurs de s'accaparer le pouvoir. Le KKK a un effet considérable sur le nombre de votes recueillis par le parti Républicain. Les majorités républicaines obtenues aux élections de 1868 ont fondu au centre du Tennessee pendant la période située entre le printemps et les élections tenues en automne. Quand les Républicains obtiennent des succès dans le comté de Caswell (Caroline du Nord) en 1868, le Klan accentue soudainement sa violence. Avant les élections présidentielles du 3 novembre 1868, le Klan aura largement le temps de «réarranger les choses» à l'avantage des Démocrates dans les états du Sud. Allen W. Trelease est d'avis que : « [Le Klan a décimé le vote Républicain dans plusieurs comtés et a remis la Georgie et la Louisiane dans le giron des Démocrates. Mais plus important, des milliers de personnes innocentes ont perdu leur vie ou leur propriété. (…)]» (32)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn32
En fin de compte, même si le Ku Klux Klan bénéficie toujours du support de l'opinion publique, des voix commencent à se faire entendre. Pour beaucoup, av ec le temps, les actes de violence du groupe deviennent démesurés. Même la classe aristocratique dont le Klan protège les intérêts craint les effets des excès du groupe. Par exemple, les investisseurs et les immigrants fuient le Sud en raison de la violence qui y règne. Même le Grand Wizard en vient à penser que le Ku Klux Klan est devenu trop violent…


 
 

3. La «dissolution» du Ku Klux Klan par Forrest ... Ruse ou Réalité??   
 
 
Le Ku Klux Klan est en même temps fort de son succès et miné par des troubles internes. Le contrôle qu'exercent les autorités du KKK sur les Dens n'est pas aussi complet qu'on peut le croire. De plus, il semble que les ordres ne sont pas toujours transmis dans la chaîne de commandement. Avec sa hiérarchie complexe et secrète, l' Invisible Empire est en mesure de continuer ses activités sans que le Grand Wizard soit au courant des détails.

Le Klan ne se distingue pas juste par son manque de contrôle mais par son niveau de violence élevé. Forrest en est conscient. Il tente de prendre des mesures afin de corriger la situation. À un moment, il envisage même un partenariat temporaire avec les Noirs qui défendent les couleurs Démocrates. Cependant, cette alliance n'a jamais fait l'unanimité au niveau de la base.(33) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn33
Malgré les efforts de coopération et de coordination, le KKK est demeuré une organisation archaïque, de nature locale et dont les membres, la discipline et les méthodes varient d'un état à l'autre, de localité à localité.(34) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn34Ces groupes sont indépendants du Klan originel de Pulaski. Les éléments les plus extrémistes sont en mesure de commettre des crimes qui ne sont pas «sanctionnés» par les leaders locaux. Les leaders sont mêmes incapables de les empêcher. Un contemporain du Klan original a écrit que tant que les «hommes de bien» ont été aux commandes du groupe, peu d'injustices ont été commises. Malheureusement, dans plusieurs Dens , ce sont des hommes violents qui sont à leur tête. Ces hommes ont commis des crimes égaux ou pires que ceux que le mouvement devait supprimer. À son avis, leurs gestes ont beaucoup nuis au groupe. (35)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn35

Finalement, les actes attribués au Klan par des «imposteurs» prouvent que le Klan a été victime de sa grande popularité. Les «vrais» Klanistes ont même traqué ces individus qui s'étaient déguisés pour commettre des crimes.
Le 25 janvier 1869, les organisations locales sont devenues si incontrôlables et violentes que Nathan Bedford Forrest décide de cesser jusqu'à nouvel ordre les activités du Ku Klux Klan . (36) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn36Sa décision est due au fait qu'il est désillusionné par les tactiques et les buts du Klan. Que les membres violents sont parvenus à pervertir les buts originels du groupe. Il déclare que l'opinion publique est dorénavant défavorable aux sociétés masquées. (37)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn37Il ordonne donc la destruction des archives, des items (masques et déguisements) reliés au Klan en présence d'un Grand Cyclop, et de cesser les rencontres. Tout homme surpris déguisé sera considéré comme un ennemi du KKK. La majorité des groupes locaux suivent le mot d'ordre.


Deux thèses que l'on retrouvent dans la littérature

Jack Hurst dans sa biographie de Forrest pose d'intéressantes questions sur les intentions du Grand Wizard. (38)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn38A-t-il dissous l'«Empire invisible» après s'être assuré uniquement la victoire au Tennessee ? A-t-il tourné le dos au reste du Sud ? Sa décision avait-elle pour but de faire en sorte que le KKK continue sa mission dans les états qui n'étaient pas encore sous la mainmise des Conservateurs ? A-t-il vraiment décidé de tout abandonner ? Chose certaine, la vérité semble comprendre plusieurs de ces éléments, mais, reste à confirmer lesquels. Il est très difficile de se faire une idée précise à ce sujet.…
Une «Ruse» savamment préparée par Forrest ?
Dans son article, Paul-Éric Blanrue affirme à la page 76 de la revue Historia que : « (…) L'une de ses manœuvres consiste, en 1869, à procéder à la dissolution solennelle de l'organisation. En réalité, Forrest bluffe et son intention réelle est d'enfoncer «l'Empire» dans une clandestinité toujours plus grande.» L'expression «dissolution solennelle» utilisée fait référence à la «cessation» ou la «disparition légale» d'une organisation. Vu de cette manière, la «fin» du Klan décrétée par Forrest peut apparaître comme une «ruse». Il est vraiment dommage que M. Blanrue se soit contenté de lancer son hypothèse sans nous présenter d'arguments. Tout de suite après ces lignes, il s'est lancé dans l'énumération des activités du Klan et des exemples de crimes répréhensibles.

Parallèlement, comment le Ku Klux Klan pouvait-il devenir plus «clandestin» ? Le Klan était déjà «clandestin» dès sa création en raison du secret qui l'entourait. Il a toujours eu un caractère illicite et n'a jamais été une «organisation ouverte». Le Klan a toujours fonctionné avec le secret et l'anonymat de ses membres. J'aurais aimé avoir plus d'informations sur la position de M. Blanrue à ce sujet !
Enfin, même si la thèse de la «ruse» est plausible, Stanley Fitzgerald Horn est d'avis qu'il est peu probable que cette stratégie ait pu fonctionner car les ordres de Forrest n'ont pas été publiés dans les journaux. Pour que le piège fonctionne, il aurait fallu que les ordres soient annoncés publiquement. Faisant allusion à la réputation militaire du Grand Wizard , il explique que : «[Même si Forrest était un maître de la duperie et de supercherie dans ses opérations militaires, cette stratégie aurait pu fonctionner qu'à la condition que l'ennemi ait laissé savoir quelque chose à son sujet. Un piège ne peut pas être fonctionner sans que l'amorce soit accessible.]» (39)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn39

Forrest était sincère dans sa volonté de cesser temporairement les activités du Klan ?

Avant de me lancer dans l'explication de la contre thèse, je tiens à faire une mise en garde relativement à la traduction du mot disbandment utilisé dans la littérature américaine lorsqu'elle fait référence à la «fin» du Ku Klux Klan. Je suis d'avis que le mot disbandment dans le contexte des ordres du 25 janvier 1869 fait référence à la dispersion des membres du KKK. Les Klanistes n'ont dorénavant plus le droit de se réunir. De plus, Paul-Éric Blanrue passe sous silence le fait que les ordres n'indiquent pas la conclusion «définitive» des activités du Klan. C'est pour cette raison que je préfère utiliser l'expression «suspension des activités».

Les ordres de janvier 1869


Allen W. Trelease présente une toute autre lecture des ordres de Forrest.(40) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn40Au début de sa présentation, il affirme qu'il est difficile de savoir ce qui s'est passé en raison de la nature contradictoire de ces ordres. Plusieurs personnes les ont interprété de la «mauvaise manière». Aucun passage des ordres n'implique la «conclusion définitive» des activités du Ku Klux Klan. Il est plutôt indiqué que les activités du groupe sont interrompues jusqu'au moment jugé opportun par un officier portant au moins le grade de Grand Titan . Plus loin, Allen W. Trelease nous informe sur le sens dont il faut prendre les ordres de Forrest : «[Concrètement, cela veut dire que les Noirs ne doivent plus être désarmés à moins d'un rassemblement à des fins d'insurrection; personne ne va être flagellé ou ne sera enlevé en raison de ses opinions politiques; il est interdit dorénavant d'enlever les prisonniers pour les exécuter; il est interdit d'envoyer des messages au nom du groupe pour impressionner des gens ou pour son profit personnel. » Au contraire, les ordres visaient à regrouper le Klan, à resserrer ses rangs en cas d'urgence.
Trelease fait mention aussi d'une rumeur voulant que la fin des activités du Klan aurait été décidée suite à une conférence organisée le 4 mars 1869 entre Forrest et le Général Ulysses S. Grant récemment élu Président des États-Unis. Stanley Fitzgerald Horn ne croit pas à cette histoire dans laquelle Forrest aurait promis de licencier le Klan en retour de la promesse de Grant de retirer toutes les troupes fédérales et de mettre un terme à la Reconstruction. Il est d'avis que Forrest aurait été mal avisé de conclure ce marché car il n'y avait pas d'indication que Grant respecterait sa part de marché. Les dernières troupes fédérales ne se sont retirées du Sud qu'en 1876 et les années de Grant à la présidence (1869-1877) sont celles où il y eu le plus de répression pendant la Reconstruction. (41)


Dans la littérature, il y a d'autres intervenants qui prêchent en faveur de l'année 1869. Minor Meriwether ( Grand Wizard en février 1869 quand les autorités du Klan se sont rencontrées à Nashville pour dissoudre l'organisation. Les raisons de la fin du groupe étaient que le Klan avait rempli sa mission et que trop d'hommes violents s'y étaient infiltrés. Des éléments que l'on retrouve dans les arguments avancés par Forrest dans ses ordres de janvier. J.C. Lester et D.L. Wilson ont écrit plusieurs années après les événements dans The Ku Klux Handbook que la dissolution du Klan par Forrest était une réaction à l'adoption de la Loi martiale en mars 1869 par le Gouverneur Brownlow (Tennessee).

Godfrey Hodgson donne le bénéfice du doute à Forrest : «En fait, que ce licenciement ne fût qu'un simple masque pour tromper les autorités ou que Forrest n'eût pas le pouvoir d'arrêter ce qu'il avait sûrement aidé à déclencher, les actes de violence du Klan ne cessèrent pas en 1869. » (42)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn42Le problème avec les ordres de Forrest c'est qu'ils n'ont pas été diffusés jusqu'à la base du groupement. De nombreux Klanistes n'ont pas entendu parler de cet ordre car les autorités du Tennessee ont adopté une loi en septembre 1868 qui interdisait aux journaux de parler des activités du Klan. Il était impossible de diffuser à grande échelle les ordres de Forrest C'est peut-être pour cette raison que certains Klans locaux ont désobéi aux ordres.

En résumé, sincère ou pas, la tentative de Forrest dans le but de «cesser temporairement» les activités du Ku Klux Klan est inefficace . Le problème avec sa décision est qu'il a tenté de l'appliquer dans l'ensemble du Sud, mais à l'exception du Tennessee, l'Alabama, la Georgie , le Mississippi et l'Arkansas, les Klans locaux continuent leurs activités. Ils ne tiennent pas compte de l'ordre de Forrest. Allen W. Trelease a écrit que : [(…) La plupart des chefs du Klan n'étaient pas en communications avec lui, même indirectement. Certains d'entre eux n'ont sans aucun doute jamais entendu parler de l'ordre. Les activités des Klans locaux étaient déterminées par les considérations locales de leur état. (…)] (43)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn43De plus, comme son mandat de trois ans au titre de Grand Wizard venait à échéance, Forrest n'était pas intéressé pour en exercer un second. Il était accaparé par son projet de compagnie de chemin de fer. Certains avancent même qu'il a probablement démissionné de son poste après l'élection de Dewitt Clinton Senter (gouverneur du Tennessee). Les autorités du Klan n'ont pas essayé de le convaincre d'assurer un deuxième mandat. Ils ne lui ont même pas choisi de successeur. Ce fait semble prouver que les autorités du Klan avaient accepté la décision. Forrest pensait peut-être que le groupe cesserait d'exister sans lui… Il est difficile de savoir la vérité avec certitude. Le KKK a continué ses activités car il était impossible de revenir à la société qui prévalait avant la Guerre.(44)





Le témoignage de Forrest devant le Ku Klux Committee   
 
 
Jack Hurst décrit longuement le témoignage de Forrest devant le Ku Klu Committee (deux chambres du Congrès) le 27 juin 1871. Forrest doit se présenter sous son meilleur jour et convaincre ses membres qu'il n'est pas un acteur de la scène politique. Hurst est d'avis que son témoignage est étrange pour un homme qui n'a rien à cacher. Forrest avait des sautes d'humeur et son témoignage en était teinté. (45) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn45En voici les passages importants :

• Forrest s'offusquait quand les membres du Comité lui posaient des questions sur le Klan. Il répliquait que les informations qu'il possédait étaient celles fournies par des informateurs. Il expliqua que le Klan était nécessaire en raison de la montée de la Loyal League . Forrest parla longuement du comportement des Noirs.
• Après lui avoir posé quelques questions sur sa compagnie de chemin de fer, ils lui demandèrent s'il connaissait un groupe d'hommes dont le but était de violer la loi ou de nuire à son application. Il répondit par la négative. Il s'est contenté de dire qu'il avait joint une des organisations (Pale Faces) qui résistait à l'administration Brownlow. Cette organisation n'avait rien à voir avec le Klan.
• Le Sénateur John Scott (Pensylvanie) présenta deux documents qui prouvèrent le contraire : son entrevue donnée au journaliste du Cincinnati Commercial (1868) (46)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn46 et sa lettre demandant quelques corrections mineures. (47)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn47Encore une fois, il nia les propos de l'article. Ils lui demandèrent pourquoi il n'avait pas fait plus de corrections à l'article pour rétablir les faits qu'il jugeait si erronés ? Il leur répliqua qu'il n'était pas habitué à écrire et à se faire questionner par des journalistes. Que cette situation était nouvelle pour lui. Qu'il ne penserait pas que cela lui arriverait. Il aurait même reçu une lettre du journaliste qui admettait qu'il avait mal compris ses points de vue. Malheureusement, il n'avait pas cette lettre avec lui. Il avait uniquement celle qu'il avait envoyé au journaliste en question… Il s'est fait beaucoup interroger sur cette entrevue, sur la Constitution du KKK, le type d'hommes recrutés par le KKK et leurs actions en période d'élections.
• Jack Hurst montre longuement le petit jeu entre Forrest et les membres du Comité. Forrest se faisait un devoir d'être évasif et de refuser de répondre aux questions. Certaines de ces « évasions » étaient presque drôles à l'avis de Hurst.
• Forrest soutenait que le Klan qu'il connaissait n'existait plus depuis l'époque où il était dans le domaine des chemins de fer. Il demeura très vague sur ce sujet en donnant différentes dates .
• Le Comité était très intéressé à savoir de quelle manière Forrest a pu démanteler le Klan sans en être membre… Il leur répondit qu'il connaissait des gens qui avaient des connections avec l'organisation. Il a tenté de les convaincre de démanteler le groupe car il n'était plus nécessaire, le pays était sauvé.
• Ils lui ont posé des questions sur sa correspondance avec des gens du Nord et du Sud concernant la fin des activités du KKK. Il leur répondit que les gens lui écrivaient comme ils pouvaient le faire pour d'autres hommes influents du Sud.
• Il affirma que les crimes commis depuis le démantèlement du Klan n'étaient pas commis par le «vrai» Klan. Ils étaient plutôt commis par des «organisations temporaires».
• Les membres du Comité lui demandèrent si le Klan avait continué à exister en tant qu'organisation après 1868 sur le territoire sudiste. Forrest leur dit de nouveau que le groupe avait été dissout.
• Y avait-il des hommes qui n'auraient pas été de son avis et qui auraient voulu que le KKK demeure actif afin de poursuivre son rôle politique? Il leur répondit que cela est arrivé mais pas dans le cadre du Klan.
En somme, malgré que le témoignage de Forrest fût décrit comme étant rempli de mensonges, Jack Hurst affirme qu'il est plus véridique que les membres du Comité voulaient bien le croire. Allen W. Trelease est même d'avis que son comportement en public et sa vie privée discrète pendant cette période confirment ses affirmations selon lesquelles il a au moins essayé de démanteler le Klan. (48)





La fin du Klan au Tennessee est loin d'être la fin de l' Invisible Empire   
 
 
La thèse de Stanley Fitzgerald Horn est intéressante car elle est reliée avec le contexte qui a permis l'émergence du Klan. Il affirme qu'il est difficile de savoir quand et dans quelles circonstances le Klan a été dissout. Ne croyant pas qu'il soit d'usage de parler de «licenciement» pour expliquer la fin du groupe, il explique que le Klan a graduellement disparu ( disintegration ). Enfin, le processus a été plus long dans certains endroits que d'autres car il dépendait beaucoup des conditions locales. (49)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn49
La thèse de Horn permet de comprendre pourquoi les Conservateurs du Tennessee ont accepté de se passer du Klan pour leurs objectifs politiques. Ils n'ont plus besoin du KKK car le Tennessee est le premier état à être revenu sous le contrôle des Démocrates. Enfin, les Conservateurs et le Klan ont tout à gagner si Dewitt Clinton Senter (Whig/Républicain modéré) est élu Gouverneur. Peu de temps après l'élection de Senter en 1869, le Klan est dissout.

Cet «optimiste politique» des Conservateurs n'est pas présent dans tous les états. Certains ne sont pas prêts à se passer du KKK. En fait, ils ont recourt à ses services deux années supplémentaires (1871). Il y a des régions, comme les Carolines, où les conditions qui ont permis l'apparition du KKK sont toujours présentes. Les Klans locaux poursuivent le combat jusqu'au moment où le Congrès vote les Force Act (1870) et le Ku Klux Klan (1871). Les Klanistes cessent leurs activités ou sont forcés de s'exiler en raison de la présence des forces fédérales. (50)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn50Les soldats de l'armée fédérale procèdent à des arrestations. En raison de l'encombrement des cours de justice sudistes, seuls les «grands criminels» sont poursuivis. Bien peu d'entre eux seront accusés et emprisonnés pour leurs crimes. La grande majorité des Klanistes arrêtés sont «pardonnés» et certains n'ont même jamais eu d'accusations portées contre eux.
En conclusion, le Ku Klux Klan, en tant qu'organisation «paramilitaire», a rencontré un succès non négligeable car il a su tirer profit du contexte où il a émergé. Le groupe a réussi car il se différenciait des autres organisations qui ont tenté de s'opposer à la Reconstruction. Son tour de force a été d'opérer aux vues des autorités et sous le nez des forces fédérales pendant plus de trois ans. Les autorités ont eu des difficultés à court-circuiter ses opérations car plusieurs personnes couvraient les activités du KKK ou ont fait en sorte que leurs efforts ne permettent pas d'arrêter les Klanistes. Certains sudistes jugeaient la situation si désespérée que le Klan constituait une solution envisageable. Un contemporain du Klan original a écrit :
«[Je suis convaincu qu'en considérant les conditions qui prévalaient aux Etats-Unis entre 1866 et 1872, au moins un homme dans cette assemblée aurait été un Klaniste ou un sympathisant. Je ne veux pas dire que n'importe qui aurait pu tolérer ou excuser les nombreux actes de cruauté et d'oppression commis par l'Empire Invisible ou le nombre encore plus élevé d'actes commis en son nom par des ennemis et des individus insouciants et malveillants qui ne faisaient pas partie du mouvement. (…)]»

Il termine en affirmant qu'un :
«[(…) individu doit être jugé en considérant le contexte et les conditions dans lesquelles il agi. Appliqué à ce standard, le mouvement du Ku Klux Klan a la dignité d'une révolution, la protestation d'une race fière et désespérée contre des conditions qu'elles ne pouvaient pas endurer. Ce mouvement n'était pas composé de mauviettes ou de théoriciens. Il était composé d'hommes désespérés qui ont défié le destin et qui avaient juré que la vie, la liberté et la poursuite de leur bonheur et celui de leurs enfants devaient être assurés. ]»(51) http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn51
Enfin , d'«organisation récréative» à «aile armée des Démocrates», le Klan est parvenu à ses fins aux dépends des Républicains et des Noirs. Andrew Nelson Lytle résume bien la situation quand il écrit que le Klan a balayé les efforts des vainqueurs de la Guerre dans leurs tentatives de détruire la culture sudiste. (52)http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftn52Les Sudistes ont peut-être perdu la Guerre civile mais ils sont parvenus à leurs fins sur le dos de milliers d'innocents afin de permettre aux Démocrates de reprendre le pouvoir politique dans les anciens états confédérés !




“Mcshan”   
 
 
 
NOTES   
 
 
1http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref1La Première Reconstitution ( Presidential Reconstruction ) est amorcée par Abraham Lincoln après le conflit et est poursuivie par Andrew Johnson. Le projet de Lincoln est plus souple et tolérant à l'endroit des Sudistes. L'adoption des Black Codes par les états sudistes (1865-1866) remet les Noirs dans un état proche de l'esclavage. Les Républicains «radicaux» siégeant au Congrès sont si furieux qu'ils recommencent la Reconstruction ( Congressional Reconstruction ).   
2http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref2 Caroline du Sud, Mississippi, Floride, Alabama, Georgie, Louisiane, Texas, Virginie du Sud, Arkansas, Tennessee et Caroline du Nord  
3http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref3 Godfrey Hodgson, Cartpetbaggers et Ku-Klux-Klan Les États-Unis après la guerre de Sécession, Paris, Julliard, 1966, p. 116-117.  
4http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref4 Allen W. Trelease, White Terror : The Klu Klux Klan Conspiracy and Southern Reconstruction, Première édition,   
New York , Harper & Row, 1971, p. 397.   
5http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref5 Surnom donné aux gens du Nord venus travailler au Sud. À l'avis des Sudistes, ils sont prêts à boucler leur sac et à retourner au Nord dès qu'ils auront fait fortune ou dès que la situation sera trop délicate. Les Sudistes ne font pas de distinction entre les personnes corrompues ou honnêtes.  
6http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref6 Surnom donné aux Sudistes qui coopèrent avec les Républicains pendant la Guerre de Sécession.   
7http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref7 Godfrey Hodgson, op.cit ., p. 123-124.   
8http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref8http://www.civilwarhome.com/kkk.htm   
9http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref9 Les actions du Klan ont pour but de rendre la main-d'œuvre docile et s'assurer qu'elle demeure au travail. Dans la réalité, ce n'est pas toujours le cas. Le KKK fait plutôt fuir les laboureurs Noirs vers les villes et bouleverse la vie économique. À un certain moment, les propriétaires terriens sont mêmes insatisfaits du Klan pour cette raison.   
10http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref10 John C. Lester, James R. Crowe, John D. Kennedy, Calvin Jones, Richard R. Reed, Frank O. McCord.   
11http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref11 Le nom «Ku Klux Klan» provient du grec Kuklos («cercle») . Il est scindé en deux et modifié en «Ku Klux». Le mot «clan» est ensuite ajouté.   
12http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref12 Les Dens sont des «unités locales» ou «chapitres» ( local units ). Ils sont organisés de différentes façons et comprennent de douze à cent membres. Les grands Dens ont des conseils pour aviser leur chef et partager ses responsabilités.   
13http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref13http://reactor-core.org/original-kkk.html   
14http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref14 Jack Hurst, Nathan Bedford Forrest. A Biography , New York , Vintage Book, 1994, p. 285.   
15http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref15 Le Prescript a été écrit par George Gordon qui est avocat de formation et imprimé dans les locaux du Pulaski Citizen dont l'éditeur est Franck O. McCord, un des fondateurs du KKK.   
16http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref16 Le Klan fait allégeance à la Constitution qui existait avant la Guerre.   
17http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref17 Allen W. Trelease, op.cit., p. 17.   
18http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref18http://www.kkklan.com/briefhist.htm   
19http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref19 Jack Hurst, op.cit., p. 383.   
20http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref20http://penelope.uchicago.edu/Thayer/E/Gazetteer/People/Robert_E_Lee/FREREL/4/17*.html   
21http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref21 D'ailleurs, l'implication de Forrest dans cette histoire divise toujours les historiens et les internautes depuis des années malgré qu'il a été lavé de toute accusation quant au respect des «Rules of War».   
22http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref22http://www.arches.uga.edu/~aevans1/3090.htm   
23http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref23http://www.spartacus. s choolnet.co.uk/USAkkk.htm : Voici quatre questions parmi les dix auxquelles les candidats doivent répondre pour faire partie du KKK : 1) Avez-vous déjà fait partie du parti républicain radical? 2) Avez-vous combattu avec l'armée fédérale pendant la Guerre ou contre le Sud pendant la même période? 3) Êtes-vous contre l'égalité sociale et politique des Noirs? 4) Êtes-vous en faveur d'un gouvernement blanc pour ce pays?   
24http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref24 David M Chalmers, Hooded Americanism : the History of the Ku Klux Klan , New York , F. Watts, 1981, p. 18.   
25http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref25 Jack Hurst, op.cit ., pp. 280, 284-289, 302-303 et 307.   
26http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref26http://www.geocities.com/~rewoodham/browgovr.html   
27http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref27http://www.kkklan.com/briefhist.htm   
28http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref28 Allen W. Trelease, op.cit ., pp. 60-63.   
29http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref29Ibid., p. 58 : Allen W.Trelease est d'avis que la nature «superstitieuse» des Noirs est un préjugé propagé par les Blancs. Les Noirs ont plus peur du «mortel» qui se cache sous le déguisement que du «fantôme». Il affirme aussi que les Noirs n'ont jamais cru aux parades des fantômes. Ils savent par expérience ce que les Blancs désirent entendre.   
30http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref30Jack Hurst, op.cit ., p. 305 [Même si cela semble contradictoire avec les actes de violence du groupe aux dépends des Noirs,] les Klans dans certaines régions ont accepté et recruté des Noirs. Un autre exemple est la création en 1868, du Colored Democratic Club de Memphis organisé par soixante-cinq Noirs. Il semble que ces hommes bénéficient d'une certaine protection en raison de leur orientation politique.   
31http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref31Ibid ., p. 329.   
32http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref32 Allen W. Trelease, op.cit., p. 185.   
33http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref33 Jack Hurst, op.cit ., p. 345.   
34http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref34 David M. Chalmers, Hooded Americanism : the History of the Ku Klux Klan , New York , F. Watts, 1981, p. 15.   
35http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref35http://reactor-core.org/original-kkk.html   
36http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref36 Godfrey Hodgson, op. cit ., p. 171.   
37http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref37 Il y a de plus en plus de critiques dirigées à l'endroit du Klan dans les journaux et dans les rencontres publiques. Les gens exigent le retour de la Loi et l'Ordre.   
38http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref38 Jack Hurst, op.cit ., p. 328.   
39http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref39Stanley Fitzgerald Horn, Invisible Empire : The Story of the Ku Klux Klan, 1866-1871 , Édition enl., Éditeur : Cos Cob Connecticut , 1969, pp. 359-360.   
40http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref40 Allen W. Trelease, op. cit., pp. 180 à 183.   
41http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref41Stanley Fitzgerald Horn, op. cit ., p. 360.   
42http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref42 Godfrey, Hodgson, op.cit., p. 172.   
43http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref43 Allen W. Trelease, op.cit ., p. 174.   
44http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref44http://civilwar.bluegrass.net/AftermathAndReconstruction/birthofthekkk.html   
45http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref45 Jack Hurst, op.cit., pp. 339 à 345.   
46http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref46 Questions posées : 1) Nombre de membres du KKK; 2) Caractère de l'organisation; 2) Présence du groupe dans tout l'état du Tennessee; 3) Identité de l'officier aux commandes au Tennessee; 4) Éventualité de l'intervention de la milice; 5) Klanistes et le bien de l'État; 6) Enfin, il lui demande s'il est membre du Ku Klux Klan.   
47http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref47 Forrest a écrit au journal pour désavouer certaines déclarations. Il avait donné l'impression de savoir beaucoup de choses sur le fonctionnement du Klan.   
48http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref48 Allen W. Trelease, op.cit., p. 19.   
49http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref49Stanley Fitzgerald Horn, op. cit ., pp. 356 et 360.   
50http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref50http://www.adl.org/learn/Ext_US/KKK.asp?xpicked=4&item=18   
51http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref51http://reactor-core.org/original-kkk.html   
52http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref52http://ccffpa.perso.sfr.fr/html/kkk.htm#_ftnref52 Nelson Andrew Lytle, Bedford Forrest, London , Eyre & Spottiswoode, 1939, p. 384.   

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
Aubrey
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 03 Feb 2010
Posts: 2,035
Localisation: Le Raincy
intérêt(s) pour la CW: Tout

PostPosted: Sun 2 Jun - 14:23 (2013)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

Je vous conseille aussi l'excellent ouvrage certes vulgarisé de Farid Ameur le Ku Klux Klan chez Larousse:


http://www.myboox.fr/video/farid-ameur-l-histoire-du-ku-klux-klan-963.html
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

..“the lowest scum of the lower Mississippi...adventurous wharf rats, thieves, and outcasts...and bad characters generally”...
Back to top
ccffpa
COMMANDANT SUPREME

Offline

Joined: 01 Feb 2010
Posts: 7,167
Localisation: 78
intérêt(s) pour la CW: tout !

PostPosted: Sun 2 Jun - 14:28 (2013)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

tout à fait , mais l'ouvrage de farid Ameur traite du Klan des origines à nos jours, la partie post CW /reconstruction n'en occupant qu'une toute petite partie et de façon beaucoup plus "survolée" si je puis dire, que l'étude de McShan ci -dessus ...
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

la bonne cause ? c'est celle pour laquelle on se bat !
Back to top
Aubrey
MAJOR GENERAL
MAJOR GENERAL

Offline

Joined: 03 Feb 2010
Posts: 2,035
Localisation: Le Raincy
intérêt(s) pour la CW: Tout

PostPosted: Sun 2 Jun - 14:31 (2013)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

Oui complètement tu as raison de le préciser.......il n'y a qu'un petit chapitre au début qui survole vraiment la reconstruction.....
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

..“the lowest scum of the lower Mississippi...adventurous wharf rats, thieves, and outcasts...and bad characters generally”...
Back to top
USGrant_1863
ORDNANCE SERGEANT
ORDNANCE SERGEANT

Offline

Joined: 29 Jun 2014
Posts: 240
Localisation: Cherbourg
intérêt(s) pour la CW: Tout, mais surtout nord

PostPosted: Mon 30 Jun - 18:47 (2014)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

Forrest en défenseur de la paix entre blancs et noirs qui l'eut cru ?????
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons partagé l'incommunicable expérience de la guerre. Nous avons ressentit, nous ressentons encore, la passion de la vie a son paroxysme. Nous étions jeunes, et nos cœur ont étés touchés pas le feu.

Oliver W Holmes
Back to top
Visit poster’s website
mcshan
Dernier rempart des frontières du Nord
Dernier rempart des frontières du Nord

Offline

Joined: 02 Feb 2010
Posts: 2,849
Localisation: Québec
intérêt(s) pour la CW: Politique et histoire

PostPosted: Mon 30 Jun - 18:53 (2014)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

Forrest n'était pas un personnage simple. Il avait plusieurs facettes. Il n'était plus le même homme à la fin de sa vie (conversion religieuse et maladie).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Back to top
USGrant_1863
ORDNANCE SERGEANT
ORDNANCE SERGEANT

Offline

Joined: 29 Jun 2014
Posts: 240
Localisation: Cherbourg
intérêt(s) pour la CW: Tout, mais surtout nord

PostPosted: Mon 30 Jun - 18:55 (2014)    Post subject: le 1er Klu Klux Klan et la reconstruction Reply with quote

A d'accord merci. Comme quoi chaque homme a du bon en lui
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons partagé l'incommunicable expérience de la guerre. Nous avons ressentit, nous ressentons encore, la passion de la vie a son paroxysme. Nous étions jeunes, et nos cœur ont étés touchés pas le feu.

Oliver W Holmes
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Club Confédéré et Fédéral de France Forum Index -> HISTOIRE -> LES ARTICLES EN LIGNE All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  
Upload images

Index | Create free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group